Villa la Pal­myre (suite) : les lo­ca­taires at­taquent Airbnb

Var-Matin (Grand Toulon) - - Bassin Hyérois - Gapeau - SYL­VAIN MOUHOT

Sa­me­di der­nier, nous re­la­tions le cas d’une lo­ca­tion de va­cances, via Airbnb, dans une somp­tueuse villa de Carqueiranne. Du 1er au 8 août, une fa­mille amé­ri­caine avait oc­cu­pé cette de­meure du bord de mer (quar­tier Font-Brun) pour 19 500 € la se­maine. À l’is­sue du sé­jour, Lau­rence Gau­thier, l’agent im­mo­bi­lière char­gée de la lo­ca­tion, avait eu toutes les peines du monde à se faire rem­bour­ser la somme de 800 € cor­res­pon­dant aux ré­pa­ra­tions consé­cu­tives au ren­ver­se­ment d’un pro­duit dis­sol­vant dans une salle de bain si­tuée à l’étage.

Qui a bou­ché l’évier ?

Par e-mail, le lo­ca­taire amé­ri­cain nous a contac­tés pour faire part de ses re­marques. Avec cette conclu­sion : « Nous avons por­té plainte contre Airbnb pour pu­bli­ci­té men­son­gère, la pro­cé­dure est en cours ». Il dé­ve­loppe : « La mai­son, éva­luée cinq étoiles, était en fait dans un pi­teux état. Notre sé­jour a été rui­né. Pen­dant une se­maine, nous avons eu la vi­site d’un élec­tri­cien, d’un plom­bier, d’un ré­pa­ra­teur de ma­chine à glace. Le plom­bier et l’élec­tri­cien sont ve­nus plu­sieurs fois et cer­tains pro­blèmes n’ont ja­mais été ré­so­lus (la ma­chine à glace, Ndlr). Ima­gi­nez payer 25 000 $ pour une se­maine et, le pre­mier jour, ne même pas avoir de l’eau chaude dans la douche le ma­tin, ça a été re­froi­dis­sant dans tous les sens du terme. » Lau­rence Gau­thier cor­rige : « L’eau chaude a été ré­ta­blie après 24 heures. Quant à la ma­chine à glace, elle n’était pas in­cluse dans les pres­ta­tions, c’est un plus. » L’évier de la cui­sine ? Pré­ten­du­ment bou­ché à l’ar­ri­vée des tou­ristes. « Faux, je l’avais vé­ri­fié moi-même le ma­tin même de leur ar­ri­vée, cor­rige le loueur. J’ai plu­tôt l’im­pres­sion qu’ils l’ont bou­ché eux­mêmes ».

« Ma co­lère est re­tom­bée »

La dis­co­thèque ? « Sur­chauf­fée à 38°C », se­lon le client. « Évi­dem­ment, elle n’est pas cli­ma­ti­sée puisque si­tuée au même ni­veau que le sau­na, le ham­mam et la pis­cine in­té­rieure. Je sou­ligne que la dis­co­thèque ne fai­sait pas non plus par­tie des pres­ta­tions. Je leur ai ac­cor­dé et ap­pa­rem­ment ils en ont bien pro­fi­té, vu les pho­tos pu­bliées sur Fa­ce­book », re­prend Lau­rence Gau­thier qui conclut : « C’est la pre­mière fois qu’on me rend une mai­son aus­si sale. Avec le rem­bour­se­ment des 800 € par Airbnb, ma co­lère est re­tom­bée. Pour­quoi de­vrais-je tout lais­ser pas­ser sous cou­vert que mes clients ont de l’ar­gent ? Je suis cho­quée d’une telle mau­vaise foi. Si au moins ils m’ avaient par­lé des pseu­do dys­fonc­tion­ne­ments pen­dant la du­rée du sé­jour... Au contraire, ils se sont dits en­chan­tés avant de par­tir sans dire au re­voir ni mer­ci pour le vin, le cham­pagne et le ca­deau à l’ar­ri­vée. Je pré­cise que ces clients m’ont de­man­dé le rem­bour­se­ment in­té­gral de leur sé­jour après avoir ap­pris que je leur de­man­dais 800 € sur la cau­tion. » Que d’his­toires, pour une tâche dans une salle de bain...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.