Ils iront jus­qu’aux boues!

Après le Roc Ma­ra­thon ven­dre­di, dans le sillage du Roc Ju­nior et du Roc Noir hier, le Roc d’Azur réunit près de 4500 par­ti­ci­pants ce ma­tin. Et ce ne sont pas quelques flaques qui vont les ar­rê­ter

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Sports -

Par­mi les 4 499 concur­rents sur le point de s’élan­cer à l’as­saut des 52 ki­lo­mètres de ce trente-cin­quième Roc d’Azur, il en est un qui, ce ma­tin, a pro­ba­ble­ment éprou­vé moins de dif­fi­cul­té que les autres à s’ex­traire de son lit. Un qui est sans doute un peu plus im­pa­tient que la moyenne aus­si. Il faut dire que le concur­rent en ques­tion est en­tré dans une dix-hui­tième an­née sy­no­nyme de sé­same pour le Roc d’Azur et qu’après quatre édi­tions pas­sées à écu­mer les Roc Odys­sey, Roc Ju­nior et autres épreuves pé­ri­phé­riques à la grande messe do­mi­ni­cale, le voi­là en­fin prêt pour son bap­tême. Prêt à prendre le dé­part de ce­lui qu’il ap­pelle le « vrai Roc ». Ce­lui du di­manche ma­tin, ce­lui des Ju­lien Ab­sa­lon et autre Pau­line Fer­rand-Pré­vot. Deux stars de la dis­ci­pline dont les ab­sences sur la ligne de dé­part de cette trente-cin­quième édi­tion ne semblent d’ailleurs pas l’émou­voir plus que ça. Oui, après tout tant pis pour les ab­sents, puis­qu’il y en a une qui est bien pré­sente. Une que le jeune homme at­ten­dait au moins au­tant que sa dix-hui­tième an­née…

« Nos vé­los sont faits pour ça »

Et cette dul­ci­née tant at­ten­due par Flo­rian, c’est la boue. Cette ga­doue dans la­quelle les roues de son VTT n’ont pas mis un seul mor­ceau de cram­pon de­puis bien trop long­temps à son goût. « Il n’a pas plu de­puis un mo­ment chez nous et ça fait quatre mois qu’on n’a pas rou­lé dans la boue, an­nonce ce­lui qui est des­cen­du de son ‘‘Ch’nord’’ avec toute une joyeuse bande de quatre à cinq co­pains. Et nous, on aime ça la boue. Et puis nos vé­los sont faits pour ça », pour­suit Flo­rian. Alors non, ce jeune Len­sois ne va cer­tai­ne­ment pas faire tout un ter­ril de quelques flaques d’eau. Des flaques qu’il est d’ailleurs al­lé ins­pec­ter ven­dre­di au cours d’une re­con­nais­sance d’une tren­taine de ki­lo­mètres. Comme pour mieux tâ­ter ce ter­rain boueux tant es­pé­ré. «Ça a creu­sé un peu par­tout et dans les des­centes, il y a comme des ri­vières, an­nonce Flo­rian. Et même si d’ici de­main (ce ma­tin), ça au­ra sû­re­ment sé­ché, il res­te­ra en­core des flaques ». Oui, ne vous in­quié­tez sur­tout pas Flo­rian. Les par­ti­ci­pants aux ran­don­nées Roc Noire ou en­core au Roc Ju­nior ont eu beau re­ve­nir cou­verts de boue hier, ils vous en ont sû­re­ment lais­sé suf­fi­sam­ment pour que cette pre­mière dans le grand bain du Roc d’Azur soit à la hau­teur de vos at­tentes. Et sa­chez qu’au cas où, si par ha­sard le vent et le so­leil de ce sa­me­di avaient un peu trop oeu­vré sur le par­cours de 52 ki­lo­mètres qui vous at­tend, il res­tait hier soir en­core des mon­ti­cules de boue sur la ligne d’ar­ri­vée. Alors rien que pour ça, ça vaut le coup d’al­ler au bout non ?

Les ruis­seaux aper­çus ven­dre­di de­vraient lais­ser place à de belles flaques de boue au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.