Bac : “Les men­ta­li­tés sont prêtes”

Var-Matin (La Seyne / Sanary) - - Face À La Rédaction -

Faut-il une ré­forme des va­cances ?

« La ré­flexion n’est pas sim­ple­ment celle des va­cances mais du temps an­nuel de l’éducation. [...] Les grandes va­cances sont très grandes dans notre pays, très, très grandes. Je ne sais pas si elles sont trop grandes. Elles sont par­mi les plus longues de tous les pays eu­ro­péens. Est-ce que c’est trop ou pas as­sez ? Il faut une ré­flexion com­mune, une concer­ta­tion. »

Les men­ta­li­tés sont-elles prêtes pour une ré­forme du bac ?

On ar­rive au bout d’une lo­gique, d’un sys­tème. Ce bac doit être ins­crit dans le XXIe siècle, il doit par­ler for­te­ment aux fa­milles. Je pense que les men­ta­li­tés sont prêtes. La réus­site des étu­diants se pré­pare avec un bac qui a du sens. Le fait de se concen­trer sur du contrôle conti­nu et quatre ma­tières ma­jeures, c’est la meilleure ma­nière d’en­vi­sa­ger les choses.

L’écri­ture in­clu­sive, une mau­vaise idée pour de bonnes rai­sons ?

L’écri­ture in­clu­sive est une vo­lon­té d’éta­blir une ré­ponse à une pro­blé­ma­tique éga­li­taire. Le dé­bat est pas­sion­né. Notre mi­nistre s’est plu­tôt pro­non­cé en sa dé­fa­veur. Pour s’ex­pri­mer, on a deux forces sym­bo­liques, les images et la langue. Je crois que les pro­blé­ma­tiques d’éga­li­té sont avant tout por­tées par nos re­pré­sen­ta­tions en termes d’images et pas par la langue. La fi­na­li­té de la com­pré­hen­sion en se­rait-elle amé­lio­rée ? L’écri­ture in­clu­sive est un en­jeu po­li­tique, mais c’est avant tout l’ob­jec­tif de la com­pré­hen­sion qu’il faut pou­voir at­teindre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.