COMMENT IN­VER­SER LA TEN­DANCE

La hausse moyenne des tem­pé­ra­tures que les ex­perts in­ter­na­tio­naux du cli­mat veulent conte­nir à 1,5°C est dé­jà at­teinte en plaine, comme au Luc et ap­proche 2°C en mon­tagne, dans le Mer­can­tour

Var-Matin (Grand Toulon) - - La Une - Dos­sier : Ré­gine MEU­NIER rmeu­nier@ni­ce­ma­tin.fr In­fo­gra­phies : RINA UZAN

Hier, près de   per­sonnes ont ma­ni­fes­té, en France – dont plus de  à Tou­lon – pour le cli­mat. Cette même jour­née, des re­cords de tem­pé­ra­ture ont été éta­blis dans plu­sieurs villes. Et notre ré­gion est par­ti­cu­liè­re­ment ex­po­sée. « Il est en­core temps », même si les rap­ports des ex­perts ne sont pas très op­ti­mistes.

Il pa­raît dé­ri­soire ce pe­tit 1,5°C que le Groupe d’ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du cli­mat (GIEC) dé­crit, dans son der­nier rap­port, comme la barre fa­ti­dique à ne pas dé­pas­ser. D’au­tant plus dé­ri­soire qu’il s’agit de la hausse moyenne des tem­pé­ra­tures par rap­port à l’ère pré­in­dus­trielle. Au­tre­ment dit, il y a plus de cent ans. Pour­tant, il est lourd de consé­quences. Ce seuil est dé­jà at­teint dans cer­tains sec­teurs, comme l’ar­rière-pays va­rois. Il est même dé­pas­sé dans les Alpes-Ma­ri­times, où il est de l’ordre de 1,8 dans le Mer­can­tour. Ce­la si­gni­fie, ex­plique le GREC-SUD – équi­valent du GIEC au ni­veau ré­gio­nal – que d’ici 2050, ces ter­ri­toires se­ront à + 2,5°C, voire da­van­tage, par rap­port à l’ère pré­in­dus­trielle.

L’été com­men­ce­ra fin avril-dé­but mai

Dans les pro­chaines dé­cen­nies, les étés com­men­ce­ront de plus en plus tôt. Dans trente ans, ils ar­ri­ve­ront fin avril-dé­but mai, se ter­mi­ne­ront fin sep­tembre-dé­but oc­tobre. Dès le mois de mai, la tem­pé­ra­ture pour­rait dé­pas­ser les 35°C, voire da­van­tage à l’in­té­rieur des terres. Le lit­to­ral se­ra un peu plus pro­té­gé grâce à l’in­fluence de la mer. Cer­taines villes, comme Mar­seille, Nice ou Tou­lon, au­ront les mêmes tem­pé­ra­tures qu’Al­ger, ou même Bi­zerte en Tu­ni­sie. Les pé­riodes de sé­che­resse se­ront plus longues. Il y au­ra moins de pluies en été et plus en hi­ver. Les épi­sodes de pluies ex­trêmes se­ront po­ten­tiel­le­ment plus in­tenses, de même que les tem­pêtes.

°C à l’ombre du­rant les ca­ni­cules

Lors des pé­riodes de ca­ni­cule au coeur de l’été, qui se­ront plus nom­breuses, la tem­pé­ra­ture pour­ra mon­ter jus­qu’à 45-50°C à l’ombre après 2050. Ce phé­no­mène se­ra ac­cen­tué à l’in­té­rieur des terres, comme à Dra­gui­gnan dans le Var mais aus­si dans les Alpes-Ma­ri­times comme dans la plaine du Var, le fleuve ! Se­lon Phi­lippe Ros­sel­lo, géo­graphe et co­or­di­na­teur du GREC-SUD, « on peut s’at­tendre à une aug­men­ta­tion im­por­tante des nuits tro­pi­cales. Qu’est-ce qu’on en­tend par nuit tro­pi­cale ? C’est une nuit où la tem­pé­ra­ture ne des­cend pas en des­sous de 20°C. On est pas­sé de quinze nuits tro­pi­cales à Nice dans les an­nées soixante, à plus de 60 au­jourd’hui. Et d’ici 2050, ce se­ra da­van­tage.» Il y au­ra des ef­fets do­mi­nos sur les pay­sages et le quo­ti­dien des gens, ex­pliquent les ex­perts du GREC-SUD, qui pu­blient leurs tra­vaux sur le site www.grec-sud.fr. Avec plus de deux mil­lions d’ha­bi­tants dans le Var et les Alpes-Ma­ri­times, la prise de conscience in­di­vi­duelle va pe­ser énor­mé­ment, à tra­vers des gestes qui ne né­ces­sitent pas for­cé­ment un in­ves­tis­se­ment fi­nan­cier : par exemple, prendre en masse les tran­sports en com­mun pour ré­duire l’émis­sion de CO2 par les au­to­mo­biles. Le CO2 qui est le gaz à ef­fet de serre par ex­cel­lence. Ce­pen­dant, la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique n’est pas de la res­pon­sa­bi­li­té du seul ci­toyen. Les dé­ci­sions po­li­tiques de­vront être exem­plaires, sur l’éner­gie en par­ti­cu­lier. « La cen­trale bio­masse à Gar­danne est plu­tôt une aber­ra­tion », es­time Hen­drik Da­vi, cher­cheur à l’Inra en éco­lo­gie des fo­rêts mé­di­ter­ra­néennes, à Avi­gnon: «Il faut sor­tir du nu­cléaire et des éner­gies fos­siles mais brû­ler du bois pour pro­duire de l’éner­gie. » Se­lon Wolf­gang Cra­mer, cher­cheur au CNRS à Aix-en-Pro­vence et co­au­teur du der­nier rap­port du GIEC, « à chaque dé­ci­sion, y com­pris po­li­tique, il faut s’in­ter­ro­ger : est-ce qu’elle est co­hé­rente avec la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique ? »

(Pho­to Laurent Mar­ti­nat)

Dans trente ans, les pa­ra­sols s’éta­le­ront sur les plages, dès le mois de mai, où la tem­pé­ra­ture pour­rait dé­pas­ser les °C.

Les ex­perts de l’évo­lu­tion du cli­mat le disent et le re­disent: prendre les tran­sports en com­mun, évi­ter la voi­ture, rien de tel pour lut­ter contre le ré­chauf­fe­ment de la pla­nète !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.