LA TORCHE WIND­SURF 2016

Wind Magazine - - DÉCRYPTAGE -

1. VOUS AVEZ REN­DEZ-VOUS AVEC L’HIS­TOIRE !

Après 20 ans d’ab­sence sur le spot de La Torche, la ca­ra­vane du PWA World Tour a mo­bi­li­sé 120 000 spec­ta­teurs sur l’édi­tion 2014 ! Pour les spec­ta­teurs pré­sents lors du Big Tues­day, le sou­ve­nir du spec­tacle est en­core in­croyable et la com­mu­nion du pu­blic avec les ri­deurs sur la plage a mar­qué les es­prits de tous. De plus, les mé­moires res­tent mar­quées par les condi­tions apo­ca­lyp­tiques ren­con­trées plu­sieurs fois au­pa­ra­vant. Et cha­cun sait que ça peut ar­ri­ver à nou­veau cette an­née !

2. LA TORCHE, STADE NAU­TIQUE NA­TU­REL, SPEC­TACLE AS­SU­RÉ

Grâce à la pointe ro­cheuse qui coupe le spot en deux et forme des gra­dins na­tu­rels, La Torche consti­tue un spot par­fait pour le spec­tacle. Sur les ro­chers ou sur les gra­dins mis en place, les spec­ta­teurs se trouvent au plus près de l’ac­tion !

3. DES COURSES SPEC­TA­CU­LAIRES ET À SUS­PENS

Dans le chau­dron de Pors Carn, la moindre houle at­lan­tique est sus­cep­tible de gé­né­rer des vagues énormes. Un plus pour l’épreuve de vagues qui pro­met de se mon­trer dé­ci­sive pour le titre, mais aus­si pour la fi­nale du sla­lom qui se­ra pro­ba­ble­ment ul­tra tech­nique et pié­geux. Même en cas de condi­tions an­ti­cy­clo­niques (vent d’est), il n’est pas ex­clu de voir 3 à 4 m de houle. En 2014, les pros avaient eu peur et heu­reu­se­ment que la di­rec­tion de course avait lan­cé la vague. Mais cette an­née, il fau­dra y al­ler !

4. VOIR LES PROS EN VRAI ET LEUR MA­TOS

Avec le sla­lom et les vagues au pro­gramme, toutes les plus grandes stars ac­tuelles du wind­surf se­ront pré­sentes à La Torche. C’est donc une oc­ca­sion en or de ren­con­trer An­toine Al­beau, Tho­mas Tra­ver­sa, Ri­car­do Cam­pel­lo, Pierre Mor­te­fon ou Vic­tor Fer­nan­dez. Mais ce n’est pas tout ! Les sports de glisse sont en pleine ré­vo­lu­tion avec le foil, et des dé­mons­tra­tions sont pré­vues y com­pris avec le sup­port qui pour­rait de­ve­nir le pro­chain sup­port olym­pique.

5. SUP­POR­TER LES FRAN­ÇAIS QUI JOUENT LE TITRE

Tho­mas Tra­ver­sa en vagues et sur­tout Pierre Mor­te­fon en sla­lom sont en course pour le titre mon­dial PWA. An­toine Al­beau donne éga­le­ment tout pour re­ve­nir sur un po­dium qu’il n’a pas quit­té ces 10 der­nières an­nées. Les Fran­çais jouent les pre­miers rôles alors que des titres mon­diaux se joue­ront tout ou par­tie à La Torche. Les Fran­çais ont donc be­soin de votre sou­tien !

6. DON­NER RAISON AUX OR­GA­NI­SA­TEURS

Or­ga­ni­ser une coupe du monde sur un spot comme La Torche ex­trê­me­ment ré­gle­men­té et mal­gré le suc­cès des édi­tions pré­cé­dentes est ex­trê­me­ment com­pli­qué. Ani­mée par une pas­sion sans li­mites pour le wind­surf, l’équipe d’or­ga­ni­sa­tion re­mue ciel et terre pour cet évé­ne­ment et prend aus­si des risques im­por­tants au ni­veau fi­nan­cier. Il nous fau­dra donc être nom­breux pour sou­te­nir leur dé­marche, parce que c’est top d’avoir cette su­per coupe du monde sur ce spot my­thique. Que vous puis­siez ve­nir ou pas, vous pou­vez par exemple vous pro­cu­rer un des pro­duits dé­ri­vés « La Torche Wind­surf » sur le site la­tor­che­wind­surf.com. Les fringues sont sym­pas et le mo­dèle éco­no­mique de l’épreuve tient aus­si des­sus.

7. PRO­FI­TER DU VIL­LAGE, DES EX­PO­SANTS ET DES SOI­RÉES

À La Torche, vous pour­rez voir du wind­surf, mais aus­si vous fa­mi­lia­ri­ser avec les en­tre­prises lo­cales et dé­cou­vrir le ma­tos 2017 dans les al­lées du vil­lage cou­vert. Les ani­ma­tions dé­bu­te­ront chaque jour à 10 h et le pro­gramme des soi­rées qui s’ap­prête à être dé­voi­lé s’an­nonce char­gé.

8. UN TRIP À LA TORCHE, C’EST JA­MAIS PER­DU

Du vent, pas de vent, un trip à La Torche n’est ja­mais ra­té. Rien que la beau­té des lieux ne peut lais­ser in­dif­fé­rente. S’il n’y a pas de vent ? Ce n’est pas grave, vous ver­rez les pros et par­ta­ge­rez cer­tai­ne­ment une ses­sion de surf avec eux, car les jours sans vagues, c’est pas comme si ça n’exis­tait pas, mais presque. Et puis ne par­lons même pas des crêpes...

9. POUR NA­VI­GUER !

Dans le pays bi­gou­den, La Torche c’est l’arbre qui cache la fo­rêt. Évi­dem­ment, tout pas­sion­né de wind­surf se doit de faire son pos­sible pour se rendre à La Torche sur cette coupe du monde. Mais l’avan­tage, c’est que La Torche en lui-même c’est dé­jà deux spots à gauche et à droite de la pointe, plus un grand nombre d’autres spots à proxi­mi­té im­mé­diate (le Steir, Tro­noen, Pen­hors, Pors Carn, Ile aux vaches, etc.) qui vous per­met­tront de na­vi­guer loin de l’agi­ta­tion de la World Cup pour va­rier les plai­sirs et bien sou­vent dans des condi­tions à la fois plus fa­ciles et plus fun !

Mo­ments forts et in­ou­bliables sur la plage lors du big Tues­day en 2014. Un mo­ment unique de ren­con­trer les stars. Dans les cou­lisses du parc cou­reur… © Car­ter/ PWA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.