COUP DE GENIUS

Quand Mon­cler aban­donne les col­lec­tions sai­son­nières pour lais­ser à une pléiade de per­son­na­li­tés de la mode le loi­sir de créer leur cap­sule de dou­dounes de luxe, ça donne quoi ? Mon­cler Genius. Et c’est bien vu.

VOGUE Paris - - News - Par Théo­do­ra As­part

Quand Mon­cler aban­donne les col­lec­tions sai­son­nières pour lais­ser à une pléiade de per­son­na­li­tés de la mode le loi­sir de créer leur cap­sule de dou­dounes de luxe, ça donne quoi ? Mon­cler Genius. Et c’est bien vu.

«jus­qu’ici, les ré­ac­tions sont ex­cel­lentes et je crois que tout le monde a per­çu l’éner­gie qui en­toure le concept. Ce dé­mar­rage confirme que nous sommes sur la bonne voie, pour ce qui est de construire le fu­tur de la marque», nous écrit mi-juillet Re­mo Ruf­fi­ni, le pré­sident ma­ni­fes­te­ment ré­joui de Mon­cler, un mois après l’ar­ri­vée en bou­tique de la pre­mière salve de son pro­jet Mon­cler Genius. Der­rière ce nom si­byl­lin, rien de moins qu’une nou­velle stra­té­gie pour la marque. Ré­su­mons l’idée : pour sor­tir du mo­dèle clas­sique consis­tant à confier à un unique di­rec­teur ar­tis­tique la réa­li­sa­tion de deux col­lec­tions par an, Re­mo Ruf­fi­ni a pro­po­sé à toute une fa­mille de de­si­gners de li­vrer leur propre vi­sion de la dou­doune mai­son au gré de cap­sules dé­voi­lées à un rythme men­suel à par­tir de juin. Mon­cler Genius est un hub de créa­teurs, en somme – une «ré­pu­blique de l’ima­gi­na­tion», comme on dit au sein de la marque. Noter que ce chan­ge­ment de mé­thode n’est pas dû à une quel­conque dé­cep­tion fi­nan­cière : les ré­sul­tats de Mon­cler (cette griffe d’ori­gine fran­çaise fon­dée en 1952 à Mo­nes­tier-de-Cler­mont, comme ses deux syl­labes l’in­diquent, dont le bu­si­ness­man ita­lien or­chestre le suc­cès de­puis son ra­chat en 2003) n’ont ja­mais été aus­si bons qu’en 2017. La dé­ci­sion est plu­tôt mo­ti­vée par la convic­tion que le sys­tème des sai­sons est un peu dé­pas­sé, et que dans un monde où les dé­fi­lés sont vi­sibles à la se­conde même sur Ins­ta­gram sans que les col­lec­tions soient im­mé­dia­te­ment dis­po­nibles, mieux vaut peut-être dia­lo­guer dif­fé­rem­ment (et plus fré­quem­ment) avec les consom­ma­teurs. Mon­cler pro­pose donc autre chose. Et cette autre chose pré­sente un ef­fet col­la­té­ral non né­gli­geable, puisque mul­ti­plier les col­lec­tions, les si­gna­tures et les styles, c’est aus­si la pro­messe po­ten­tielle d’élar­gir son pu­blic. Mon­cler par Craig Green.

Pré­sen­té en ou­ver­ture de la fa­shion week de Mi­lan en fé­vrier der­nier, le concept a été inau­gu­ré par Hi­ro­shi Fu­ji­wa­ra, pape du street­wear ja­po­nais, à la tête du la­bel Frag­ment. Ont sui­vi son com­pa­triote Kei Ni­no­miya (dont la marque Noir est dans le gi­ron de Comme des Gar­çons), qui a eu l’heu­reuse idée de trai­ter le ma­te­las­sage de la dou­doune comme un tri­cot, puis Craig Green, cet es­poir de la mode mas­cu­line dont les ca­pi­ton­nages XL nous ont presque évo­qué des abris de sur­vie. Sep­tembre est dé­dié à la créa­trice ir­lan­daise Si­mone Ro­cha (ro­man­tisme in­at­ten­du de la dou­doune, vo­lan­tée ou fleu­rie, pro­por­tion­née comme une robe vic­to­rienne, pos­si­ble­ment en ivoire ou rose bon­bon), ain­si qu’à Mon­cler 1952, des mo­dèles clas­siques de la marque re­vi­si­tés à coups de cou­leurs pop. À ve­nir : Pier­pao­lo Pic­cio­li (di­rec­teur ar­tis­tique de Va­len­ti­no, mais in­ter­ve­nant cette fois-ci à titre per­son­nel), au­teur d’une sé­rie de pièces aux vo­lumes géo­mé­triques d’es­prit cou­ture, et Fran­ces­co Ra­gaz­zi (l’homme qui cé­lèbre les ska­teurs ca­li­for­niens à tra­vers sa marque Palm An­gels), dont la re­vi­site de l’uni­vers Mon­cler ca­pi­ta­lise joyeu­se­ment sur le lo­go et les slo­gans. Fin de cette pre­mière édi­tion avec une col­lec­tion Mon­cler Gre­noble (la gamme technique de la marque), faite d’un mix & match de ma­tières et de mo­tifs n’ayant a prio­ri pas grand­chose à voir avec les sports d’hi­ver : im­pri­més fleu­ris ou ca­che­mire, tar­tan, ve­lours cô­te­lé… Noter qu’à Paris, l’en­semble de Mon­cler Genius, ain­si que des créa­tions ex­clu­sives de Si­mone Ro­cha et Kei Ni­no­myia se­ront à shop­per au Prin­temps Hauss­mann à par­tir du 6 sep­tembre et pour une du­rée de six se­maines. Le propre de Mon­cler Genius étant le mou­ve­ment per­pé­tuel, ga­geons que le sché­ma ne ces­se­ra de mu­ter et que le nombre de de­si­gners et de col­lec­tions évo­lue­ra conti­nuel­le­ment avec une ré­ac­ti­vi­té et une adap­ta­bi­li­té dé­coif­fantes. «Stay tu­ned», confirme de fait Re­mo Ruf­fi­ni, lais­sant pré­sa­ger de fu­turs traits de gé­nie.

ci-contre, Mon­cler par Pier­pao­lo Pic­cio­li. en haut, à gauche, Mon­cler1952 et, à droite, Mon­cler Gre­noble.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.