Cha­cun veut sa place au so­leil

Var-Matin (La Seyne / Sanary) - - Sports - An­tho­ny Des­cours Laurent Se­guin

Évi­dem­ment ce soir à 19 heures, il se­ra sur le point de se cou­cher. Mais on peut d’ores et dé­jà vous an­non­cer, sans prendre beau­coup de risques pour au­tant, qu’avant de cé­der sa place aux pro­jec­teurs de Louis-Hon, il au­ra co­pieu­se­ment brillé. Oui, c’est l’été in­dien et comme chan­tait l’autre, Le So­leil Donne. Per­sonne ne va s’en plaindre. À part peut-être les jar­di­niers d’une pe­louse ra­phaë­loise dé­plo­rable en dé­but de sai­son et en­core fra­gile au­jourd’hui. Il faut dire que la cha­leur, comme la sé­che­resse es­ti­vale, ne les ont pas beau­coup ai­dés. Du cô­té de l’Étoile, c’est d’ailleurs tout l’été qui a pris une tour­nure pour le moins ora­geuse puis­qu’il a fal­lu at­tendre dé­but sep­tembre et la qua­trième jour­née pour en­tre­voir en­fin une éclair­cie avec la vic­toire contre Paul­han (4-0).

Blanc : « Un der­by se joue sur pas grand-chose »

On l’au­ra com­pris, fin sep­tembre, les Étoi­listes n’étaient pas mé­con­tents de chan­ger de sai­son pour en­fin dé­mar­rer la leur. So­leil ou pas, été in­dien ou non, l’ar­ri­vée de l’au­tomne est une forme de bé­né­dic­tion

pour les hommes de Jean-Noël Ca­be­zas, avec no­tam­ment un suc­cès re­ten­tis­sant ob­te­nu voi­ci quinze jours sur la pe­louse du Spor­ting Tou­lon (12). Une em­bel­lie qu’il fau­dra tou­te­fois confir­mer ce soir à l’oc­ca­sion d’un nou­veau der­by, cette fois à do­mi­cile et ce coup-ci face à Hyères. Hyères, où tout est jus­te­ment au beau fixe avec no­tam­ment les re­tours de De­cu­gis et Res­sa. Mais si l’en­traî­neur des Hyé­rois a l’em­bar­ras du choix pour com­po­ser son équipe, il n’en reste pas moins mé­fiant pour au­tant. « Fréjus St-Ra­phaël a re­dres­sé la barre après une en­tame ra­tée. C’est le meilleur ef­fec­tif de la poule avec

d’ex­cel­lents joueurs dans chaque ligne, pré­vient An­dré Blanc. Il y a deux ou trois op­tions tac­tiques que nous avons pré­pa­rées. Leur ani­ma­tion of­fen­sive peut va­rier et la clé se­ra de vite s’adap­ter. Un der­by se joue sur rien ou pas grand-chose ». Des dé­tails donc, et peut-être aus­si le fait de briller un peu plus que d’ha­bi­tude. Un peu comme ce so­leil d’au­tomne qui se­ra dé­jà cou­ché de­puis un mo­ment quand l’une des deux équipes au­ra éclip­sé l’autre.

(Pho­tos Phi­lippe Ar­nas­san, Laurent Mar­ti­nat, F. M.)

Étoi­listes (Du­mas, à gauche) et Hyé­rois (Pin à droite) ne vou­dront pas res­ter dans l’ombre lors du der­by de ce soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.