Ré­cit d’une course folle mi­nute par mi­nute

À par­tir d’images ti­rées du ré­seau de vi­déo­sur­veillance de la Ville de Nice et du rap­port de la sous-di­rec­tion an­ti­ter­ro­riste, on connaît dé­sor­mais avec pré­ci­sion le dé­rou­le­ment de l’at­taque

Monaco-Matin - - La Une - GUI. B. ET D. A.

Deux mi­nutes et dix-neuf se­condes. C’est le temps qu’a mis Mo­ha­med La­houaiej-Bouh­lel pour tuer 86 per­sonnes et en bles­ser plu­sieurs cen­taines, le 14 juillet der­nier sur la pro­me­nade des An­glais. Plus que les 45 se­condes évo­quées dans les heures qui ont sui­vi l’at­ten­tat. Au to­tal, il fau­dra 4 mi­nutes et 17 se­condes pour mettre fin à la course meur­trière du chauf­feur as­sas­sin. Moins de 5 mi­nutes. C’est l’ef­froyable pré­ci­sion qui res­sort des fuites du rap­port de la Sous-di­rec­tion an­ti­ter­ro­riste (SDAT) ré­vé­lées par plu­sieurs confrères de mé­dias na­tio­naux ces der­niers jours. Un dé­rou­lé qui pré­cise que c’est parce que le ca­mion « a ca­lé en rai­son d’un élé­ment ex­té­rieur » que les po­li­ciers ont pu ou­vrir le feu. Et mettre fin au car­nage.

La voix de la re­ven­di­ca­tion

Autre ré­vé­la­tion ré­cente de l’en­quête, on connaît dé­sor­mais le nom du por­te­pa­role de Daesh qui avait re­ven­di­qué l’at­ten­tat de Nice, deux jours plus tard. Il s’agit d’Adrien Gui­hal, dit Abou Ous­sa­ma, 31 ans. Un Pa­ri­sien connu des ser­vices pour « son im­pli­ca­tion au sein des or­ganes mé­dia­tiques de Daesh », pré­cise le jour­nal Le Pa­ri­sien. Les en­quê­teurs l’au­raient for­mel­le­ment iden­ti­fié à par­tir des fi­chiers so­nores dif­fu­sés via la mes­sa­ge­rie cryp­tée Te­le­gram. Daesh avait re­ven­di­qué l’acte «d’un sol­dat du ca­li­fat» qui a me­né « une opé­ra­tion spé­ciale en uti­li­sant un poids lourd» contre les ci­toyens de la «France croi­sée». Sans que ce ter­ro­riste ait fait une dé­cla­ra­tion d’al­lé­geance. Une pre­mière.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.