STX : le com­pro­mis fran­co-ita­lien

Voile Magazine - - Actus -

Pa­ris et Rome ont en­fin trou­vé un com­pro­mis fin sep­tembre pour ré­soudre la crise sur la re­prise des chan­tiers na­vals STX-France. L’Ita­lien Fin­can­tie­ri ob­tient bel et bien la ma­jo­ri­té, à 51%, mais avec une pe­tite nuance. Il ob­tient en réa­li­té 50% des chan­tiers na­vals de Saint-Na­zaire aux­quels il faut ajou­ter 1% « prê­té » par l’Etat fran­çais, avec « droit de re­tour » pen­dant douze ans si l’Ita­lien ne res­pecte pas ses en­ga­ge­ments, no­tam­ment sur le main­tien de l’em­ploi. Ce pourcent de STX France coûte moins d’un mil­lion d’eu­ros, mais sa va­leur sym­bo­lique semble in­es­ti­mable. L’Etat, ac­tion­naire à 34,4% aux cô­tés de Na­val Group (10%), des sa­la­riés (2,4%) et des sous-trai­tants (3,7%), au­ra un droit de ve­to sur la no­mi­na­tion du pa­tron des chan­tiers, sur leur po­li­tique de di­vi­dendes et même sur leur nom. Avec cet ac­cord, le gou­ver­ne­ment es­père avoir trou­vé la pa­rade à ses craintes d’un trans­fert de sa­voir-faire des chan­tiers fran­çais vers le par­te­naire chi­nois de Fin­can­tie­ri. Reste la ques­tion de la coo­pé­ra­tion. Les deux gou­ver­ne­ments et les deux groupes met­tront en place un groupe de tra­vail sur les pos­si­bi­li­tés de coo­pé­ra­tion dans les na­vires de sur­face (fré­gates no­tam­ment). « L’Air­bus de la mer », ci­vil et mi­li­taire, fran­co-ita­lien, n’est pas en­core une réa­li­té.

Ac­cord ar­ra­ché : 50% pour Fin­can­tie­ri et 1% prê­té par l’Etat fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.