Un champ sous sur­veillance

A Trénal, un gros mas­sif d’ambroisie s’est in­vi­té dans un champ de so­ja. Pro­blème : cette par­celle est si­tuée près des ha­bi­ta­tions…

Voix du Jura - - Jura - L. V.

« Vous de­vriez voir ça : ce n’est pas un champ de so­ja, c’est un champ d’ambroisie… » Alors que le Ré­seau na­tio­nal de sur­veillance aé­ro­bio­lo­gique (RNSA) avait clas­sé le dé­par­te­ment du Jura en « alerte rouge » al­ler­go pol­li­nique pour ces fa­meux pol­lens d’ambroisie, à Trénal, des ha­bi­tants se sont in­quié­tés de l’état d’un champ bor­dant la rue Thiel­let, où la plante in­va­sive pros­père.

Pour­tant, de­puis le 23 juin 2014, un ar­rê­té pré­fec­to­ral im­pose aux « pro­prié­taires, lo­ca­taires, ayant droit ou oc­cu­pants à quelque titre que ce soit » de ter­rains de « pré­ve­nir la pousse, net­toyer et en­tre­te­nir tous les es­paces et dé­truire les plants dé­jà dé­ve­lop­pés ». L’obli­ga­tion vaut d’ailleurs pour les par­celles agri­coles en culture, mais aus­si pour les col­lec­ti­vi­tés lo­cales et ter­ri­to­riales, en par­ti­cu­lier ceux gé­rant les voies de communication. D’ailleurs, l’ar­rê­té pré­voit que dans chaque com­mune, un ré­fé­rent soit mis en place dé­si­gné par le maire, qui a pour mis­sion de lo­ca­li­ser la pré­sence de la plante, ren­con­trer les pro­prié­taires ou oc­cu­pants de la par­celle concer­née « et les in­ci­ter à prendre les me­sures ap­pro­priées ».

Ar­rê­té pré­fec­to­ral

Si l’ar­rê­té pré­fec­to­ral est si im­pé­ra­tif, pré­voyant même de dé­ro­ger à l’in­ter­dic­tion de brû­lage des dé­chets verts pour per­mettre le brû­lage des pieds d’ambroisie post-flo­rai­son, afin de ne pas contri­buer à la dis­sé­mi­na­tion des graines lors des opé­ra­tions de trans­port, c’est que sa pro­li­fé­ra­tion pose de sé­rieux pro­blèmes de san­té pu­blique. « Plus il y a d’ambroisie, plus il y a de per­sonnes qui dé­ve­loppent une al­ler­gie », ex­plique Laurent Re­billard, le res­pon­sable du pôle de san­té vé­gé­tal char­gé de la lutte contre l’ambroisie au Fre­don de Franche Com­té. En Rhône-Alpes, ré­gion par­ti­cu­liè­re­ment tou­chée par la pro­li­fé­ra­tion, de 15 à 22 % des per­sonnes dé­ve­lop­pe­raient une al­ler­gie. C’est un peu moins en Franche-Com­té puisque l’es­ti­ma­tion de 2014 est de 10 à 12 % de la po­pu­la­tion, mais ça monte : la four­chette était de 6 à 10 % en 2007…

Pré­cau­tions à la récolte

Alors à Trénal, cette ar­ri­vée de l’ambroisie est surveillée comme le lait sur le feu. Et s’il n’a pas été de­man­dé à l’agri­cul­teur de dé­truire sa récolte, après consul­ta­tion du Fre­don, il va de­voir prendre des me­sures im­por­tantes pour li­mi­ter les risques de conta­mi­na­tion. « Il s’est en­ga­gé à faire sa récolte vers le 20 sep­tembre et à net­toyer en­suite sa ma­chine. Il va trier et ré­cu­pé­rer les graines d’ambroisie et les brû­ler », ex­plique le maire, Jean Roy. « En­suite, il va trai­ter la par­celle avec un désher­bant to­tal et pour l’an­née pro­chaine, il va plan­ter sur cette par­celle une cé­réale qui se récolte plus tôt, lorsque la plante n’est pas en graine. Il a bien pris en compte l’im­por­tance du pro­blème. Et pour l’ins­tant, c’est la seule par­celle tou­chée dans le vil­lage ».

A Trénal, de l’ambroisie s’est mê­lé au so­ja.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.