Des échauf­fou­rées entre po­li­ciers et jeunes dans deux quar­tiers à Tou­louse

Var-Matin (Grand Toulon) - - France -

Des échauf­fou­rées ont op­po­sé di­manche soir une cen­taine de jeunes aux forces de l’ordre hier soir à la Rey­ne­rie et à Bel­le­fon­taine, des quar­tiers clas­sés «Zones de sé­cu­ri­té prio­ri­taire » (ZSP) à Tou­louse. Dix voi­tures ont été brû­lées, ain­si qu’un en­gin de chan­tier tan­dis que le com­mis­sa­riat de po­lice de Bel­le­fon­taine, vi­si­té dé­but mars par le mi­nistre de l’In­té­rieur Gé­rard Col­lomb, a été la cible de jets de pierres. Ces in­ci­dents n’ont « fait au­cun bles­sé » et n’ont don­né lieu à «au­cune in­ter­pel­la­tion», a in­di­qué le di­rec­teur dé­par­te­men­tal de la sé­cu­ri­té pu­blique (DDSP) ad­joint, le com­mis­saire Ar­naud Ba­vois. Une en­quête a été ou­verte par le par­quet de Tou­louse.

Ten­ta­tive de guet-apens

Les vio­lences ont es­sen­tiel­le­ment eu lieu entre 20 heures et 23 h 30, mais le calme n’est re­ve­nu qu’après mi­nuit. « Il y avait clai­re­ment une vo­lon­té de s’en prendre aux forces de l’ordre. Ça fai­sait bien long­temps qu’on n’avait pas vu ça», a consta­té Ar­naud Ba­vois, dé­cri­vant des scènes de «grande vio­lence» avec des jeunes qui ont mis le feu à des voi­tures et avec l’idée «de prendre les po­li­ciers en guet-apens». Au to­tal, plus de cent po­li­ciers, CRS et gen­darmes ont été mo­bi­li­sés. Un hé­li­co­ptère de la gen­dar­me­rie a éga­le­ment sur­vo­lé les lieux. La ten­sion dans le quar­tier, se­lon M. Ba­vois, est mon­tée dans l’après-mi­di après le contrôle d’une femme voi­lée re­fu­sant de se sou­mettre aux vé­ri­fi­ca­tions de la po­lice. Elle a été in­ter­pel­lée et pla­cée en garde à vue pour « ré­bel­lion, ou­trage et vio­lences sur per­sonne dé­po­si­taire de l’au­to­ri­té pu­blique ». Ces vio­lences pour­raient éga­le­ment avoir été dé­clen­chées par une ru­meur se­lon la­quelle des gar­diens de la pri­son de Seysses, au sud de Tou­louse, au­raient été à l’ori­gine du dé­cès d’un dé­te­nu ori­gi­naire du quar­tier. Or, si un homme d’une tren­taine d’an­nées est bien mort sa­me­di dans cette pri­son, c’est «à la suite d’un sui­cide» ,a sou­li­gné le com­mis­saire. Hier après-mi­di, quelque 90 dé­te­nus ont re­fu­sé de ré­in­té­grer leur cel­lule pen­dant quelques heures, Mais la si­tua­tion était re­ve­nue à la nor­male dans la soi­rée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.