Un bud­get pri­mi­tif ex­cé­den­taire mis à l’étude

Les élus se sont pen­chés hier sur l’exa­men du bud­get rec­ti­fié de l’État. Un bud­get à l’équi­libre, qui a sou­le­vé no­tam­ment des ques­tions sur la qua­li­té de vie en Prin­ci­pau­té

Monaco-Matin - - La Une - C.V.

Des re­cettes qui s’élèvent à 1 mil­liard 219 mil­lions d’eu­ros, en pro­gres­sion de 6,6 %. Des dé­penses éta­blies à 1 mil­liard 205 mil­lions d’eu­ros (+6 %), don­nant un ex­cé­dent bud­gé­taire de 14 mil­lions d’eu­ros. Sur le pa­pier, l’exa­men du bud­get rec­ti­fi­ca­tif de l’État, qui a dé­mar­ré hier soir au Conseil na­tio­nal, de­vrait se faire dans une re­la­tive sé­ré­ni­té. Sa­chant qu’il ne re­quiert que des « ajus­te­ments tech­niques », a pré­ci­sé le pré­sident de la com­mis­sion des fi­nances, Marc Bu­ri­ni, rap­por­teur du pro­jet de loi. « Con­trai­re­ment aux deux an­nées pré­cé­dentes où le gou­ver­ne­ment avait ins­crit des cré­dits très consé­quents pour des opé­ra­tions d’in­ves­tis­se­ment». Mais cet exa­men a tout de même don­né lieu à plu­sieurs ques­tions et prises de becs. No­tam­ment concer­nant le pro­jet très cri­ti­qué, hier soir, de la construc­tion d’un par­king sous l’ave­nue des Spé­lugues. « Les élus n’ont ap­pris que lors des der­nières séances pri­vées que 90 places de ce fu­tur par­king en to­ta­li­sant 400 de­vaient être mises à la dis­po­si­tion de la SBM [...] et qu’une tren­taine de vé­gé­taux plus que cen­te­naires de­vront être abat­tus alors qu’un cour­rier du mi­nistre d’État en 2014 nous as­su­rait du contraire », dé­plore le rap­por­teur.

Le trop-plein de chan­tiers

Sur le fond pour cette pre­mière séance, la Haute as­sem­blée a bros­sé pê­le­mêle les su­jets d’ac­tua­li­té et de fonc­tion­ne­ments in­hé­rents au pays. Le rap­por­teur du pro­jet de loi a no­tam­ment prô­né le be­soin d’une étude de pha­sage des tra­vaux en Prin­ci­pau­té. « Le nombre de chan­tiers a at­teint un ni­veau dif­fi­ci­le­ment gé­rable et sup­por­table », re­grette Marc Bu­ri­ni, qui ima­gine un do­cu­ment cadre qui fixe les opé­ra­tions prio­ri­taires sur cinq ans. Sur le même su­jet, l’élu a ta­clé, « s’in­quié­tant de voir l’ac­tion gou­ver­ne­men­tale trop dé­pen­dante de pro­mo­teurs pri­vés, tant dans son ac­tion de re­mem­bre­ment de sur­faces fon­cières que dans la dé­fi­ni­tion ar­chi­tec­tu­rale et tech­nique de ses construc­tions ». Concer­nant le trop-plein de chan­tiers, une étude me­née par les ser­vices du gou­ver­ne­ment confirme que des pics se­ront im­por­tants entre oc­tobre 2017 et jan­vier 2018 pour la cir­cu­la­tion des ca­mions et entre oc­tobre et dé­cembre 2018 pour les tra­vailleurs. « Nous de­vons mieux in­té­grer l’im­pact des tra­vaux dans nos ré­flexions » a as­su­ré le mi­nistre d’État Serge Telle.

« Le droit à la tran­quilli­té »

Et le pré­sident de la com­mis­sion pour l’En­vi­ron­ne­ment, Jean-Louis Grin­da (UM), de plai­der « le droit à la tran­quilli­té. Qui vien­dra s’ins­tal­ler dans notre pays si il n’y fait plus bon vivre». Re­pris par Laurent Nou­vion (HM), « je ne cesse de­puis 30 mois d’aler­ter nos au­to­ri­tés exé­cu­tives sur le pha­sage des chan­tiers dé­pen­dant de l’État. Nous nous ré­jouis­sons tous du dy­na­misme de notre éco­no­mie mais ce­la ne peut se faire en pre­nant en otage les com­pa­triotes, les sco­laires, les ré­si­dents et celles et ceux qui viennent tra­vailler chez nous ». Les dé­bats se pour­suivent au­jourd’hui à par­tir de 17 heures.

(Pho­tos Cy­ril Do­der­gny)

Am­biance de tra­vail, hier dans l’hé­mi­cycle, pour la pre­mière des trois séances pu­bliques consa­crées au bud­get rec­ti­fi­ca­tif.

La Haute as­sem­blée se reu­ni­ra à nou­veau ce soir et lun­di pour vo­ter le bud­get rec­ti­fi­ca­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.