Nice as­sure l’es­sen­tiel

Monaco-Matin - - Sports - SYL­VAIN MUSTAPIC

De­vant tout au long du match, le Stade Ni­çois a si­gné son deuxième suc­cès de la sai­son, hier de­vant SaintJean-en-Royans (34-27). Mal­gré une par­tie ani­mée (7 es­sais au to­tal), le sen­ti­ment était mi­ti­gé au coup de sif­flet fi­nal, tant les Ni­çois sem­blaient ca­pables de tuer la par­tie et de s’im­po­ser plus lar­ge­ment. La faute à des temps faibles dès que l’écart com­men­çait à se creu­ser… À l’en­tame des dix der­nières mi­nutes, les Ni­çois n’étaient pour­tant qu’à un es­sai du bo­nus of­fen­sif, qui pa­rais­sait plus ac­ces­sible que ja­mais. Un es­sai qui ar­ri­ve­raà­la76e mi­nu­te­su­run fes­ti­val de Charles Kan­dé… Sauf qu’entre-temps, Hud­son avait ré­duit l’écart pour les vi­si­teurs. Pire, sur la der­nière ac­tion du match, Rez­gui apla­tis­sait en coin et of­frait à Bard une chance d’ar­ra­cher le Alexandre Noé et les Ni­çois n’ont pas pris le bo­nus of­fen­sif.

point de bo­nus dé­fen­sif. Com­plè­te­ment ex­cen­tré, face au vent, l’ou­vreur drô­mois ne trem­blait pas et per­met­tait à Saint-Jean-en-Royans de re­par­tir avec une bo­ni­fi­ca­tion in­es­pé­rée. Si tout n’a pas été par­fait, les Ni­çois ont confir­mé, par sé­quences, leur ca­pa­ci­té à en­voyer du jeu. Avec neuf points en trois sor­ties, les hommes du duo Bol­ga­sh­vi­liBon­net

s’ins­tallent dans le haut du clas­se­ment et prouvent que l’on de­vrait pou­voir comp­ter sur eux pour jouer les pre­miers rôles. Ils ont dit

« On est une équipe à ré­ac­tion… On est per­fec­tion­niste, com­pé­ti­teur, donc un peu frus­tré car il manque la ma­nière. »

« Dès qu’on est en dan­ger, on fait de belles choses.Ona­des­pas­sa­gesà­vide.Main­te­nant, il faut faire 80 mi­nutes à haut ni­veau. On est content d’avoir neuf points, on est dans les clous. »

« Il y a de belles choses dans la construc­tion de nos phases of­fen­sives, qui sont va­riées. Il ya­tou­jours­ces­pas­sa­gesà­vi­de­qui­re­mettent l’ad­ver­saire en jeu. À cinq mi­nutes de la fin, tu peux prendre le bo­nus. Au fi­nal, c’est l’ad­ver­saire qui le prend et c’est ra­geant. »

(Pho­tos F. Fer­nandes)

Re­vaz Gi­gau­ri.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.