JE LUTTE SUR TOUS LES FRONTS

Vie Pratique Feminin - - Dossier -

1 JE LUTTE CONTRE LE FROID

Le froid to­ni­fie, raf­fer­mit, mais cer­taines peaux sen­sibles le sup­portent mal. Avant de faire ap­pel à des cos­mé­tiques riches, chas­sons deux en­ne­mis : le chauf­fage à plus de 20 °C à l’in­té­rieur, pour évi­ter les chocs ther­miques, et les agents la­vants très mous­sants, riches en ten­sio-ac­tifs sul­fa­tés donc trop dé­ter­gents.

Comment faire ? Les ama­trices de confort peuvent tes­ter les nou­veaux masques en film de co­ton. Ils s’achètent en mo­no­doses et donnent un pe­tit cô­té « spa à la mai­son », pour ai­der la peau à re­lan­cer ses mé­ca­nismes d’hy­dra­ta­tion.

Le bon pro­duit : un pa­ckage qui dé­livre une crème net­toyante aux ex­traits bo­ta­niques, un masque hy­dra­tant et un soin de jour ré­con­for­tant. Masque hy­dra­tant, 6,99 €, Be­lif, en ex­clu­si­vi­té chez Se­pho­ra, se­pho­ra.fr 2 JE LUTTE CONTRE LA POL­LU­TION Oui, elle fait vieillir la peau. Le doc­teur Mer­vyn Pat­ter­son, der­ma­to­logue, a me­né une étude pour Wool­foord Me­di­cal en 2014, qui prouve que le vieillis­se­ment cu­ta­né est plus ra­pide pour les ci­ta­dins. Il a éta­bli un lien di­rect entre les pics de pol­lu­tion et l’aug­men­ta­tion du nombre de per­sonnes at­teintes d’ur­ti­caire, de der­ma­tites ou d’ec­zé­ma. Alain Gé­loën, phy­sio­lo­giste et conseiller scien­ti­fique Ni­vea, entre dans le dé­tail : « De nom­breux pol­luants sont pré­sents dans l’air : par­ti­cules en sus­pen­sion ( PM) de dif­fé­rentes tailles, com­po­sés or­ga­niques vo­la­tiles is­sus de la com­bus­tion des mo­teurs à ex­plo­sion, mé­taux lourds, oxydes d’azote, oxydes de car­bone, ozone… » Pas très ras­su­rant… « Les par­ti­cules, sous l’ef­fet des UV, en­gendrent un stress oxy­da­tif. Sou­mise aux ra­di­caux libres, à la lu­mière, la peau est su­jette aux rides et autres signes de l’âge pré­ma­tu­rés. La bar­rière cu­ta­née s’al­tère, la syn­thèse de col­la­gène et d’élas­tine est ra­len­tie. Sur le vi­sage, ce­la se tra­duit par un des­sè­che­ment cu­ta­né, un vieillis­se­ment de la peau ac­cé­lé­ré, un teint brouillé… »

Comment faire ? Choi­sir une gamme de soins dé­tox ou an­ti­pol­lu­tion. Ils doivent af­fi­cher à la fois un in­dice de pro­tec­tion (SPF) au moins égal à 15, ain­si que des in­gré­dients vé­gé­taux.

Le bon pro­duit : du thé vert bio, de l’acide hya­lu­ro­nique, de la gly­cé­rine hy­dra­tante : l’es­sen­tiel est là pour un teint jeune et frais. Soin de jour Skin De­fense SPF 20, Ni­vea, 8 €, ni­vea.fr

3 JE LUTTE CONTRE LES TACHES

La gé­né­ra­tion quin­qua a sou­vent abu­sé du so­leil à une époque où on en connais­sait mal les dan­gers, et a par­fois même grillé dans des ca­bines UV, odieuses tueuses de cel­lules. Ré­sul­tat ? L’ap­pa­ri­tion de taches cu­ta­nées. Les der­ma­to­logues pré­co­nisent donc un soin de jour avec un in­dice de pro­tec­tion.

Comment faire ? Les taches vi­sibles peuvent être at­té­nuées par des cos­mé­tiques, mais pour les ôter to­ta­le­ment, c’est par un pee­ling ou une séance de la­ser chez le der­ma­to­logue qu’il fau­dra pas­ser. Le bon pro­duit : un soin à base de char­bon ac­tif, d’herbe de saule et d’acide sa­li­cy­lique an­ti-taches. Cor­rec­teur de taches au char­bon, Bos­cia, en ex­clu­si­vi­té chez Se­pho­ra, 19,90 €, se­pho­ra.fr

4 JE LUTTE CONTRE LES IRRITATIONS

Ça gratte, ça pique, ça pi­cote, et le frot­te­ment des vê­te­ments n’ar­range rien. Pre­mier ré­flexe, si ces irritations concernent le corps, on évite les ma­tières synthétiques et les co­tons fa­bri­qués à l’étran­ger à bas coût, qui com­portent des taux bien trop éle­vés de pes­ti­cides. On choi­sit une les­sive pour peaux sen­sibles et on évite les adou­cis­sants. En ap­pli­ca­tion quo­ti­dienne sur le corps, on es­saie une for­mule re­li­pi­dante an­ti­grat­tage, en sé­lec­tion­nant une marque à base d’eau ther­male.

Comment faire ? Sur le vi­sage, on tente un soin cal­mant avec de la Cen­tel­la asia­ti­ca, une plante uti­li­sée en mé­de­cine chi­noise pour ses ver­tus apai­santes et an­ti-in­flam­ma­toires, ou en­core un ex­trait d’aloe ve­ra, cal­mant aux ver­tus an­ti-rou­geurs.

Le bon pro­duit : l’aloe ve­ra, ici uti­li­sé pur, per­met de dé­sen­si­bi­li­ser la peau et de cal­mer les irritations. Ac­tif Pur Aloe Ve­ra, A31, Etat Pur, 14 €, etat­pur.com

5 JE LUTTE CONTRE LA DÉSHY­DRA­TA­TION

Notre peau su­bit une sorte d’éva­po­ra­tion de l’eau si­tuée dans les couches pro­fondes : on l’ap­pelle la perte in­sen­sible en eau. En théo­rie, le film hy­dro­li­pi­dique (un mé­lange d’eau et de corps gras) la pro­tège de la déshy­dra­ta­tion. Comme cette bar­rière de pro­tec­tion est al­té­rée par le froid, les rayons UV et la pol­lu­tion, on com­mence par ne pas en ra­jou­ter en évi­tant l’al­cool, le ta­bac, et les cos­mé­tiques qui dé­capent ! Deuxième ré­flexe, pour abreu­ver cet or­gane consti­tué de 70 % d’eau, on boit beau­coup et sou­vent, des bois­sons sans sucre ajou­té. Le troi­sième ni­veau d’in­ter­ven­tion, c’est un ap­port suf­fi­sant de bons gras, qui vont ren­for­cer notre écosystème

cu­ta­né. Dans l’as­siette, on se ré­gale de concombre (gor­gé d’eau) et d’avo­cat, riche en bon gras vé­gé­tal, mais aus­si de noix de ma­ca­da­mia, de noix du Bré­sil ou d’amandes. En sur­face, on veille à ap­pli­quer des sé­rums hy­per hy­dra­tants.

Comment faire ? Les com­po­sants les plus uti­li­sés sont l’urée, l’acide lac­tique et la gly­cé­rine, entre autres. Et les soins conte­nant des huiles vé­gé­tales res­tent bien sûr une pro­di­gieuse source de bien­faits.

Le bon pro­duit : sans par­fum, ce soin bio dé­livre une bonne dose de phos­pho­li­pides ré­gé­né­rants. Tour­ne­sol, huile de jo­jo­ba, rose bio… un concen­tré de bien­faits ! Soin de jour nour­ris­sant Se­cret Bo­ta­nique, Cat­tier, 20,60 €, cat­tier-pa­ris.com

6 JE LUTTE CONTRE LE VIEILLIS­SE­MENT

Peu de so­leil, beau­coup de vi­ta­mines, peu ou pas d’al­cool, pas de ta­bac et du sport ré­gu­liè­re­ment… on a l’im­pres­sion de tout sa­voir. Que pour­rait-on avoir ou­blié ? Si l’on se penche sur les fon­da­men­taux (net­toyer, hy­dra­ter, nour­rir), une étape peut être amé­lio­rée : celle du net­toyage.

Comment faire ? La brosse net­toyante ne manque pas d’atouts : il existe des têtes de brosse pour les peaux sen­sibles, et leur prix a bais­sé. À quoi servent-elles ? À dé­bar­ras­ser la peau des cel­lules mortes qui em­pêchent les cos­mé­tiques de jouer leur rôle, à mas­ser aus­si, pour fa­vo­ri­ser les échanges cel­lu­laires et dé­fa­ti­guer. Dès la pre­mière uti­li­sa­tion, avec un net­toyant bio et doux, on per­çoit la dif­fé­rence sur l’éclat du teint.

Le bon pro­duit : un net­toyage 6 fois plus ef­fi­cace en quelques pas­sages, et la pos­si­bi­li­té de choi­sir la tête de brosse pour peau ul­tra-sen­sible avec

32 000 brins souples et longs. Brosse net­toyante Mi­ni Vi­sa­pure, Phi­lips, 69,99 €, phi­lips.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.