NA­VI­GUER SUR LA RIVIERE D’ETEL

Voile Magazine - - PAYS DE LORIENT | LA RIVIERE D'ETEL -

Une fois la barre d’Etel pas­sée, les berges de sable et de ver­dure se dé­couvrent. Le port d’Etel se si­tue sur la rive est de la ria et dis­pose d’une cin­quan­taine de places vi­si­teurs. Six vé­los sont mis à dis­po­si­tion par la ca­pi­tai­ne­rie pour vi­si­ter par exemple le mu­sée des Tho­niers qui re­trace l’his­toire ha­lieu­tique du coin. Un pas­seur – le Treh-Si­mon – pro­pose ses ser­vices en haute sai­son pour tra­ver­ser la ri­vière et re­joindre l’autre rive. L’oc­ca­sion d’al­ler voir de plus près ces épaves de tho­niers, sur l’anse de Ma­gouër, dont la pho­to­gé­nie ra­vi­ra les amateurs. Pro­fi­tez-en pour al­ler sa­luer Jo­siane et vi­si­ter le sé­ma­phore. On peut na­vi­guer plus loin dans la ri­vière à condi­tion de te­nir compte des cou­rants vio­lents (jus­qu’à 10 noeuds par gros co­ef­fi­cients) et sur­tout d’avoir un ti­rant d’air rai­son­nable… Sous le pont Lo­rois, il n’y a pas plus de 9 m à ma­rée haute. Sous l’ou­vrage, le cou­rant ac­cé­lère sa­cré­ment. Une fois la frayeur et le pont pas­sés, il s’agit de res­ter dans la veine prin­ci­pale jus­qu’aux eaux plus calmes de la pres­qu’île de Saint-Ca­do, une perle connue pour sa cha­pelle ro­mane, sa fon­taine et sa fa­meuse mai­son qui semble po­sée sur l’eau. La lé­gende veut que la chaus­sée qui re­lie l’île à la terre soit l’oeuvre du diable. Pour réa­li­ser l’ou­vrage, il au­rait exi­gé l’âme de la pre­mière créa­ture qui le fran­chi­rait. Et Saint-Ca­do, fu­té, y dé­po­sa un chat. Au-de­là, la ria se di­vise en deux bras. Avec un faible ti­rant d’eau et en fin de ma­rée mon­tante, il est pos­sible de s’aven­tu­rer dans ces méandres flu­viaux, jo­lis ter­rains d’éle­vage des os­tréi­cul­teurs. Si­non, conten­tez-vous de dé­gus­ter une bour­riche d’huîtres, fier­té io­dée de la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.