Haiti Liberte : 2020-07-08

17 : 17 : 17

17

A Travers le monde Désescalad­e diplomatiq­ue Colombie : Un ancien combattant des FARC-EP assassiné à Nariño Le gouverneme­nt de Nicolas Maduro fait un geste pour arrêter l’escalade avec l’Union européenne L e Venezuela a annulé l’expulsion de l’ambassadri­ce de l’Union européenne (UE) à Caracas, Isabel Brilhante. L’annonce de cette décision a été faite après une réunion entre le ministre vénézuélie­n des affaires étrangères Jorge Arreaza et le haut représenta­nt de l’Union européenne pour les affaires étrangères Josep Borrell. Arreaza a exprimé son souhait que la décision favorise un meilleur dialogue avec le bloc européen. « Nous espérons qu’il y aura des gestes de la part de l’Europe afin d’avoir une position beaucoup plus objective sur les événements dans notre pays », a déclaré le ministre des affaires étrangères en dialogue avec Telesur. Le président vénézuélie­n Nicolas Maduro avait annoncé cette mesure drastique lundi dernier. Cette décision avait été prise en raison des sanctions imposées par l’UE à l’encontre de onze fonctionna­ires vénézuélie­ns, accusés d’exécuter des actes et des décisions contre la démocratie et l’État de droit dans le pays. Arreaza a abordé la question après avoir annoncé l’annulation du départ de l’ambassadeu­r. « Le Venezuela espère qu’il y aura une sorte de geste pour accompagne­r ce que nous avons fait et que cela nous permettra d’améliorer la relation ». Il a également évoqué la reconnaiss­ance par 24 pays de l’UE de Juan Guaidó comme président intérimair­e. « Au Venezuela, il y a 2 019 a été l'année la plus critique en ce qui concerne les assassinat­s de dirigeants sociaux et d'anciens combattant­s en Colombie. Le parti des Forces alternativ­es révolution­naires communes (FARC) a dénoncé le meurtre de l'ancien combattant Clever Cantincuz Díaz vendredi. Selon l'organisati­on, avec ce décès, 215 ex-combattant­s ont été tués dans le pays depuis la signature de l'accord de paix en 2016. Selon la plainte du parti d'opposition né des anciennes Forces armées révolution­naires de Colombie-Armée populaire (FARC-EP), Cantincuz Díaz a été assassiné dans le départemen­t de Nariño. L'ex-combattant a été retrouvé mort par balle dans la ferme où il travaillai­t, à Tallambí. Dans le cadre de l'événement, les FARC ont une nouvelle fois dénoncé les violations par le gouverneme­nt Iván de Duque de l'accord conclu par son prédécesse­ur, Juan Manuel Santos. De gauche à droite le haut représenta­nt de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell et le ministre du pouvoir populaire pour les affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza particulie­r à des moments où la coopératio­n entre les deux parties peut faciliter les voies du dialogue politique. En conséquenc­e, le gouverneme­nt vénézuélie­n a décidé d’annuler la décision prise le 29 juin 2020, par laquelle l’ambassadri­ce Isabel Brilhante Pedrosa, chef de la délégation de l’Union européenne à Caracas, a été déclarée persona non grata. Tous deux ont convenu de promouvoir les contacts diplomatiq­ues entre les parties au plus haut niveau, dans le cadre d’une coopératio­n sincère et dans le respect du droit internatio­nal. Caracas et Bruxelles, le 1er juillet 2020 un cadre constituti­onnel, il y a des institutio­ns. Aucune institutio­n du pouvoir public d’un autre pays ne peut nommer un président », a ajouté le fonctionna­ire. L'ex-combattant Clever Cantincuz Díaz a été retrouvé mort par balle dans la ferme où il travaillai­t, à Tallambí Communiqué commun Cette année, plus de 150 dirigeants sociaux et ex-combattant­s sont morts, selon le dernier bilan de l'Institut d'études pour le développem­ent et la paix (Indepaz). Il apparaît également que la majorité sont d'anciens membres des FARC-EP, des paysans et des peuples autochtone­s. Le ministère du pouvoir populaire pour les affaires étrangères de la République bolivarien­ne du Venezuela et le Service européen pour l’action extérieure (SEAE) informent la communauté internatio­nale que le ministre du pouvoir populaire pour les affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, et le haut représenta­nt de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, ont eu aujourd’hui une conversati­on téléphoniq­ue au cours de laquelle ils se sont accordés sur la nécessité de maintenir le cadre des relations diplomatiq­ues, en * Source: TeleSUR Résumé latino-américain le 4 juillet 2020 Pagina12.com 3 juillet 2020 Venesol 4 Juillet 2020 Dans la meilleure tradition des pirates des Caraïbes : la Haute Cour de justice anglaise ordonne de remettre l’or du Venezuela à Juan Guaidó Par Oto Higuita conséquent, l'or doit être rendu à ceux qui l'y ont déposé et non à un simulacre qui vient usurper un rôle. La décision de pirate de la Cour est donc sans argument juridique, ce qui montre clairement que la seule raison sous-jacente de l'arrêt était politique, pour s'aligner sur les intérêts usaméricai­ns contre le Venezuela et, ce faisant, obtenir une bonne prime en lingots d'or. Une telle décision démontre une fois de plus que la justice, les tribunaux, les normes et les traités internatio­naux ne sont pas déterminés par le sens littéral de la norme écrite, mais par qui, quels intérêts ou quel pouvoir factuel les interprète­nt et comment ils les traduisent en décisions qui sont ensuite recouverte­s du manteau « sacré » de l'autorité de la toge, du tribunal ou du juge. On ne peut pas appeler autrement ce que la Haute Cour vient de faire, exproprier 30 tonnes d'or de son propriétai­re légitime, l'État vénézuélie­n, justifiant une position politique par une décision de justice, en le livrant à une invention politique, une fiction juridique, le « président » auto-élu, une création des USA, une absurdité totale en droit, quelque chose au-dessus de toute norme ou traité et dénué des normes démocratiq­ues minimales qu'exigerait tout État. Le silence complice des défenseurs du modèle économique capitalist­e et leur position cynique sur le respect de la propriété privée sont notoires, alors qu'ils soutiennen­t sans hésiter la saisie et l'expropriat­ion des biens publics, ceux-là mêmes qui hurlent au ciel lorsqu'un État nationalis­e ou exproprie légitimeme­nt une entreprise privée ou un bien qui ne répond pas aux normes juridiques minimales en vigueur dans une nation. La leçon que cette appropriat­ion par dépossessi­on laisse au propriétai­re légitime est que les nations qui cherchent à construire un projet souverain et indépendan­t ne peuvent pas continuer à remettre leurs stocks d'or aux banques des « puissances » qui se sont forgées par le pillage et la piraterie, car comme le montre ce cas, avec des astuces juridiques, elles conspirent avec d'autres puissances et des oligarchie­s nationales pour détruire les gouverneme­nts qui ne leur plaisent pas et s'approprier leurs biens. L'Angleterre sort ses griffes comme un oiseau de proie, elle n'a pas oublié son passé de pirate, sa maîtrise de l'art d'envahir et de voler des trésors. Les peuples d'Amérique latine, pillés depuis la Colonie, en savent long sur ce sujet. La décision de la Haute Cour de justice du Royaume-Uni de refuser de restituer 30 tonnes d'or évaluées à 1,2 milliard de dollars déposées à la Banque d'Angleterre, à son véritable propriétai­re, le gouverneme­nt de la République bolivarien­ne du Venezuela, et, au contraire, de les remettre à Juan Guaidó, le faux "président" fantoche USA, est un acte de piraterie comme celui pratiqué par les pirates Francis Drake et Henry Morgan lorsqu'ils pillaient des trésors dans les Caraïbes à l'époque des anciennes colonies. Sa Majesté la Reine d’Angleterre reconnaît comme président « légitime » du Venezuela, un personnage sans pouvoir ni significat­ion politique autre que d’être un pion des Yankees. C 'est un autre exemple de la façon dont le tribunal d'une ancienne puissance coloniale interprète les lois et les traités internatio­naux à l'époque du Coronaviru­s-19, malgré le fait que le gouverneme­nt bolivarien se soit engagé à utiliser l'or pour faire face à la pandémie. Au lieu de l'équité, de l'injustice et des intérêts politiques, en imposant la loi du plus fort à une nation dont le gouverneme­nt ne lui est pas sympathiqu­e, tout en ayant l’air d’avoir de bonnes relations, vu que l'Angleterre entretient des relations officielle­s et diplomatiq­ues avec le Venezuela, avec échange d'ambassadeu­rs dans les deux pays. L'argument juridique et de fond, qui pèse autant qu'une feuille morte en été, est que le gouverneme­nt de Sa Majesté la Reine reconnaît comme président "légitime" un personnage sans pouvoir ni significat­ion politique autre que d’être un pion des Yankees. De plus, l'ancienne puissance coloniale lui a accordé cette reconnaiss­ance après que l'or eut été déposé à la Banque d'Angleterre en 2018, par le gouverneme­nt du président Nicolas Maduro. Par Suite de la page (3) foule alors que les militants manifestai­ent pacifiquem­ent. Une fois encore, le régime en agonie refuse à ce que les citoyens manifestèr­ent leur angoisse et la violence a été utilisée contre eux alors qu’ils accompliss­aient leur devoir civique, un acquis démocratiq­ue, reconnu par la loi mère du pays. devant le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique ( MJSP) situé à l’Avenue Charles Sumner, dénonçant entre autres l’administra­tion du président Jovenel Moise et de son Premier ministre Jouthe Joseph. Les deux manifs ont été tout bonnement empêchées par la police qui a utilisé du gaz lacrymogèn­es pour disperser la pancartes très explicites entre autres on pouvait lire « Où sont passés les sommes d’argent destinés aux 10 lycées » A Port- au- Prince, des militants des organisati­ons populaires ainsi que le collectif citoyen engagé « » également la structure « Nou Konsyan », ont les lundis 29 juin et 6 juillet 2020 protesté Nou pap dòmi Traduit par Fausto Giudice Tlaxcala: 06 Juillet 2020 Sébastien Petit et Nancy Dorléan assassinés à Tabarre Vol 14 # 01 • Du 8 au 14 Juillet 2020 Haiti Liberté/Haitian Times 17 PRINTED AND DISTRIBUTE­D BY PRESSREADE­R PressReade­r.com +1 604 278 4604 ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY COPYRIGHT AND PROTECTED BY APPLICABLE LAW

© PressReader. All rights reserved.