La rou­tine du do­do

pour un som­meil se­rein

Vivre Bio - - Kids -

L’en­fant a be­soin d’une rou­tine du do­do pour mar­quer la tran­si­tion entre le jour et la nuit. Les mêmes gestes qui se ré­pètent à la même heure fa­vo­risent l’en­dor­mis­se­ment, il sau­ra ain­si qu’il est l’heure d’al­ler au lit et ne fe­ra pas de ca­prices. Il convient d’évi­ter les ac­ti­vi­tés sti­mu­lantes pen­dant l’heure qui pré­cède le do­do et d’op­ter plu­tôt pour des ac­ti­vi­tés apai­santes (lec­ture, chan­son douce, mots d’amour…). Rien de tel pour fa­vo­ri­ser l’en­dor­mis­se­ment dans les meilleures condi­tions.

Dans la pra­tique

Ac­cor­dez du temps à votre en­fant : il ne s’agit pas de cé­der au chan­tage et aux pleurs, mais bien d’ac­cor­der du temps au bout de chou. Une pe­tite de­mi-heure pen­dant la­quelle vous lui par­lez, le ras­su­rez, lui faites la lec­ture… si vous es­sayez de bâ­cler le ri­tuel du do­do l’en­fant le sen­ti­ra et ré­sis­te­ra. Il ne faut pas non plus que ce pe­tit mo­ment s’éter­nise ! Ex­pli­quez à votre en­fant que le temps al­loué au do­do est ter­mi­né et qu’il est temps de fer­mer les yeux et de se lais­ser ber­cer par de beaux rêves. Il lui ar­ri­ve­ra cer­tai­ne­ment de ten­ter sa chance en es­sayant de vous re­te­nir sous di­vers pré­textes, soyez ferme. A heure fixe : la même règle s’ap­plique pour les re­pas, le bain, etc. L’en­fant pour­ra ain­si an­ti­ci­per et se pré­pa­rer à al­ler au lit. On dé­cide d’une heure pour al­ler au lit et on s’y tient ! An­ti­ci­per la né­go­cia­tion : tou­jours pour pré­pa­rer l’en­fant à ce qui va suivre. Dites lui que c’est la der­nière his­toire ou la der­nière chan­son pour évi­ter qu’il ne se mette à né­go­cier une autre. Une fois cette der­nière ac­ti­vi­té ar­ri­vée à son terme, on le borde, l’em­brasse et en lui sou­haite une bonne nuit. La mai­son se met au rythme du do­do : une fois l’en­fant au lit, il convient de bais­ser le son de la té­lé et la lu­mière sous peine qu’il ait du mal à s’en­dor­mir.

Nom­breux sont les pa­rents qui re­doutent le mo­ment du cou­cher al­lant même jus­qu’à at­tendre que l’en­fant s’en­dorme de lui-même avant de le mettre au lit. Ré­sul­tat : le bout de chou peut se ré­veiller en pleine nuit et ne pas re­con­naître sa propre chambre ce qui fa­vo­rise l’ap­pa­ri­tion des ter­reurs noc­turnes ! Mieux vaut donc ins­tau­rer une rou­tine très claire et ras­su­rante au­tant pour l’en­fant que pour les pa­rents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.