Haiti Liberte : 2020-07-08

20 : 20 : 20

20

« El pueblo unido... » D’où vient le chant entendu dans toutes les manifestat­ions au Chili ? Le peuple uni ne sera jamais vaincu Par Sergio Ortega. Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! Debout, chantons, que nous allons triompher. Ils avancent déjà, les drapeaux d'unité, Et tu viendras, marchant à mes côtés, Et ainsi tu verras fleurir ton chant et ton drapeau. La lumière rouge d'un lever de soleil, Annonce déjà la vie qui viendra. Sa chanson célébrait la victoire et l’arrivée au pouvoir du président socialiste Salvador Allende, avant le coup d’État du général Pinochet, le 11 février 1973. De peur des représaill­es de la junte militaire de Pinochet, Ortega a été contraint à l’exil à Paris où il est mort en 2003. Mais sa chanson lui a survécu et elle est devenue l’hymne de la résistance socialiste face à la dictature. Le peuple chilien se la réappropri­e aujourd’hui. Des centaines de milliers de manifestan­ts battent le pavé dans le pays. Pour accompagne­r leur action, de nombreux pacifistes sortent leurs instrument­s de musique. Une vidéo, devenue virale sur Twitter avec plus d’un million de vues, montre un orchestre jouant devant la « basílica de los Sacramenti­nos », l’une des grandes églises de Santiago du Chili. C’était le 28 octobre dernier. Après avoir interprété un extrait du Requiem de Mozart, il entame les premières notes d’El pueblo unido jamás será vencido (Le peuple uni ne sera jamais vaincu). Un choix de chanson éminemment symbolique. Par Bruno Alvarez « El pueblo unido jamás será vencido… » (Le peuple uni ne sera jamais vaincu...) C’est l’hymne des manifestan­ts chiliens qui se révoltent, depuis quelques semaines, contre les inégalités. Voici l’histoire de cette chanson. « El pueblo unido jamás será vencido… » C’est un cri qui monte de la rue. Le peuple chilien gronde depuis un mois contre les inégalités. Sa révolte est née d’une hausse du prix du ticket de métro. Résultat : le pays vit l’une des pires crises sociales depuis la sanglante dictature de Pinochet dans les années 1970. Depuis la fin du mois d’octobre, les manifestat­ions se multiplien­t avec leur cortège de scènes de violences, d’émeutes et de sévères répression­s policières. Même les quartiers les plus bourgeois de la capitale Santiago du Chili s’enflamment désormais. Au moins vingt personnes ont déjà perdu la vie depuis le début de la contestati­on. Debout, combattons, Le peuple triomphera. La vie qui viendra sera meilleure Conquérir notre bonheur, Et en une clameur, mille voix de combat Se soulèveron­t, ils diront, Chanson de liberté, Décidée, la patrie vaincra. Le droit de vivre en paix Le mécontente­ment des Chiliens a également poussé des manifestan­ts à interpréte­r une autre célèbre chanson du répertoire populaire chilien de l’époque de la résistance au régime de Pinochet : El derecho de vivir en paz, comprenez : le droit de vivre en paix. Son auteur, Victor Jara, n’est pas tellement connu en France, mais il était également un farouche opposant au fascisme et une figure proche d’Allende. Victor Jara est aussi un martyr de l’Unité populaire. Il a été torturé puis exécuté lors du coup d’État du général Pinochet en 1973. Les contestata­ires du pouvoir actuel entonnent donc cette chanson, comme pour respecter un devoir de mémoire et surtout ne pas oublier que le pays a subi une sanglante dictature durant 18 ans. Les violons et cuivres résonnent. Des milliers de voix entonnent les paroles à l’unisson. Comme un hymne. Un cri de résistance. La scène prend aux tripes. Et maintenant, le peuple qui se soulève dans la lutte Avec des voix de géants criant : En avant ! Le peuple uni ne sera jamais vaincu, Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! Cette chanson est célèbre dans le monde entier depuis près d’un demi-siècle. Elle est régulièrem­ent entonnée lors des manifestat­ions dans les pays de culture hispanique. Elle a été écrite en 1970 par Sergio Ortega, chantre de la Nouvelle chanson chilienne, mouvement musical autant que social. Le peuple uni ne sera jamais vaincu... La patrie forge l'unité. De nord au sud, elle se mobilisera, Du Salar ardent et minéral A la forêt australe, Unis dans la lutte et dans le travail, ils iront Ils protègeron­t la patrie. Son pas annonce déjà l'avenir. Hymne de la résistance à la dictature « Le peuple uni ne sera jamais vaincu » est une chanson chilienne écrite par le groupe Quilapayún et composée par le musicien Sergio Ortega. Elle a été enregistré­e, pour la première fois, par Quilapayún et Inti Illimani en juillet 1970. Debout, luttons, que nous allons triompher Des millions déjà imposent la vérité. Ils sont d'acier, ardent bataillon. Leurs bras vont porter la justice Et la raison, femme, Avec feu et valeur, Déjà tu es ici, avec le travailleu­r. En avant ! Le peuple uni ne sera jamais vaincu, Le peuple armé ne sera jamais écrasé ! Et maintenant, le peuple qui se soulève dans la lutte Avec des voix de géants criant : Mete pitit ou a ajou sou vaksinasyo­n woutin yo kounye a, pa pita. Vaksen yo san danje, esansyèl, epi yo pwoteje timoun ou an kont maladi ak pwoblèm sante ki kache yo. Rele doktè timoun ou an jodi a pou pran yon randevou. Si ou bezwen jwenn yon doktè, Timoun ou an gendwa elijib pou swen medikal gratis, kèlkeswa sitiyasyon imigrasyon ou. rele 311. Bill de Blasio Majistra Oxiris Barbot, MD Manm Komisyon Vol 14 # 01 • Du 8 au 14 Juillet 2020 Haiti Liberté/Haitian Times 20 PRINTED AND DISTRIBUTE­D BY PRESSREADE­R PressReade­r.com +1 604 278 4604 ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY COPYRIGHT AND PROTECTED BY APPLICABLE LAW

© PressReader. All rights reserved.