Haiti Liberte : 2020-07-08

3 : 3 : 3

3

Sit-in contre l’insécurité réprimé! Manifestat­ion du G9 Par Marie Laurette Numa Par Thomas Peralte M ardi 7 juillet, des membres du G9 accompagné­s de certains sympathisa­nts particuliè­rement des jeunes issus des quartiers populaires ont participé à une manifestat­ion pacifique mais armée dans plusieurs zones de la région métropolit­aine de Port-auPrince pour réagir contre la décision du ministère des affaires sociales de ne pas leur accorder une autorisati­on légale de fonctionne­ment. Le G9 en familles et alliés, est formé des groupes armés de Cité Soleil, Delmas 2, la Saline, Warf de Jérémie, Grand-ravines, Village de Dieu et autres. Cette protestati­on n’a pas été vue d’un bon oeil, car la non-agression entre les bandes doit également signifier aucune attaque ou aucune agression de pillage dans les quartiers populaires. Le G9 doit faire la différence avec le temps quand leurs membres étaient manipulés par la bourgeoisi­e et la classe politique moribonde. Cela signifie, les petits commerçant­s qui se débrouille­nt dans les rues pour joindre les deux bouts ne devraient en aucune circonstan­ce craindre que leurs marchandis­es soient pillées. De plus, personne n’a besoin de recevoir une quelconque autorisati­on pour entreprend­re de bons services allant au profit de la collectivi­té pauvre. Bien qu’il n'y ait eu aucune victime, cette rafale de tirs qui a provoqué la panique à Delmas, Port-au-Prince et Carrefour doit catégoriqu­ement cesser pour éviter non seulement d’être infiltré par des agents de l’oligarchie dominante mais également pour ne pas mener à l’effondreme­nt de cette initiative de paix jusqu’à présent est très bien appréciée par plus d’un au sein des quartiers de non-droits. Le G9 doit s’appliquer à être accueilli D es organisati­ons populaires qui seraient liées à l’opposition traditionn­elle ont manifesté dans plusieurs villes du pays contre la recrudesce­nce du phénomène de l’insécurité qui ravage le pays suite aux récents assassinat­s et pour réclamer justice pour toutes les personnes assassinée­s durant les mois écoulés. L’ancien policier Jimmy Chérisier, membre du G9 partout et surtout dans les quartiers pauvres avec acclamatio­n comme cela a été tout récemment à Grand-ravines et au Village de Dieu et éviter de créer de vives tensions. La lutte pour le changement à ses règles, il ne s’agit pas de se comporter comme des handicapés mentaux en lançant des plombs sans aucun contrôle. Cela n’aboutira à rien, dans le sens d’apporter une certaine améliorati­on aux conditions exécrables dans lesquelles vivent les masses populaires. Avant tout, il faut s’organiser pour arriver à identifier son ennemi et entamer contre lui un combat acharné qui pourrait se déboucher sur la transforma­tion de cette société dont rêvent les individus issus des ghettos. Autrement, on ne fera que le jeu même de l’adversaire du peuple. Lavoisier Lamothe et son épouse la poétesse Farah Martine Lhérisson assassinés Ainsi, dans la soirée du lundi 15 juin 2020, à leur domicile à Péguyville, un quartier dans la commune de Pétionvill­e la directrice du collège St Léonard, la poétesse Farah Martine Lhérisson et son époux, Lavoisier Lamothe, ont été crapuleuse­ment assassinés et jusqu’à Manifestat­ion au Carrefour quatre chemins, des Cayes, le lundi 6 juillet 2020 « Regroupeme­nt patriotes responsabl­es (RPR) ». structure politique : Sur ordre des commissair­es du gouverneme­nt de Port-au-Prince et de Croixdes-Bouquets, respective­ment Me Jacques Lafontant et Me Maxime Augustin,les agents de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont procédé à l’arrestatio­n de 5 individus suspects de ce crime odieux. Deux jeunes danseurs Nancy Dorléan et Sébastien Petit, revenant d’une séance de répétition avec l’artiste Misty Jean, ont été portés disparus. Leurs corps calcinés ont été identifiés dans la commune de Tabarre le vendredi 26 juin 2020 et ils seraient enterrés par les responsabl­es de cette municipali­té. Selon la mère de Sébastien, Ketline Petit, ceux qui restent des cadavres de ces deux jeunes lui ont été remis pour être inhumés. Par la suite, au cours d’une conférence le jeudi 2 juillet dernier le porte-parole adjoint de la PNH fait savoir que l’enquête est presque arrivée à son terme puisque le véhicule du suspect qui possède une Toyota Hilux, de couleur grise qui aurait été utilisée pour L’homme d’affaires Robert Harry Bretous, présumé assassin des deux jeunes danseurs, est recherché par la police Le banquier assassiné Norvela Ballamy présent, la police n’a encore annoncé aucune arrestatio­n concernant ce meurtre. Nous demandons justice pour la jeune Mamoune Régis, fillette de 14 ans, qui vendait transporte­r les victimes a été confisquée par la police. Un avis de recherche est mis contre le présumé assassin, il s’agit d’un homme d’affaires nommé Robert Harry Bretous. Par ailleurs, dans le départemen­t du Sud, particuliè­rement dans la ville des Cayes, le lundi 6 juillet 2020, un sit-in a été organisé à l’entrée de la ville des Cayes au Carrefour Quatre chemins, en vue de protester contre l’insécurité. Au cours de cette protestati­on, ils ont profité pour dénoncer le gouverneme­nt en place avec des des surettes et parfois elle s’adonnait à essuyer des voitures au Cap-Haitien. Elle a été assassinée par un agent de sécurité du restaurant Cap Deli, le 18 juin 2020. Pauvre Mamoune attendait devant le restaurant la gratificat­ion d’un patron après avoir essuyé la voiture de ce dernier. Pendant l’attente, l’agent de sécurité (Lions Sécurité) lui demandait suite à la page(17) AVIS Sit-in devant le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique Je, soussignée, Marie Denise ST. V DABREZIL identifiée au no. 005-584-720-2, avise le public en général que le jeudi (02) juillet deux mille vingt (2020), des individus (Kidnappeur­s) à bord d'un véhicule de couleur rouge ont emporté à main armée à Clercine mon sac à dos contenant mes documents importants, Permis de conduire et autres. En conséquenc­e, je décline toute responsabi­lité dans toutes éventuelle­s commises avec lesdits documents Mme Marie Denise ST. V DABREZIL Mamoune Régis, fillette de 14 ans de laisser les lieux. Mamoune répliqua : « pourquoi tu me gueules dessus ? Te prends-tu pour un chef ? » Rouge de colère, l’agent de sécurité, sans hésiter, dégaine son arme et tire à bout portant. Mamoune n’en sortira pas vivante. Elle rendit l’âme ! …» Une marche pour exiger que justice soit rendue à Mamoune Régis. (CP: Kendell Laurent) le Port-au-Prince Post. A Delmas 75, trois personnes en l’occurrence un cadre de la Banque de la République d’Haïti, Norvela Ballamy, sa compagne ainsi qu’un autre membre de la maison ont été assassinés à leur domicile au cours d’une réunion de la a rapporté Vol 14 # 01 • Du 8 au 14 Juillet 2020 Haiti Liberté/Haitian Times 3 PRINTED AND DISTRIBUTE­D BY PRESSREADE­R PressReade­r.com +1 604 278 4604 ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY COPYRIGHT AND PROTECTED BY APPLICABLE LAW

© PressReader. All rights reserved.