Clément Per­not re­nonce PO­LI­TIQUE. à se pré­sen­ter à l’élec­tion sé­na­to­riale

Voix du Jura - - Jura -

Alors qu’il a of­fi­ciel­le­ment re­çu l’in­ves­ti­ture LR, Clément Per­not a dé­ci­dé de ne pas se pré­sen­ter à l’élec­tion sé­na­to­riale. Il s’en ex­plique dans un cour­rier à Gé­rard Lar­cher.

Dans une lettre adres­sée à Gé­rard Lar­cher ven­dre­di en fin d’après-mi­di, le pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal, Clément Per­not, an­nonce qu’il re­nonce à se pré­sen­ter à l’élec­tion sé­na­to­riale, alors même qu’il avait re­çu l’in­ves­ti­ture of­fi­cielle du par­ti Les Ré­pu­bli­cains.

« La si­tua­tion élec­to­rale fa­vo­rable, tant au ni­veau na­tio­nal que ju­ras­sien, laisse croire à une vic­toire fa­cile et ai­guillonne les am­bi­tions in­di­vi­duelles », écrit-il au pré­sident du groupe LR au Sénat. « Ain­si, nous dé­plo­rons dans le Jura la mul­ti­pli­ca­tion des can­di­da­tures is­sues de notre for­ma­tion po­li­tique, qui nour­rit les luttes fra­tri­cides, les cal­culs suc­ces­so­raux, et nous ex­pose au risque d’une dé­faite par le frac­tion­ne­ment de notre élec­to­rat. »

De­puis un cer­tain temps, de­vant la mul­ti­pli­ca­tion des can­di­da­tures à droite, « LR » of­fi­cielles ou non - ils au­raient pu être six en lice de ce par­ti pour deux sièges, plus un UDI, deux « En marche » et deux can­di­dats de l’union de la gauche PC/PS/EELV -, il se mur­mu­rait que le pré­sident du Con­seil dé­par­te­men­tal pour­rait je­ter l’éponge. Il le fait donc, par « loyau­té », ex­plique-til, et cer­tai­ne­ment à re­gret : « L’union fait la force, l’uni­té et la loyau­té de­meurent la marque de mon par­cours pu­blic. J’au­rais vo­lon­tiers re­pré­sen­té une fa­mille apai­sée et por­té avec convic­tion la voix du Jura. Ce ne se­ra pas le cas. Je me dé­sole des di­vi­sions de la Droite et du Centre. Dans ce contexte où l’am­bi­tion in­di­vi­duelle pré­vaut sur l’es­prit col­lec­tif, afin de ne pas ag­gra­ver les dis­sen­sions et lais­sant à cha­cun ses res­pon­sa­bi­li­tés, j’es­time qu’il est de mon de­voir de ne pas don­ner suite à ma can­di­da­ture pour sié­ger à la Chambre Haute. »

Afin de « res­ter l’ar­ti­san de l’uni­té dé­par­te­men­tale », il choi­sit donc de res­ter à la tête du Dé­par­te­ment et de Com­mu­nau­té de Com­munes qu’il pré­side.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.