«Crash» de six plai­san­ciers en mer, près du cap Bé­nat

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Var - SO­NIA BONNIN sbon­nin@var­ma­tin.com

Un choc, un « crash » contre des ro­chers. Un peu après mi­nuit, di­manche soir, un se­mi-ri­gide lan­cé à bonne al­lure a per­cu­té un ré­cif dans la nuit noire. La ve­dette de six mètres s’est épe­ron­née dans les ro­chers, re­tour­née sur elle-même, avant de com­men­cer à cou­ler. Les six jeunes gens qui étaient à bord se sont vus vio­lem­ment pro­je­tés, deux ont été lour­de­ment bles­sés, souf­frant – se­lon les pre­mières consta­ta­tions – de trau­ma­tisme crâ­nien.

Le por­table HS

Voi­là l’in­ter­ven­tion que la so­cié­té na­tio­nale de sau­ve­tage en mer (SNSM) du La­van­dou a me­née dans la nuit de di­manche à lun­di, mise en alerte par le Cross­med, qui co­or­donne les se­cours en mer. La dif­fi­cul­té te­nait dans l’im­pos­si­bi­li­té des nau­fra­gés de dire où ils ve­naient de s’échouer. Ils n’avaient qu’un té­lé­phone por­table, qui n’a pas te­nu bien long­temps. Les sau­ve­teurs ne sa­vaient pas où di­ri­ger leurs re­cherches. Juste que les plai­san­ciers na­vi­guaient du La­van­dou vers le cap Bé­nat. « On s’est un peu dou­té qu’ils étaient aux ro­chers de la pointe de l’Es­qui­lette à Bormes-les-Mi­mo­sas,» ex­plique Oli­vier Ca­za­lis, pa­tron de la ve­dette SNS 251. Les ma­rins connaissent ces hauts ro­chers qui s’avancent «as­sez loin dans la mer ». En pleine nuit, un équi­page de cinq sau­ve­teurs ap­pa­reille et en­tame ses re­cherches «au pro­jec­teur, dans la nuit noire ». Les six plai­san­ciers, une bande de co­pains tous âgés d’une ving­taine d’an­nées, sont ré­fu­giés sur les ro­chers, «en hy­po­ther­mie et cho­qués ». Vu le res­sac, ap­pro­cher du ré­cif est dé­li­cat. La ve­dette a cou­lé. « L’ac­cos­tage était im­pos­sible compte te­nu des condi­tions mé­téo, ex­plique Oli­vier Ca­za­lis. La SNSM a mis l’an­nexe à l’eau pour pou­voir s’ap­pro­cher ». Les deux bles­sés sont ra­pi­de­ment ra­pa­triés vers un pe­tit port voi­sin, dans la ré­si­dence pri­vée du cap Bé­nat. À terre, les pom­piers va­rois prennent le re­lais et trans­portent les bles­sés à l’hô­pi­tal. Puis, les quatre autres plai­san­ciers sont éva­cués et ra­me­nés sur la terre ferme.

Trop près de la côte

«De nuit, il faut na­vi­guer avec pru­dence, pour­suit Oli­vier Ca­za­lis. Il peut tou­jours y avoir un obs­tacle, un bout de bois qui flotte. Sans par­ler de ro­chers. » Le se­mi-ri­gide na­vi­guait trop près de la côte, sur­tout vers cette pointe de l’Es­quillette. Le sau­ve­teur re­mer­cie les pom­piers de Bormes-Le La­van­dou, ain­si que la gen­dar­me­rie. « Un tra­vail en équipe, cha­cun s’est mo­bi­li­sé pour fa­ci­li­ter la tâche des autres. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.