Vu du ciel : Con­car­neau

Con­car­neau fait par­tie des ports qui ont souf­fert du dé­clin de la pêche, si bien qu’une par­tie du port de pêche, der­rière la ci­té for­ti­fiée, a été cé­dé à la plai­sance.

Voile Magazine - - Sommaire - Texte : Cé­cile Hoy­nant. Pho­tos : Fran­çois Van Mal­le­ghem.

L’ACCES A CON­CAR­NEAU

n’est pas très com­pli­qué, mais il faut quand même faire at­ten­tion et prendre le che­nal au sé­rieux. Il com­mence par une porte étroite, celle com­prise entre Lué Vras (rouge) et Le Co­chon (verte). En­suite, on suit ce cô­té vert jus­qu’à l’en­trée du bas­sin, si­gna­lé de nuit par le sec­teur blanc du feu si­tué sur la Ville Close, le fa­meux bas­tion mé­dié­val de­ve­nu le coeur tou­ris­tique de la ci­té bi­gou­dène. Les pon­tons vi­si­teurs (A et D) sont dans l’avant-port, où ils cô­toient l’im­po­sante ar­ma­da des Glé­nans. At­ten­tion, l’abri est im­par­fait par vent d’ouest à sud-ouest mal­gré le brise-cla­pot qui flanque le port de plai­sance. L'ar­rière-port, si­tué der­rière la Ville Close, est net­te­ment mieux abri­té, mais n'est pas dé­dié à l'ac­cueil des vi­si­teurs. On y trouve la criée, qui vit en­core mal­gré une ac­ti­vi­té en baisse de­puis des an­nées, et les chan­tiers na­vals dont le cé­lèbre chan­tier Pi­riou qui com­pense un peu ce dé­clin grâce à de beaux suc­cès à l'in­ter­na­tio­nal (sup­ply-boats, cha­lu­tiers et na­vires mi­li­taires en col­la­bo­ra­tion avec DCNS). Au-de­là de la carte pos­tale, Con­car­neau est un port où l'on sent en­core une vé­ri­table ac­ti­vi­té ma­ri­time et une ex­per­tise dont té­moigne aus­si la pré­sence du Centre nau­tique des Glé­nans, dont Con­car­neau est le ber­ceau.

La ci­té for­ti­fiée de la Ville Close sé­pare l'avant et l'ar­rière-port.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.