Les gros arbres sont de grands dé­pol­lueurs

Var-Matin (Grand Toulon) - - Le Dossier Du Jour -

Fran­cis Hal­lé est bo­ta­niste, au­teur de plu­sieurs livres, dont « un plai­doyer à l’at­ten­tion des élus et des énarques », in­ti­tu­lé Du bon usage des arbres, pa­ru aux éditions Actes Sud. « Il a eu du suc­cès, mais pas au­près des col­lec­ti­vi­tés », af­firme-t-il. Il y ex­plique no­tam­ment le rôle des arbres en ville : « Les gros arbres en bonne san­té sont les plus ef­fi­caces en ma­tière d’éco­lo­gie, car ils ont une plus grande sur­face aé­rienne et sou­ter­raine. Ils pompent plus de gaz car­bo­nique et li­bèrent plus d’oxy­gène. » D’où leur in­té­rêt en zone ur­baine, où ils jouent les rôles de dé­pol­lueur et de ré­gu­la­teur ther­mique.

« Il faut chan­ger le code na­po­léo­nien »

« Ces gros et beaux arbres peuvent être pro­té­gés par un Plan lo­cal d’ur­ba­nisme. Soit par une zone en EBC, donc non construc­tible, soit au titre d’élé­ments ex­cep­tion­nels », in­dique Lio­nel Staub, ex­pert fo­res­tier, conseiller au­près de l’as­so­cia­tion A.R.B.R.E.S. re­mar­quables. Cette as­so­cia­tion la­bé­lise les plus beaux arbres de France, en vue de leur pré­ser­va­tion. « Des cas comme ce­lui du Pradet, on en a tous les jours », in­dique son pré­sident Georges Fe­ter­man. Cinq cents la­bels ont été ac­cor­dés par son as­so­cia­tion en France. « Ce la­bel est une va­leur mo­rale forte, mais pas un sta­tut juridique. Par­fois, il aide à sau­ver de beaux spé­ci­mens me­na­cés », pré­cise-t-il. Der­niè­re­ment, c’est un oli­vier vieux de deux mille ans, à Ro­que­brune-Cap-Martin dans les Alpes-Ma­ri­times, qui l’a re­çu. Dans le Var, des oli­viers à Tou­lon et La Va­lette, des ifs à la Sainte-Baume, des pla­tanes à La Celle pos­sèdent ce la­bel, comme l’in­dique une carte in­ter­ac­tive sur : www.arbres.org. Le pin pa­ra­sol du Pradet pour­rait bien­tôt les re­joindre. Georges Fe­ter­man vient d’adres­ser une pro­po­si­tion de loi à Em­ma­nuel Ma­cron et son Pre­mier mi­nistre. Un texte qui vise à mo­di­fier l’ar­ticle 673 du code ci­vil, da­tant de Na­po­léon, et ré­gis­sant l’éla­gage des arbres en li­mite de pro­prié­té. Il n’est plus adap­té au monde ur­ba­ni­sé du XXIe siècle.

L’es­pace vert près du pin pa­ra­sol se­ra lui aus­si dé­truit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.