Sur la sel­lette

Une en­quête est ou­verte après un in­ci­dent entre un édu­ca­teur et un ado­les­cent. L’ac­cueil du centre édu­ca­tif fer­mé de Brignoles est sus­pen­du.

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - La Une - ERIC MARMOTTANS emar­mot­tans@ni­ce­ma­tin.fr

Une chape de plomb pèse sur le centre édu­ca­tif fer­mé (CEF) de Brignoles, unique struc­ture de ce type dans le dé­par­te­ment. L’ac­ti­vi­té de cet éta­blis­se­ment pu­blic – char­gé d’en­ca­drer une di­zaine de jeunes dé­lin­quants – a été sus­pen­due à la veille de l’été. Le plus dis­crè­te­ment pos­sible. Se­lon nos in­for­ma­tions, des soup­çons portent sur la mé­thode avec la­quelle un ado­les­cent ré­pu­té dif­fi­cile a été « re­ca­dré » par un édu­ca­teur. « Les pra­tiques se­ront re­tra­vaillées pour re­par­tir à comp­ter de la ren­trée »,a concé­dé la di­rec­tion ter­ri­to­riale de la pro­tec­tion ju­di­ciaire de la jeu­nesse (PJJ), res­pon­sable du CEF de Brignoles. Pour le reste, « per­sonne n’a lieu de vous en dire quelque chose ». La pré­fec­ture du Var est la­pi­daire : « Pas de com­men­taire. »En d’autres termes, le dos­sier est sen­sible.

Une in­for­ma­tion ju­di­ciaire ou­verte

Le mur de si­lence éri­gé au­tour de cette af­faire s’est fis­su­ré avec la pu­bli­ca­tion d’un ar­rê­té mi­nis­té­riel, au coeur du mois de juillet : le CEF va­rois est mis en som­meil au moins jus­qu’en sep­tembre. La struc­ture a même ces­sé d’ac­cueillir des mi­neurs dé­lin­quants dès le mois de mai, et ceux dont la prise en charge n’avait pas at­teint son terme ont vrai­sem­bla­ble­ment été « re­ca­sés » dans d’autres CEF. La dé­ci­sion des au­to­ri­tés s’ap­puie sur «des dys­fonc­tion­ne­ments consta­tés »,« le non-res­pect des condi­tions tech­niques mi­ni­males d’or­ga­ni­sa­tion et de fonc­tion­ne­ment », et évoque des « in­ves­ti­ga­tions ju­di­ciaires et ad­mi­nis­tra­tive (...) en cours ». Rien de moins.

« Il a pé­té un plomb »

Sol­li­ci­té, le par­quet de Dra­gui­gnan a confir­mé qu’une une in­for­ma­tion ju­di­ciaire au­tour du CEF de Brignoles est ou­verte, avant de se re­tran­cher der­rière le se­cret de l’ins­truc­tion. « Un édu­ca­teur, une édu­ca­trice et le di­rec­teur [du CEF de Brignoles, Ndlr] ont été sus­pen­dus suite à une mise en exa­men pour des faits graves à l’en­contre d’un mi­neur », af­firme un tract syn­di­cal. Mais, contac­té par Var-ma­tin, le syn­di­cat en ques­tion n’a pas sou­hai­té s’aven­tu­rer sur le ter­rain des pré­ci­sions. Le prin­ci­pal édu­ca­teur en cause – « un contrac­tuel »– au­rait « pé­té un plomb » face à un jeune « par­ti­cu­liè­re­ment pé­nible », lâche une source is­sue de la PJJ. Deux té­moi­gnages re­cueillis par Var-ma­tin, in­di­rects mais concor­dants, font état d’une mise en scène ma­cabre, dans une fo­rêt, en marge d’une sor­tie col­lec­tive au prin­temps der­nier... Les faits pré­su­més au­raient été dé­non­cés par l’un des mi­neurs hé­ber­gés au centre édu­ca­tif fer­mé. « On a des ga­mins vio­lents, on peut avoir des mé­thodes qui dé­gé­nèrent », dé­plore un autre in­ter­lo­cu­teur. « Cette af­faire a fait le tour des ju­ri­dic­tions, confie l’une de nos sources. Ce­la pose un pro­blème de confiance avec les ma­gis­trats. Ça peut po­ser aus­si des pro­blèmes si le nou­veau groupe de jeunes (cen­sé être pris en charge par le CEF de Brignoles à l’is­sue de la pé­riode de sus­pen­sion, Ndlr) est au cou­rant de l’his­toire… »

(Pho­to G. R.)

L’ac­ti­vi­té du centre édu­ca­tif fer­mé de Brignoles, vi­sé par des en­quêtes, est sus­pen­due.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.