AI­GUILLE DE BLAI­TIÈRE (3507 m) — Fi­del Fias­co

ED / 6c+ (6b) / 350 m Ou­vert les 22 et 30 juillet 1984 par Mi­chel Piola et Pierre-Alain Stei­ner.

Vertical (French) - - Summer Vibes Voies Piola -

Nou­velle si­gna­ture à Blai­tière pour la cor­dée Piola-Stei­ner. Et pas des moindres ! Fi­del Fias­co a ac­quis une place mé­ri­tée dans la to­do liste de nom­breux grim­peurs de gra­nit. Rien n’est don­né dans cette voie. Un so­lide ni­veau en 6c trad est ap­pré­ciable pour pou­voir pro­fi­ter de l’es­ca­lade. Ici, tous les crux se jouent sur les pieds. Dé­li­ca­tesse, on vous dit ! Au­cun pas­sage raide, il n’est ques­tion que d’équi­libre et de science du mou­ve­ment. Com­por­tant de nom­breuses fis­sures, une bonne tech­nique de ver­rou peut ai­der. Mais le plus im­por­tant se­ra d’avoir des or­teils prêts à char­ger les mi­cro­cris­taux de gra­nit.

PRA­TIQUE

L’ap­proche est iden­tique à celle de la voie Na­bot Léon. Une fois au dé­part de cette der­nière, on pour­suit la sente jus­qu’au né­vé sus­pen­du que l’on tra­verse pour re­joindre une avan­cée ro­cheuse en son centre. On re­monte quelques gra­dins en III jus­qu’à R0. L’iti­né­raire n’est glo­ba­le­ment pas très dur à trou­ver. Les re­lais sont équi­pés pour la des­cente en rap­pel et au­to­risent une re­traite. Dès L2, on est mis dans le bain avec une fis­sure à doigts as­sez sou­te­nue en 6b. En L4, on trouve un pre­mier pe­tit crux avec un pas de dalle puis une fis­sure à doigts le long d’une écaille (6c), où il faut tra­vailler sa pose de pieds : de face ou en dül­fer, cha­cun se­lon son ins­tinct. Une seule lon­gueur de tran­si­tion de III/IV en L6 vient rompre la conti­nui­té de l’es­ca­lade. La deuxième moi­tié est sou­te­nue tout du long, avec no­tam­ment la dalle en 6c de L9, pe­tit bi­jou de fi­nesse et de lec­ture (mais où diable se cachent les prises ?) et à nou­veau de su­perbes fis­sures en L10-L11 (6b+, 6c). La der­nière lon­gueur en 6a, pure fis­sure à doigts, n’est pas à sou­ses­ti­mer une fois qu’on ar­rive un peu en­ta­mé en haut. On re­grette seule­ment de ne pas dé­bou­cher à un som­met, mais ces douze lon­gueurs suf­fisent à rem­plir la jour­née ! À la des­cente, il est pos­sible de sau­ter plu­sieurs re­lais avec 2 x 60m : c’est tou­jours quelques mi­nutes de ga­gnées pour pou­voir at­tra­per la der­nière benne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.