Ita­lie : et main­te­nant ?

Var-Matin (Grand Toulon) - - Sports -

Pas­sés le choc et la dé­cep­tion de l’éli­mi­na­tion du Mon­dial- par la Suède, l’Ita­lie s’est ré­veillée ré­si­gnée à l’idée que la Coupe du monde l’été pro­chain en Rus­sie se joue­ra sans elle, pour la pre­mière fois de­puis  ans. ‘‘L’apo­ca­lypse’’, ‘‘La honte’’: la presse ti­trait à l’unis­son sur l’im­mense dé­cep­tion d’une éli­mi­na­tion et sur «le saut en ar­rière » de son équipe qua­druple cham­pionne du monde, dont le der­nier titre mon­dial re­monte à seule­ment 11 ans. Comme le rap­pelle par ailleurs La Re­pub­bli­ca, la dé­faite au­ra en ef­fet « des ré­per­cus­sions né­ga­tives » pour le foot­ball ita­lien et pour le pays. Se­lon les es­ti­ma­tions de la presse, la fé­dé­ra­tion ita­lienne (FIGC) voit s’en­vo­ler en­vi­ron 100 M€, entre les primes de par­ti­ci­pa­tion au Mon­dial ver­sées par la Fifa et le ra­bais que les 21 spon­sors ac­tuels de l’équipe vont im­po­ser pour l’an­née pro­chaine ain­si que lors de la né­go­cia­tion des contrats pour les quatre an­nées avant le Mon­dial-2022 au Qa­tar. Au-de­là, la dé­faite re­pré­sen­te­ra aus­si un sé­rieux manque à ga­gner pour la Rai et Sky, les deux chaînes qui se par­tagent les matches et de­vront dire adieu aux au­diences moyennes de 17,7 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs lorsque l’Ita­lie jouait lors du Mon­dial-2014. Lun­di soir, les Ita­liens étaient près de 15 mil­lions à suivre le match. Alors que la pré-cam­pagne élec­to­rale est dé­jà lan­cée avant des lé­gis­la­tives qui s’an­noncent très in­cer­taines dé­but 2018, la classe po­li­tique gar­dait le si­lence hier.

Réunion d’ur­gence à la fé­dé­ra­tion au­jourd’hui

A l’ex­cep­tion no­table de Mat­teo Sal­vi­ni, le chef de la Ligue du Nord, par­ti an­ti­eu­ro et an­ti-im­mi­gra­tion : « Il y a trop d’étran­gers sur le ter­rain, de­puis les plus jeunes jus­qu’à la Se­rie A, et voi­là le ré­sul­tat. Ar­rê­tez l’in­va­sion et lais­sez plus d’es­pace aux jeunes Ita­liens, sur les ter­rains de foot aus­si », a-t-il lan­cé sur Twit­ter. Des pi­liers his­to­riques de la Squa­dra Az­zur­ra, Gi­gi Buf­fon et ses 20 ans de sé­lec­tion en tête, ont an­non­cé lun­di soir leur re­traite in­ter­na­tio­nale, mais face au dé­sastre, d’autres têtes vont tom­ber... Dans les rues, dans les mé­dias et sur les ré­seaux so­ciaux, les cri­tiques fusent en ef­fet contre le sé­lec­tion­neur Gian Pie­ro Ven­tu­ra, mais aus­si contre le pré­sident de la fé­dé­ra­tion, Car­lo Ta­vec­chio. La FIGC a pour l’ins­tant an­non­cé une réunion au­jourd’hui à Rome pour « faire une ana­lyse ap­pro­fon­die et dé­ci­der des choix à ve­nir ». Se­lon divers mé­dias, quatre noms re­viennent en boucle pour suc­cé­der à Ven­tu­ra : il s’agit d’An­to­nio Conte (Chel­sea), Ro­ber­to Man­ci­ni (Ze­nith Saint-Pe­ters­bourg), Mas­si­mi­lia­no Al­le­gri (Ju­ven­tus) et bien sûr Car­lo An­ce­lot­ti, libre de­puis son li­mo­geage du Bayern Mu­nich il y a quelques se­maines, et qui a les fa­veurs des Ita­liens.

(AFP)

La presse a ti­ré à bou­lets rouges sur la Squa­dra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.