Les bien­faits de la mé­di­ta­tion

La mé­di­ta­tion peut être d'un grand se­cours dans di­verses si­tua­tions et contre une mul­ti­tude de maux, à la tête des­quels on trouve le stress et l'an­xié­té.

Vivre Bio - - Sommaire -

Si,à l'ori­gine, la mé­di­ta­tion était un fait pu­re­ment re­li­gieux, cette pra­tique s'est peu à peu dé­ta­chée de sa vo­ca­tion pre­mière et lar­ge­ment dé­mo­cra­ti­sée, de­ve­nant pro­gres­si­ve­ment une dis­ci­pline au ser­vice du bien-être phy­sique et men­tal. Les moines boud­dhistes s'y adonnent tou­jours dans le cadre de leur re­li­gion, tan­dis que les pra­ti­quants moins in­té­res­sés par l'as­pect pieux de la chose s'en servent comme un ou­til d'in­tros­pec­tion et de bien-être. Voyons en­semble les bé­né­fices que l'on peut ti­rer de mé­di­ta­tion et quelques unes des tech­niques et écoles les plus connues.

ex­plo­rer les pro­fon­deurs de son es­prit et éva­cuer les pen­sées né­ga­tives

Les tech­niques de mé­di­ta­tion et les écoles de pen­sée sont in­nom­brables, mais toutes ont une dé­marche et un ob­jec­tif com­muns : plon­ger au fin fond de son propre in­té­rieur, prendre conscience de soi­même et de son uni­vers, et ne pas se lais­ser en­va­hir par les pen­sées né­ga­tives afin d'at­teindre un état de sé­ré­ni­té to­tale. Les pos­tures va­rient d'une culture à l'autre ; des po­si­tions les plus com­pli­quées, né­ces­si­tant des an­nées d'ex­pé­rience, aux plus simples, as­sises, de­bout, en mar­chant. L'uti­li­sa­tion ou non de la voix est éga­le­ment un point de dis­tinc­tion entre les di­verses écoles. Cer­taines par­mi ces der­nières pré­co­nisent une mé­di­ta­tion à voix haute, s'ac­com­pa­gnant de pro­non­cia­tions de for­mules plus ou moins com­plexes (de la simple syl­labe aux longues in­can­ta­tions), pen­dant que d'autres pri­vi­lé­gient un si­lence ab­so­lu. Il en est de même pour l'in­ten­si­té de la concen­tra­tion, la né­ces­si­té ou non de se fo­ca­li­ser sur un ob­jet concret, ou en­core la fer­me­ture ou l'ou­ver­ture des yeux pen­dant la mé­di­ta­tion. Dans tous les cas de fi­gure, les tech­niques s'ap­prennent de pré­fé­rence en groupe, lors de cours ou d'ate­liers en­ca­drés, car ce­la fa­ci­lite l'ac­qui­si­tion des gestes justes et ap­porte un sur­croît de mo­ti­va­tion. Par la suite, et une fois l'en­traî­ne­ment ache­vé, on pour­ra s'adon­ner à la mé­di­ta­tion chez soi pour pro­fi­ter de ses bien­faits à tout mo­ment de la jour­née. Plus d'une étude ont dé­mon­tré le lien entre la pra­tique ré­gu­lière de la mé­di­ta­tion et l'amé­lio­ra­tion de l'état psy­chique, no­tam­ment en ce qui concerne le stress et les ten­sions de toutes sortes. In­dé­pen­dam­ment de la tech­nique mise en oeuvre et de l'école sui­vie, la mé­di­ta­tion va ame­ner le corps à fonc­tion­ner au ra­len­ti : les bat­te­ments du coeur, la res­pi­ra­tion, l'ac­ti­vi­té cé­ré­brale et la ten­sion mus­cu­laire vont connaître un rythme net­te­ment ré­duit. Ain­si, l'or­ga­nisme s'apaise, en même temps que l'es­prit, et les pen­sées né­fastes se dis­sipent pro­gres­si­ve­ment, le tout for­mant un ter­rain bien plus pro­pice à la dé­tente qu'au stress.

Qu’est-ce que la mé­di­ta­tion trans­cen­dan­tale ?

Créée vers la fin des an­nées cin­quante par le maître spi­ri­tuel in­dien

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.