« La très mau­vaise so­lu­tion »

Var-Matin (La Seyne / Sanary) - - Le Dossier Du Dimanche - L. A.

d’échan­ger des pres­ta­tions sexuelles contre de l’ar­gent, dont en plus  % ne re­vient pas aux pros­ti­tuées qui sont entre   et   en France !

Deux ans après quel bi­lan ti­rez-vous de la loi ?

Le pro­blème de la loi, c’est qu’elle n’est pas en­core suf­fi­sam­ment ap­pli­quée, no­tam­ment dans le Var qui n’est pas en pointe, au contraire de la Seine-etMarne ou de l’Aude. Là, des com­mis­sions ont été créées, des pro­cu­reurs pour­suivent les clients et des par­cours de sor­tie sont mis en place pour les pros­ti­tuées... Les pre­miers bi­lans de­vraient tou­te­fois mon­trer que les actes de pros­ti­tu­tion au­raient ten­dance à bais­ser, car le fait de s’at­ta­quer à la de­mande, donc au client, a for­cé­ment un im­pact. Ga­geons que ce­la in­vite da­van­tage de pré­fets à réunir des com­mis­sions pour per­mettre d’of­frir de vraies al­ter­na­tives, tout en lut­tant plus ef­fi­ca­ce­ment contre les tra­fi­quants.

Le pro­gramme de sen­si­bi­li­sa­tion en mi­lieu sco­laire est-il suf­fi­sant ?

Non, il est en­core em­bryon­naire. Comme les in­ter­ven­tions sur la toxi­co­ma­nie, ce­la va mettre du temps... Préoc­cu­pant, car il y a un phé­no­mène mon­dial qui est le ra­jeu­nis­se­ment des vic­times. En France, on a de la pros­ti­tu­tion dans les col­lèges... Vous avez des proxé­nètes de  ans. C’est une réa­li­té ! Les pro­cès aug­mentent. La po­lice es­time que  % des vic­times d’ex­ploi­ta­tion sexuelle sont des mi­neurs. Quant au fonds de pré­ven­tion de , mil­lions, il n’est pas en­core uti­li­sé à ma connais­sance. En es­pé­rant que par la suite, la sai­sie des avoirs cri­mi­nels per­mette d’abon­der ce fonds.

Loi ou pas, In­ter­net de­meure un el­do­ra­do pour la pros­ti­tu­tion...

L’es­sen­tiel de la pros­ti­tu­tion - au moins  % - se passe ef­fec­ti­ve­ment dans des stu­dios ou à l’hô­tel avec des ren­dez-vous sur In­ter­net. La loi est ti­mide mais pas muette en ten­tant de res­pon­sa­bi­li­ser les four­nis­seurs d’ac­cès. Ce­la porte ses fruits puisque cet été, Vi­vas­treet, e site fran­çais d’an­nonces en ligne, a sus­pen­du, sa ru­brique « Ren­contres » au mo­tif que cer­tains uti­li­sa­teurs en fe­raient « un usage in­ap­pro­prié », c’es­tà-dire une pros­ti­tu­tion dé­gui­sée. Aux États-Unis son équi­valent a vu ses deux di­ri­geants mis en pri­son !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.