ET MAIN­TE­NANT, ON FAIT QUOI ?

Wind Magazine - - ÉDITO - Er­wan Jauf­froy

Avec deux ma­gni­fiques mé­dailles pour Char­line Pi­con (or) et Pierre Le Coq (bronze), les Fran­çais ont par­ti­cu­liè­re­ment bien ti­ré leur épingle du jeu au pied du Cor­co­va­do cet été du­rant les Jeux olym­piques. Glo­ba­le­ment, pour le wind­surf, ces JO ont d’ailleurs été bien réus­sis, les courses ont été belles, ma­jo­ri­tai­re­ment au pla­ning et ponc­tuées de sus­pens (en tout cas pour les filles et nos Fran­çais). Les courses de RS:X, tou­jours pas su­per li­sibles pour un néo­phyte à cause du for­mat de course, se sont tout de même mon­trées as­sez vi­suelles grâce à du ma­tos co­lo­ré et un peu de pla­ning. Mais après Rio, l’heure est dé­sor­mais au grand re­mue­mé­ninges au sein de World Sai­ling (an­cien­ne­ment ISAF, N.D.L.R.), la fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de voile. Le CIO lui de­mande plus de spec­tacle et de mo­der­ni­té sur les épreuves de voile et il va donc lui fal­loir tran­cher en fai­sant évo­luer les sup­ports et for­mats de course re­te­nus pour les pro­chaines olym­piades. His­to­ri­que­ment, l’ISAF s’est tou­jours mon­trée conser­va­trice dans ses choix pour les Jeux, au prix de cer­tains non-sens telles l’ex­clu­sion du ca­ta­ma­ran à Londres ou l’évic­tion évi­tée de très peu du wind­surf à Rio. Ac­tuel­le­ment, la voile vit néan­moins une vraie ré­vo­lu­tion avec l’ar­ri­vée des foils qui amènent de la mo­der­ni­té et du spec­tacle. Le dé­fi qui se pré­sente pour Word Sai­ling se­ra de prendre en compte cette évo­lu­tion de la voile avec ces nou­veaux sup­ports, voire de nou­veaux for­mats de course, sans re­nier sa culture conser­va­trice aus­si ga­rante de l’ac­ces­si­bi­li­té aux épreuves d’un grand nombre de na­tions. La pa­ri­té hommes/femmes compte aus­si dans les consignes du CIO, sans pour au­tant au­to­ri­ser l’aug­men­ta­tion du nombre de titres dé­cer­nés (10). Rap­pe­lez-vous, à ce pe­tit jeu des chaises mu­si­cales après Londres 2012, World Sai­ling avait bran­di le kite comme fer de lance de la mo­der­ni­sa­tion de son pro­gramme olym­pique, tel l’arbre qui cache la fo­rêt, et ce­la avait bien failli coû­ter sa place au wind­surf, sans rien chan­ger d’autre. Heu­reu­se­ment, face à la mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale contre ce non-sens de sup­pri­mer le sup­port le plus mo­derne du pro­gramme olym­pique de la voile pour le rem­pla­cer par un autre (et alors que les deux mé­ri­te­raient clai­re­ment leur place en pa­ral­lèle), World Sai­ling avait fi­na­le­ment été for­cé de re­voir sa co­pie. Cette fois, l’ar­ri­vée du kite semble im­mi­nente et des foils de­vraient aus­si pous­ser sur cer­tains sup­ports exis­tants dans le but de les mo­der­ni­ser (ca­ta­ma­ran Na­cra17). Per­son­nel­le­ment, je ne peux m’em­pê­cher de pen­ser que, dans l’op­tique de pro­duire plus de spec­tacle, World Sai­ling de­vrait re­voir en­core plus pro­fon­dé­ment son pro­gramme et in­té­grer des for­mats de courses plus va­riés en in­cluant du large, du sla­lom down­wind ou même, pour­quoi pas, de la vi­tesse ou du free­style ou en­core un titre com­bi­né de plu­sieurs pra­tiques. La voile dans le monde, ce n’est pas que du tra­pèze olym­pique. Néan­moins, cer­taines de ces idées frôlent le choc cultu­rel pour nos of­fi­ciels. Bref, face à cette si­tua­tion et forts du suc­cès de 2016, la classe RS:X et NeilP­ryde ne veulent pas se faire avoir deux fois et pré­parent ac­ti­ve­ment l’après Rio en com­mu­ni­quant avant la dé­ci­sion de World Sai­ling, pour la pré­pa­rer. Chez NeilP­ryde, deux nou­veaux concepts ont ain­si été dé­ve­lop­pés pour suc­cé­der à l’ac­tuel sup­port wind­surf des JO et en ca­drant ce qui peut être ac­cep­table pour nos of­fi­ciels. La pre­mière so­lu­tion est as­sez conser­va­trice : une RS:X clas­sique lé­gè­re­ment amé­lio­rée. La se­conde est beau­coup plus in­té­res­sante… Il s’agit d’une RS:Conver­tible com­pre­nant une planche de sla­lom, un foil et une 7,8 m2 afin d’al­ter­ner entre wind­foil dans le vent lé­ger/me­dium et sla­lom pur dans le vent fort. De nou­veaux for­mats de course plus li­sibles et spec­ta­cu­laires (dont le sla­lom) sont éga­le­ment in­duits. Fran­che­ment, outre l’éter­nel dé­bat sur la mo­no­ty­pie, quelle image po­si­tive et quelle re­vanche ce se­rait pour le wind­surf de vo­ler aux JO 2020 après avoir frô­lé l’ex­clu­sion de 2016 ! Le fu­tur proche nous di­ra ce que World Sai­ling dé­ci­de­ra, mais pour le coup, l’op­por­tu­ni­té lui est of­ferte sur un pla­teau de prendre une dé­ci­sion d’ave­nir. Reste qu’avec eux, il faut sa­voir s’at­tendre à tout.

Le wind­surf olym­pique pour­rait bien­tôt res­sem­bler à ça et c’est tout le mal qu’on lui sou­haite ! © Drone Move

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.