LIVRES : BABE ALONE IN BA­BY­LONE He­dy

VOGUE Paris - - CONTENTS - Par Nel­ly Ka­priè­lian

La­marr, An­na-Ni­cole Smith, Yves Saint Laurent, Peg­gy Gug­gen­heim…: une sé­lec­tion de bio­gra­phies taillées pour la plage.

Icône de l’âge d’or hol­ly­woo­dien et in­ven­trice gé­niale, est morte ou­bliée. Écrites He­dy en 1966, La­marr ses mé­moires sortent en­fin en France: une plon­gée dé­ca­dente dans un Hol­ly­wood my­thique à sexuelle. tra­vers le Sans ré­cit ou­blier très hot quelques de sa vie bios sa­lées taillées pour la plage. Par Nel­ly Ka­priè­lian.

Lan­cée par la MGM comme «la plus belle femme du monde», He­dy La­marr a eu une vie aus­si flam­boyante que celle des hé­roïnes qu’elle in­car­nait à l’écran. Star my­thique à la fil­mo­gra­phie re­la­ti­ve­ment anec­do­tique et com­plè­te­ment ou­bliée, hor­mis peut-être le pé­plum kitsch Sam­son et Da­li­la de Ce­cil B. DeMille, La­marr avait en plus un cer­veau et fut l’in­ven­trice du­rant la guerre d’un sys­tème de trans­mis­sion ra­dio sans le­quel nos iP­hones n’exis­te­raient pas. Pour­tant, quand elle dé­cide d’écrire ses mé­moires au mi­lieu des an­nées 60 (avec l’aide de deux ghost­wri­ters), c’est de sexe qu’il s’agit. La­marr, sans doute lé­gè­re­ment ex­hi­bo, dit tout ce qu’on a tou­jours vou­lu sa­voir sur la vraie vie sexuelle de ces déesses du grand écran. D’au­tant qu’elle s’est ma­riée et a di­vor­cé six fois et a eu des di­zaines d’amants. Au­tant dire qu’on n’au­ra pas le temps de s’en­nuyer dans cette au­to­bio­gra­phie qui an­nonce la cou­leur dès la pre­mière page : «Au cours de ma vie, le sexe n’a pas tou­jours re­pré­sen­té une par­tie de plai­sir. J’ai connu dif­fé­rents genres d’hommes, de l’im­puis­sant clas­sique jus­qu’au sa­dique adepte du fouet qui ne peut prendre du plai­sir qu’après vous avoir at­ta­chée avec la cein­ture de sa robe de chambre. L’un d’eux est al­lé jus­qu’à ame­ner une femme dans notre lit alors que j’y étais éten­due et qu’il me croyait en­dor­mie !» Née le 9 no­vembre 1914 à Vienne d’un père ban­quier et d’une mère pia­niste, Hed­wig Eva Ma­ria Kies­ler se­ra la pre­mière ac­trice à tour­ner nue dans Ex­tase (1933), film qui fe­ra scan­dale et la ren­dra cé­lèbre non seu­le­ment à cause de sa nu­di­té, mais aus­si parce qu’on l’y voit, en gros plan, avoir un or­gasme. Au même mo­ment, la jeune Hed­wig épouse un ri­chis­sime fa­bri­cant de mu­ni­tions frayant avec Hit­ler et Mus­so­li­ni et tombe dans une pri­son do­rée où cha­cun de ses mou­ve­ments est épié – à un mo­ment, elle de­vra même se ré­fu­gier dans un peep-show pour échap­per à la traque de son ma­ri où, prise pour une pros­ti­tuée par un client, elle ac­cep­te­ra de cou­cher avec lui pour ne pas être dé­cou­verte. Après avoir en­fin pu fuir dé­gui­sée en do­mes­tique, l’ac­trice charme Louis B. Mayer, le puis­sant pa­tron de la MGM, lors d’un ren­dez-vous à Pa­ris. À Hol­ly­wood, re­bap­ti­sée He­dy La­marr, la jeune femme hante les soi­rées les plus glam, fré­quente des hommes cé­lèbres, dé­couvre sa bi­sexua­li­té (qu’elle re­ven­dique dans le livre) et conti­nue de se li­vrer à un vé­ri­table bras de fer avec Louis B. Mayer pour en­fin dé­cro­cher un rôle, un vrai. Mal­gré les ma­ni­gances et cal­culs aux­quels sem­blaient de­voir se li­vrer les stars, même sous contrat avec les stu­dios, pour dé­cro­cher de bons films, mal­gré aus­si les noms de met­teurs en scène pres­ti­gieux, de Vic­tor Fle­ming à King Vi­dor, qui ne vont pas tar­der à or­ner sa car­rière, La­marr se re­pro­che­ra tou­jours de ne pas faire preuve de ju­ge­ment dans le choix de ses films. Il faut dire qu’au­cun ne s’avère être un chefd’oeuvre, ni n’est de­ve­nu un clas­sique, au contraire du Lau­ra de Pre­min­ger qu’elle a re­fu­sé. Le pro­blème, c’est qu’elle ne fe­ra pas da­van­tage preuve de dis­cer­ne­ment cô­té hommes, ac­cu­mu­lant les échecs conju­gaux et les amants per­vers: «Sam était si ja­loux qu’il es­saya un jour de me faire por­ter une cein­ture de chas­te­té mé­tal­lique.» Quand il ne l’oblige pas à cou­cher sous ses yeux avec l’un de ses amis. Au cours de ses confidences de plus en plus tor­dues der­rière le brillant hol­ly­woo­dien, La­marr se dé­clare nym­pho­mane – «mes be­soins sexuels de­ve­naient in­con­trô­lables» – et, en ana­lyse, dé­couvre qu’elle a été vio­lée quand elle était en­fant. Plus tard, celle qui mour­ra dé­but 2000 re­nie­ra ces mé­moires, ju­geant le tra­vail de ses ghost­wri­ters vul­gaire, obs­cène et dif­fa­ma­toire. N’em­pêche qu’entre des fêtes dé­ca­dentes chez Erol Flynn où Ma­ri­lyn Mon­roe au­rait été prise en chasse dé­gui­sée en la­pin, à la mé­chan­ce­té d’In­grid Berg­man trom­pant son ma­ri dans une soi­rée, c’est peut-être l’un des do­cu­ments les plus édi­fiants sur la vie folle des mythes hol­ly­woo­diens.

Ecs­ta­sy and me. La folle au­to­bio­gra­phie d’He­dy La­marr. (Édi­tions Sé­guier. Tra­duc­tion de l’amé­ri­cain par Charles Villa­lon.)

«Au cours de ma vie, le sexe n’a pas tou­jours re­pré­sen­té une par­tie de plai­sir.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.