Le tra­fic aé­rien trop pol­luant?

Une as­so­cia­tion ni­çoise monte au cré­neau. Elle ré­clame une ana­lyse in­dé­pen­dante pour me­su­rer l’im­pact, sur la san­té des Azu­réens, de la pol­lu­tion émise par le trans­port aé­rien

Monaco-Matin - - La Une - GRÉ­GO­RY LE­CLERC gle­clerc@ni­ce­ma­tin.fr

Il est urgent d’éloi­gner les po­pu­la­tions des aé­ro­ports! » Ce­lui qui parle n’est pas un far­fe­lu. Le pro­fes­seur Do­mi­nique Bel­pomme est un émi­nent scien­ti­fique, pré­sident de l’As­so­cia­tion fran­çaise pour la re­cherche thé­ra­peu­tique an­ti­can­cé­reuse. C’est bien le ni­veau de pol­lu­tion au­tour de l’aé­ro­port de Nice, et son im­pact sur la san­té, qui in­quiètent éga­le­ment Claude Be­ni­tah et Ch­ris­tian Bas­so, de l’As­so­cia­tion de sau­ve­garde des sites du Mont-Bo­ron, MontAl­ban, cap de Nice et Col de Ville­franche. Ils tirent la son­nette d’alarme et ré­clament des ana­lyses in­dé­pen­dantes.

« C’est ta­bou ! »

« La pol­lu­tion sur l’aé­ro­port? C’est ta­bou! », pro­teste Claude Be­ni­tah, an­cien mi­li­taire qui fut com­man­dant de bord-ins­truc­teur du Glam, le Groupe de liai­sons aé­riennes mi­nis­té­rielles. Il a pi­lo­té plu­sieurs pré­si­dents de la Ré­pu­blique. « Dès que nous in­ter­ro­geons l’aé­ro­port, on met une ser­viette par-des­sus et on nous dit qu’on fait des études, qu’on est en train de voir. » Le dé­les­tage d’un Boeing, la se­maine der­nière au-des­sus de la fo­rêt de Fon­tai­ne­bleau – pro­cé­dure lé­gale en cas de pro­blème – a re­lan­cé la polémique sur la pol­lu­tion gé­né­rée par l’aé­rien. D’au­tant qu’un rap­port pu­blié ces jours-ci par l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS) ré­vèle que 92 % de la po­pu­la­tion mon­diale res­pire un air trop pol­lué. « Je sou­hai­te­rais un état des lieux sa­ni­taires. Aux au­to­ri­tés de nous dire ce qu’il en est réel­le­ment à Nice. Si on ar­ri­vait à co­lo­rer le flux qui sort des ré­ac­teurs, je pense que les gens dé­mé­na­ge­raient tous, af­firme Claude Be­ni­tah. Un ré­ac­teur ce n’est pas comme une voi­ture die­sel au­quel on met un filtre. Là, pas de filtre, ce­la part di­rec­te­ment dans l’air. » La Fon­da­tion Ni­co­las Hu­lot a poin­té le pro­blème en mai der­nier. Elle re­lève que le trans­port aé­rien n’est à ce jour concer­né par au­cun des mé­ca­nismes mis en place pour ré­duire les émis­sions de gaz à ef­fet de serre. Il n’est, de sur­croît, pas cou­vert par l’ac­cord de Pa­ris sur le cli­mat. « Les pro­grès en termes d’efficacité éner­gé­tique ont per­mis de ré­duire les émis­sions de CO2 par pas­sa­ger de 35 % entre 1990 et 2013, mais le vo­lume glo­bal s’est ac­cru de plus de 60 % dans le même temps. Et se­lon les construc­teurs, il de­vrait tri­pler d’ici à 2030, pour at­teindre une part équi­va­lente à 20 % des émis­sions de gaz à ef­fet de serre en 2050. Ces pers­pec­tives de crois­sance sont in­com­pa­tibles avec l’ob­jec­tif de sta­bi­li­sa­tion du cli­mat à +2° », re­lève la Fon­da­tion Hu­lot.

Trois fois plus pol­luant que la voi­ture

L’avion est le moyen de trans­port le plus pol­luant. Par pas­sa­ger et par ki­lo­mètre par­cou­ru, il est trois fois plus no­cif pour le cli­mat que la voi­ture. Claude Be­ni­tah, pré­sident de l’as­so­cia­tion ni­çoise, es­time qu’il s’agit « d’un vrai pro­blème de san­té pu­blique ». En 2004, l’In­serm ré­vé­lait que vivre à proxi­mi­té d’une sta­tion d’es­sence mul­ti­plie par quatre le risque de leu­cé­mie des en­fants. Elle avait été réa­li­sée sur quatre villes fran­çaises, Pa­ris, Lille, Lyon et ... Nice. Or l’aé­ro­port est une gi­ga sta­tion-ser­vice. « Il ne fait au­cun doute que les zones aé­ro­por­tuaires sont hy­per­pol­luées », avait re­le­vé il y a quelques an­nées le pro­fes­seur Bel­pomme, évo­quant ces conclu­sions. L’aé­ro­port Nice Côte d’Azur, de son cô­té, se dé­fend d’être un pol­lueur hors normes (lire ci-des­sous). Il met en avant ses pro­grès, réels, en ma­tière de consom­ma­tion car­bone. Peu de don­nées existent sur la pol­lu­tion réelle en­gen­drée par ces mou­ve­ments de di­zaines de mil­liers d’avions qui dé­collent et at­ter­rissent toutes les deux mi­nutes sur l’aé­ro­port de Nice. Pro­dui­sant ain­si des par­ti­cules pol­luantes ain­si que des gaz à ef­fet de serre. « De la trans­pa­rence, de la vraie trans­pa­rence, c’est ce que nous ré­cla­mons », conclut Claude Be­ni­tah.

(Pho­to Franz Cha­va­roche)

En brû­lant des mil­lions de tonnes de ké­ro­sène, les avions émettent des pol­luants et du gaz à ef­fet de serre. Quelles en sont les consé­quences? Une as­so­cia­tion de ri­ve­rains veut sa­voir.

(Pho­to G. L.)

Claude Bas­so.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.