WORK & STU­DY : AP­PRENDRE L’AN­GLAIS EN TRA­VAILLANT

Vous avez be­soin d’améliorer votre ni­veau d’an­glais mais pas for­cé­ment les fonds pour par­tir à l’étran­ger ? Tra­vailler quelques mois sur place peut vous per­mettre de conci­lier ap­pren­tis­sage et pe­tit bud­get !

Vocable (Anglais) - - Bons Plans Langues -

AVANT LE DÉ­PART

Pour faire de votre sé­jour une réus­site, il faut avant tout bien choi­sir son pro­gramme et sa des­ti­na­tion. A ce titre, les agences spé­cia­li­sées en jobs à l’étran­ger pro­posent, moyen­nant des frais de pla­ce­ment, plé­thore de for­mules. La plus cou­rante reste sans conteste le job dans les sec­teurs de l'hô­tel­le­rie et de la res­tau­ra­tion, prin­ci­pa­le­ment au Royaume-Uni sur une pé­riode minimum de 4 mois. « Les jobs vont de plon­geur à ma­na­ger, en pas­sant par por­tier ou en­core ré­cep­tion­niste », pré­cise Ma­rie Yague d’Eu­ro­pra­tice, une agence qui pos­sède un large ré­seau d’éta­blis­se­ments par­te­naires au Royau­meU­ni mais aus­si en Ir­lande. « Nous tra­vaillons avec des hô­tels Ac­cor, Hil­ton, Mar­riott comme avec des éta­blis­se­ments plus pe­tits et fa­mi­liaux. L’avan­tage d’un grand groupe est la pos­si­bi­li­té d’évo­lu­tion dans le tra­vail, au fur et à me­sure des pro­grès en langue ». Vous l’au­rez com­pris : plus le ni­veau d'an­glais est bon, plus le poste est in­té­res­sant. L’autre op­tion très en vogue pour ceux qui veulent mettre la main à la pâte : Le pro­gramme va­can­ces­tra­vail (PVT) qui per­met de tra­vailler et de ré­si­der dans un pays pen­dant une an­née com­plète. Les des­ti­na­tions pri­vi­lé­giées res­tent le Ca­na­da, l’Aus­tra­lie et la Nou­velle-Zé­lande. Si vous avez entre 18 ans et la tren­taine et que l’aven­ture fa­çon road trip vous sé­duit, la for­mule est faite pour vous ! Pré­voyez néan­moins un pe­tit pé­cule pour votre ar­ri­vée. Si vos res­sources le per­mettent, sa­chez que de nom­breuses agences pro­posent éga­le­ment de par­tir en vo­lon­ta­riat in­ter­na­tio­nal. A titre d’exemple, le CEI (Centre d'Echanges In­ter­na­tio­naux) pro­pose les sé­jours « Pro­tec­tion des tor­tues de mer » au Sri Lan­ka, « Sanc­tuaire des élé­phants » en Thaï­lande ou en­core « Dé­ve­lop­pe­ment du­rable » en Inde. En­fin, pour ac­qué­rir une ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle dans le cadre de vos études, le stage en en­tre­prise est une bonne so­lu­tion pour conci­lier ap­pren­tis­sage de l’an­glais et ex­pé­rience dans votre fu­tur sec­teur d’ac­ti­vi­té. Mar­ke­ting, com­merce, fi­nance, lo­gis­tique avec Ea­sy­langues ou en­core dans le sec­teur de la mode ou au sein de l’ONU à New York avec EF… Il y en au­ra pour tous les goûts, à condi­tion de té­moi­gner d’un bon ni­veau de langue.

DO:

Faire le point sur ses at­tentes, se­lon sa per­son­na­li­té. Pas­ser par une agence pour plus de tran­quilli­té.

SUR PLACE

Le sa­laire dans le sec­teur de la res­tau­ra­tion ou de l’hô­tel­le­rie, va­rie en fonc­tion de l’âge. Comp­tez néan­moins entre 1100 et 1400 eu­ros par mois… De quoi ren­ta­bi­li­ser son sé­jour sans non plus faire des fo­lies. Si vous par­tez dans le cadre d’un stage, sa­chez que les en­tre­prises versent ra­re­ment des in­dem­ni­tés. Aus­si, est-il utile de connaître cer­tains pro­grammes de fi­nan­ce­ment. Si vous avez la chance d’être bre­ton et d’avoir entre 18 et 30 ans, la Bourse Bre­tagne PELICAN pren-

dra en charge à 100 % une for­ma­tion lin­guis­tique de deux se­maines à Di­nard, un mois d'hé­ber­ge­ment et le pla­ce­ment ga­ran­ti de six mois minimum en en­tre­prise à Londres. Pour les autres, l’aide à la mo­bi­li­té in­ter­na­tio­nale (bourse CROUS) s'adresse aux étu­diants bour­siers de moins de 28 ans, ef­fec­tuant, dans le cadre de leurs études su­pé­rieures, entre deux et neuf mois consé­cu­tifs d'études ou stage à l'étran­ger. L'aide prend en compte la du­rée du sé­jour et les spé­ci­fi­ci­tés du pays d'ac­cueil. Des aides de cer­tains Conseils Gé­né­raux et/ou Ré­gio­naux existent éga­le­ment. Et l’hé­ber­ge­ment ? Si vous n’êtes pas lo­gé par votre em­ployeur, la co­lo­ca­tion est à la fois le plus simple et le plus éco­no­mique (entre 50 et 150 livres par se­maine au Royau­meU­ni).

DO:

Se pré­pa­rer à l’ex­pé­rience de l’in­con­nu, être per­sé­vé­rant et s’adapter.

DON’T…:

Rester dans son coin au risque de s’iso­ler.

DON’T…:

Faire l’im­passe sur les cours dès son ar­ri­vée. Ce­la pour­rait vous fer­mer des portes cô­té pro­fes­sion­nel et vous iso­ler.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.