La psy­chia­trie pion­nière

Var-Matin (Grand Toulon) - - Santé -

S’il est une dis­ci­pline pion­nière en ma­tière de par­cours de soins co­or­don­nées, c’est bien la psy­chia­trie, comme le rap­pelle le Dr Jean-Yves Gior­da­na, mé­de­cin­chef du pôle ter­ri­toire du CH Sain­teMa­rie. «La psy­chia­trie avait été très en avance : à l’après-guerre, le sys­tème de soins avait été or­ga­ni­sé sous forme d’étapes pré­vi­sibles. On a confé­ré à une équipe plu­ri­dis­ci­pli­naire la res­pon­sa­bi­li­té de la pré­ven­tion, du re­pé­rage pré­coce, du diag­nos­tic, du soin, etc. Le pro­blème, c’est que les équipes de san­té men­tale se sont ren­fer­mées sur elles-mêmes, ont per­du le contact avec le reste du ré­seau de soins y com­pris les gé­né­ra­listes. L’évo­lu­tion a mon­tré qu’il fal­lait qu’on dé­cloi­sonne (no­tam­ment pour prendre en compte l’in­ser­tion so­ciale des pa­tients) pour nous ou­vrir au mé­de­cin trai­tant qui est le co­or­don­na­teur des soins mais aus­si au monde du tra­vail, du so­cial, au lo­ge­ment… à tout ce qui consti­tue la vie d’une per­sonne.» Et le pro­fes­sion­nel de dé­tailler : «Nous avons mis en place des co­or­don­na­teurs qui suivent les pa­tients dans les pre­miers mois, les pre­mières an­nées, de la dé­com­pen­sa­tion psy­chia­trique. Parce que c’est une pé­riode qui va condi­tion­ner le pro­nos­tic de la ma­la­die, le de­ve­nir de la per­sonne : il faut qu’il y ait quel­qu’un (pas for­cé­ment un pro­fes­sion­nel de san­té d’ailleurs) qui veille sur la per­sonne pour sa­voir où elle en est en termes pro­fes­sion­nel, de confiance en soi, d’ob­ser­vance du trai­te­ment. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.