Le maire de VieilleTou­louse chas­sé de la vice-pré­si­dence

Le lun­di 2 oc­tobre, le pré­sident du Sicoval, Jacques Ober­ti, pro­po­sait aux élus de vo­ter pour ou contre le main­tien du maire de Vieille-Tou­louse, Mi­reille Gar­cia, au poste de vice-pré­si­dente. Ex­pli­ca­tions.

Voix du Midi (Lauragais) - - La Une -

L’am­biance n’a pas l’air d’être au beau fixe entre Jacques Ober­ti, pré­sident de la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion du Sicoval, et Mi­reille Gar­cia, la sep­tième vi­ce­pré­si­dente en charge de la po­li­tique d’ani­ma­tion éco­no­mique et de la pro­mo­tion éco­no­mique du ter­ri­toire. Ou plu­tôt l’an­cienne vice-pré­si­dente. En ef­fet, lors du con­seil com­mu­nau­taire du lun­di 2 oc­tobre, les élus du Sicoval se sont pro­non­cés contre le main­tien du maire de VieilleTou­louse à ce poste.

Pour­quoi un tel vote était-il ins­crit à l’ordre du jour ? C’est ce qu’a ten­té d’ex­pli­quer Jacques Ober­ti : « Dans le cou­rant du mois d’août, après consul­ta­tion du bu­reau, j’ai dé­ci­dé de re­ti­rer l’en­semble des dé­lé­ga­tions à la vice-pré­si­dente Mi­reille Gar­cia… Une dé­ci­sion qui n’a pas été fa­cile à prendre et qui n’a pas été faite sur un coup de tête. Loin s’en faut. J’ai peu l’ha­bi­tude de prendre des dé­ci­sions de cette na­ture et de cette gra­vi­té en ne pre­nant pas le re­cul né­ces­saire… Dans ce cas-là, la loi im­pose que soit convo­qué un con­seil de com­mu­nau­té à l’oc­ca­sion du­quel les conseillers com­mu­nau­taires doivent se pro­non­cer sur le main­tien ou pas de la vice-pré­si­dence… »

Une ex­pli­ca­tion qui n’a pas convain­cu Vé­ro­nique Mau­my. L’élue cas­ta­néenne de­man­dait donc des pré­ci­sions à Jacques Ober­ti et no­tam­ment les rai­sons qui ont conduit le pré­sident du Sicoval à re­ti­rer les dé­lé­ga­tions de sa vice-pré­si­dente.

L’élu ay­gues­vi­vois évo­quait tout d’abord le ni­veau d’en­ga­ge­ment de Mi­reille Gar­cia : « Elle a pris des res­pon­sa­bi­li­tés pro­fes­sion­nelles au cours de l’an­née qui ont fait qu’elle n’était plus aus­si pré­sente ces der­niers mois, voire de­puis une an­née, qu’elle l’avait été au dé­but de son man­dat. Après en avoir dis­cu­té avec le bu­reau, j’ai dé­ci­dé de confier à Pierre- Yves Scha­nen le rôle d’élu ré­fé­rant en ma­tière de tou­risme… »

La taxe de sé­jour au coeur des ten­sions

Mais c’est sur la ques­tion du mon­tant de la fu­ture taxe de sé­jour du Sicoval que Jacques Ober­ti semble ne pas avoir ap­pré­cié le com­por­te­ment de la pre­mière élue de Vieille-Tou­louse : « J’ai dé­cou­vert au mois d’août que Mi­reille Gar­cia avait dé­po­sé une dé­li­bé­ra­tion au sein du con­seil mu­ni­ci­pal de VieilleTou­louse pour fixer la taxe de sé­jour à son taux plan­cher. Le fait même qu’un maire fasse vo­ter une telle dé­li­bé­ra­tion à son con­seil mu­ni­ci­pal ne me choque nul­le­ment. J’y suis même très at­ta­ché. Mais se re­trou­ver dans la si­tua­tion où la vice-pré­si­dente dé­lé­guée en charge du tou­risme fait vo­ter une dé­li­bé­ra­tion sur la taxe de sé­jour, alors même qu’il n’y a pas spé­cia­le­ment de pro­jet tou­risme à Vieille-Tou­louse, alors même qu’elle a en charge le pro­jet tou­risme du Sicoval dans sa dé­lé­ga­tion, sans en avoir ja­mais par­lé au bu­reau du Sicoval, sans même m’en avoir par­lé per­son­nel­le­ment […] fait que j’ai es­ti­mé qu’elle avait dé­ci­dé de se dé­so­li­da­ri­ser du bu­reau du Sicoval. » Jacques Ober­ti es­ti­mait qu’il s’agis­sait « qua­si­ment » d’une « ten­ta­tive de blo­cage du Sicoval dans sa dé­marche de par­ti­ci­pa­tion, de dia­logue, pour construire le pro­jet pro­mo­tion du tou­risme tel qu’il conve­nait à l’in­ter­com­mu­na­li­té » de la part de Mi­reille Gar­cia.

Se di­sant « cho­qué par cette dé­marche » , le pré­sident du Sicoval dé­plo­rait éga­le­ment l’im­pos­si­bi­li­té d’avoir des échanges avec l’in­té­res­sée.

La ré­ponse de la vice-pré­si­dente

Plu­sieurs élus se sont alors ex­pri­més sur le su­jet, tous plu­tôt em­bar­ras­sés de consta­ter l’ab­sence de Mi­reille Gar­cia lors de con­seil com­mu­nau­taire. « Ce qui m’en­nuie dans toutes ces ex­pli­ca­tions, c’est qu’on n’a qu’un son de cloche. Mi­reille Gar­cia n’est pas là pour nous ex­pli­quer pour­quoi elle se se­rait dé­so­li­da­ri­sée du bu­reau. C’est un pe­tit peu gê­nant… Il y a peut-être quelques rai­sons de fond », a ex­pli­qué Fran­çois Au­mo­nier. Le conseiller com­mu­nau­taire de Four­que­vaux fai­sait alors al­lu­sion à un mes­sage en­voyé par le maire de VieilleTou­louse à l’en­semble des élus. C’est Laurent Cla­bé- Navarre, élu des Va­rennes dé­ten­teur de sa pro­cu­ra­tion, qui s’est char­gé de lire ce mes­sage dont cer­tains sem­blaient dé­cou­vrir l’exis­tence. Mais l’as­sem­blée al­lait res­ter sur sa faim car la ré­ponse de la vice-pré­si­dente n’al­lait pas en dire beau­coup plus : « Chers col­lègues, un cer­tain nombre d’entre vous m’ont sol­li­ci­tée à la suite de la dé­li­bé­ra­tion pré­sen­tée par le con­seil de com­mu­nau­té. Ne sou­hai­tant pas ren­trer dans une po­lé­mique qui, à mes yeux, se­rait pré­ju­di­ciable à l’am­bi­tion qui fonde notre in­ter­com­mu­na­li­té et bien que dis­po­sant des élé­ments qui mon­tre­raient qu’il s’agit d’un mau­vais pro­cès, je laisse cha­cun d’entre vous agir en son âme et cons­cience face à cette res­pon­sa­bi­li­té… »

L’ap­pel de Mi­reille Gar­cia

Tou­jours dans sa lettre, l’élue rap­pe­lait en­suite à ses pairs que « le pacte de sta­bi­li­té fis­cale était en 2014 ce qui unis­sait les hommes et les femmes lors de la gou­ver­nance mise en place par Claude Du­cert, fon­da­teur du Sicoval, et qui fai­sait par­tie, en ce qui me concerne, de l’ac­cep­ta­tion de la prise de dé­lé­ga­tion qu’il m’avait été pro­po­sé. J’ap­pelle de mes voeux une ré­no­va­tion pro­fonde de la gou­ver­nance ac­tuelle qui me­su­re­rait l’im­pact réel des dé­ci­sions prises au­près de nos ha­bi­tants. Nos ha­bi­tants et nos en­tre­prises de­mandent de la trans­pa­rence sur nos dé­ci­sions. Sa­chons leur en don­ner tout en ac­com­pa­gnant les chan­ge­ments… ».

Un cour­rier qui n’a pas suf­fi à convaincre l’en­semble des élus du Sicoval. Pro­cé­dant à un vote à bul­le­tin se­cret, les conseillers com­mu­nau­taires se sont pro­non­cés contre le main­tien de Mi­reille Gar­cia au poste de vice-pré­si­dente du Sicoval avec 35 votes contre, 22 pour et cinq abs­ten­tions. Con­tac­tée par la ré­dac­tion de

Mi­reille Gar­cia n’a pas sou­hai­té ré­pondre à nos sol­li­ci­ta­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.