Les codes de l’homme li­ba­nais2017

Un concen­tré de ma­chisme, de sens de l’hU­moUr, de gé­né­ro­si­té, de sho­woff, de non­cha­lance, de goUr­man­dise, de nom­bri­lisme et de sang chaUd, voi­ci l’ho­mo li­banUs. PoUr en sa­voir PlUs sUr la ver­sion 2017 de nos chères moi­tiés, voi­ci qUelqUes signes de re­conn

Special Madame Figaro - - Lifestyle/Couple -

i l ne rate Pas Un seUl match de foot A la té­lé bien sûr…Il se trans­forme en «don­neur de le­çons» du foot­ball le temps d’un match. Ses cri­tiques sont d’ailleurs dignes des meilleurs com­men­ta­teurs d’Eu­ro­sport, hor­mis quelques in­jures, ver­sion li­ba­naise exige…Parce que oui, le foot est un sport vi­ril, vous di­ra-t-il. Foot­ball, bière, piz­za de­meu­re­ra sa prière quo­ti­dienne en sai­son de UEFA Champions League ou de Coupe du monde. En fi­dèle sup­por­ter, il ar­bo­re­ra le maillot de son équipe pré­fé­rée, et dé­co­re­ra sa voi­ture de tous les ac­ces­soires cor­res­pon­dants.

il est in­tel­lo et beaU Par­leUr

Ce n’est plus à prou­ver, l’in­tel­lo c’est le nou­veau fan­tasme fé­mi­nin. Et il le sait. Il étale sa culture au gré des conver­sa­tions et af­fiche son pro­fil d’in­tel­lec­tuel qu’il fa­çonne de­puis long­temps. Si l’homme 2017 ne ré­cite plus des vers de Sha­kes­peare, il connaît par contre les grands clas­siques de Hol­ly­wood et sa culture mu­si­cale passe avec ai­sance de Joe Bo­na­mas­sa à Wael Kfou­ry. Son édu­ca­tion, il en est fier parce qu’en li­ba­nais digne de ce titre, il af­fiche son tri­lin­guisme à chaque oc­ca­sion qui se pré­sente. La po­li­tique, c’est son grand amour. Des pré­si­den­tielles amé­ri­caines aux élec­tions fran­çaises, en pas­sant par les lé­gis­la­tives li­ba­naises, il suit l’ac­tua­li­té et a un avis sur tout.

il frime avec son scotch, ci­gare en main

Le ci­gare est son meilleur ami. L’homme li­ba­nais 2017 cède avec plai­sir aux ef­fluves cu­bains et cultive sa pas­sion pour le vin ou le whis­ky. Il n’hé­site pas à trem­per son Co­hi­ba dans du rhum ou du co­gnac. Son passe-temps fa­vo­ri, les af­ter­works ci­gares-whis­ky et les cou­chers de so­leil où fu­mée et single malt riment avec vo­lup­té.

il a les ab­dos en bé­ton

Ou presque…Du moins il fait des ef­forts à rai­son de deux de sport par jour/se­maine se­lon son hu­meur. S’il ne se prive pas d’un bon double bur­ger ou cha­war­ma à dî­ner, il pas­se­ra sa soi­rée à râ­ler et à culpa­bi­li­ser.

il est fier de sa mé­tro­sexUa­li­té

Ac­cro au shopping il dé­pense plus que les femmes lors­qu’il dé­va­lise les bou­tiques ! L’homme ver­sion 2017 passe une éter­ni­té à choi­sir sa te­nue avant de sor­tir, et fait at­ten­tion à la qua­li­té et à la marque. Il chou­choute sa barbe, sa peau et ses che­veux, entre soins, crèmes et huiles, et passe avec plai­sir, un di­manche après-mi­di au spa avec sa douce moi­tié, en­ve­lop­pé dans son pei­gnoir et bu­vant une ti­sane re­laxante après un long mas­sage.

il est ac­cro aUx ré­seaUx so­ciaUx

Ins­ta­gram, Snap­chat, Fa­ce­book…l’homme li­ba­nais 2017 do­cu­mente chaque ins­tant de sa vie. En soi­rée avec sa co­pine ou ses amis, en voyage, en ran­don­née, à dé­jeu­ner chez sa chère ma­man…il prend une pho­to, un sel­fie ou une vi­déo qu’il par­ta­ge­ra sur ses comptes so­ciaux. Et quand sa co­pine lui de­mande de la prendre en pho­to, il s’exé­cute sans rien dire, même si, en éter­nelle in­sa­tis­faite, elle l’oblige à re­faire la pho­to une di­zaine de fois.

il est fé­mi­niste

Il ne lais­se­ra pas tom­ber son ma­chisme pour rien au monde mais il a com­pris qu’il a tout in­té­rêt à dé­fendre les droits de la femme. S’il a tou­jours cet ins­tinct de pro­tec­teur en­vers sa soeur ou sa par­te­naire, il n’hé­site pas à les sou­te­nir dans leur car­rière et leurs choix. De plus, il ne re­chigne plus à par­ta­ger les tâches mé­na­gères et à s’oc­cu­per du pe­tit…en se plai­gnant de temps en temps, juste pour son ego ! Se­lon une étude réa­li­sée par des cher­cheurs de l’Uni­ver­si­té d’Al­ber­ta, au Ca­na­da et pu­bliée dans le Jour­nal of Fa­mi­lier Psy­cho­lo­gy, les couples au sein des­quels les tâches mé­na­gères sont ré­par­ties équi­ta­ble­ment au­raient une vie sexuelle bien plus épa­nouie et sa­tis­fai­sante que la moyenne. A vos éviers Mes­sieurs!

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.