Le pro­jet de créa­tion d’un coeur de ville di­vise les élus

Re­qua­li­fi­ca­tion de l’es­pla­nade de la Fra­ter­ni­té, zone bleue, gare mul­ti­mo­dale, réa­li­sa­tion du pôle Co­cagne… Coup de pro­jec­teur sur ces amé­na­ge­ments lan­cés par les élus afin de do­ter la com­mune d’un coeur de ville.

Voix du Midi (Lauragais) - - La Une - Paul Hal­be­del paul.hal­be­del@voix­du­mi­di.fr

« L’ob­jec­tif re­cher­ché, c’est de conso­li­der le tis­su ur­bain cen­tral de Nailloux en créant une cen­tra­li­té dans notre com­mune dont il n’au­ra échap­pé à per­sonne qu’elle a cette ca­rac­té­ris­tique d’être un vil­lage- rue » . C’est avec ces mots que le maire de Nailloux, Mi­chel Du­tech, a évo­qué le contexte dans le­quel s’ins­crit le pro­jet de re­qua­li­fi­ca­tion de l’es­pla­nade de la Fra­ter­ni­té, lors du con­seil mu­ni­ci­pal du jeu­di 28 sep­tembre. Ce soir-là, les élus naillou­sains étaient in­vi­tés à va­li­der le plan de fi­nan­ce­ment de la pre­mière phase de cette opé­ra­tion.

D’un mon­tant avoi­si­nant les 980 000 € TTC (dont 210 000 € cor­res­pon­dant à l’ac­qui­si­tion de par­celles), cette pre­mière tranche in­clut l’ur­ba­ni­sa­tion et la sé­cu­ri­sa­tion de la rue de la Ré­pu­blique (ré­fec­tion des trot­toirs, ins­tal­la­tion de pas­sage pié­tons…) et son rac­cor­de­ment avec la rue des Agri­cul­teurs qui se­ra quant à elle amé­na­gée jus­qu’à l’es­pla­nade dans le but de créer une aire de re­tour­ne­ment pour les bus de la ligne Hop ! Un dis­po­si­tif de feux tri­co­lores se­ra par ailleurs ins­tal­lé au ni­veau du car­re­four entre rue de la Ré­pu- blique et rue des Agri­cul­teurs pour flui­di­fier la cir­cu­la­tion des bus qui, dé­sor­mais, s’ar­rê­te­ront pour prendre et dé­po­ser les pas­sa­gers au ni­veau de l’es­pla­nade où des places de sta­tion­ne­ment sup­plé­men­taires se­ront créées dans le cadre du pro­jet de pla­te­forme mul­ti­mo­dale.

Cette pre­mière phase de tra­vaux se­ra com­plé­tée par l’ins­tal­la­tion dans la rue de la Ré­pu­blique d’un dis­po­si­tif de zone bleue (sta­tion­ne­ment li­mi­té à 90 mi­nutes). « Le but c’est de faire en sorte que les per­sonnes qui viennent en voi­ture de l’ex­té­rieur de Nailloux pour prendre le bus, ne laissent pas toute la jour­née leur vé­hi­cule dans la rue de la Ré­pu­blique et ne bloquent pas les places se trou­vant de­vant les com­merces. On veut faire en sorte qu’ils sta­tionnent plu­tôt sur les places si­tuées au ni­veau de l’es­pla­nade » , ex­pli­quait Mi­chel Du­tech. Au to­tal, avec la réa­li­sa­tion de ces tra­vaux, la ca­pa­ci­té de sta­tion­ne­ment sur l’es­pla­nade de­vrait s’éle­ver à près de 70 places.

Le maire a aus­si évo­qué les fu­tures phases de cette opé­ra­tion de re­qua­li­fi­ca­tion de l’es­pla­nade de la Fra­ter­ni­té, ci­tant dif­fé­rents amé­na­ge­ments en pro­jet comme l’ins­tal­la­tion d’un point de col­lecte des bio­dé­chets, l’amé­na­ge­ment d’un jar­din d’en­fants avec aire de jeux, la créa­tion d’une halle ou en­core la réa­li­sa­tion d’une es­pla­nade en sa­bline. « L’idée, c’est non seule­ment d’as­su­rer la sé­cu­ri­sa­tion de tout le sec­teur de la place Jeanne d’Arc et de la rue de la Ré­pu­blique mais éga­le­ment de créer au ni­veau de l’es­pla­nade un es­pace en­tiè­re­ment sé­cu­ri­sé pour les fêtes et ma­ni­fes­ta­tions », pré­ci­sait Mi­chel Du­tech.

Pour­quoi l’op­po­si­tion a vo­té contre ?

Cette pré­sen­ta­tion n’a pas vrai­ment convain­cu les élus d’op­po­si­tion. « La cen­tra­li­té du vil­lage n’est pas là se­lon nous », a no­tam­ment jus­ti­fié Di­dier Dat­char­ry. « Il faut s’ins­crire dans une vi­sion d’en­semble. La cen­tra­li­té de Nailloux, elle va du foyer Saint-Mar­tin jus­qu’à l’école et elle in­clut aus­si le pro­jet Co­cagne », lui ré­pon­dait Mi­chel Du­tech. « Ce que je re­marque, c’est que contrai­re­ment à l’étude qui a été faite, vous ne pre­nez pas en compte la pro­blé­ma­tique de la cir­cu­la­tion dont dé­pend pour­tant la ques­tion de cen­tra­li­té… Mais ce que je dis n’a pas d’im­por­tance puisque de toute fa­çon vous avez dé­ci­dé de faire ce que vous vou­liez sur ce dos­sier ! Je note ce­pen­dant qu’il n’y a au­cune co­hé­rence », re­gret­tait Di­dier Dat­char­ry, fai­sant al­lu­sion à une étude réa­li­sée par le ca­bi­net Ur­ba­nis. « C’est ha­bi­tuel de votre part… Mais croyez bien que nous nous sommes rap­pro­chés des ser­vices du Con­seil dé­par­te­men­tal pour tra­vailler sur cette opé­ra­tion. La cen­tra­li­té n’est peut- être pas en­core là mais nous sommes sur la pre­mière phase d’un pro­jet d’en­semble. On peut pré­fé­rer voir le dé­tail au lieu de re­gar­der l’en­semble, c’est votre pro­blème ! », ré­agis­sait le maire de Nailloux.

Agnès Sal­va­to­ri, élue de l’op­po­si­tion, s’éton­nait quant à elle de « dé­cou­vrir » le plan d’en­semble du pro­jet de re­qua­li­fi­ca­tion : « Il me semble que l’on n’a ja­mais vu ce plan d’en­semble en com­mis­sion… En tout cas, la phase 4, moi je ne l’ai ja­mais vue. » L’élue de la ma­jo­ri­té, Na­wal Bou­mah­di, ré­tor­quait : « En ef­fet, la com­mis­sion n’a pour le mo­ment tra­vaillé que sur la phase 1 du pro­jet car les autres phases res­tent pour le mo­ment à l’état de pro­jet et se­ront donc dis­cu­tées ul­té­rieu­re­ment ». Un ar­gu­ment qui ne cal­mait pas la conseillère mu­ni­ci­pale d’op­po­si­tion : « J’ai cette im­pres­sion que l’on ne par­ti­cipe pas du tout à ce pro­jet. On nous ex­plique il y a plu­sieurs mois que l’on acte cer­taines choses uni­que­ment pour lan­cer les dos­siers de de­mande de fi­nan­ce­ment et que l’on re­vien­dra des­sus pour y tra­vailler. On n’en a ja­mais re­par­lé et au­jourd’hui on dé­couvre ce plan d’en­semble et on nous de­mande de vo­ter… La mé­thode ne me va pas du tout ! »

Lors du vote, les cinq élus d’op­po­si­tion ont choi­si de vo­ter contre la dé­li­bé­ra­tion.

Les élus ont pré­sen­té le plan d’en­semble des dif­fé­rentes phases du pro­jet de re­qua­li­fi­ca­tion de l’es­pla­nade de la Fra­ter­ni­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.