Co­caïne : un ne­veu et son “ton­ton” sur la même ligne

Mi­chel Caux, vieux rou­tier des pré­toires, vient d’être condam­né à six mois de pri­son pour sa par­ti­ci­pa­tion à un tra­fic de stu­pé­fiants sur Nice. Anec­do­tique au vu de son ca­sier ju­di­ciaire

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CHRIS­TOPHE PER­RIN chper­rin@ni­ce­ma­tin.fr

Re­gard vif der­rière ses lu­nettes cer­clées,tein­thâ­léet­ver­be­haut, leNi­çoisMi­chelCauxes­tun­per­son­na­ge­qui­par­vien­tà­fai­re­sou­ri­rel’as­sis­tance, y com­pris les ma­gis­trats du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nice. L’hom­meap­pa­raît­sym­pa­thique,très à l’aise de­vant la jus­tice de­puis le temps­qu’illa­fré­quente.Il­com­pa­rais­sait libre pour ré­pondre d’un tra­fic lo­cal­des­tu­pé­fiant­setd’as­so­cia­tionde mal­fai­teurs.Jo­na­than,son­ne­veu,in­car­cé­ré de­puis neuf mois, avait mon­té en2014un­com­mer­ce­de­co­caï­nee­ten fai­sait pro­fi­ter ses proches avec un ta­rif­pré­fé­ren­tiel­pour­les­mem­bresde sa­fa­mille. Mé­ca­ni­cien de for­ma­tion, Jo­na­than avai­té­vo­lué­dans­le­mi­lieu­duyach­ting avant­de­som­brer­dans­la­poudre.«En pri­son, je me suis sen­ti li­bé­ré grâce au se­vrage. Je me sen­tais beau­coup mieux au bout de quatre mois»,confie­le­pré­ve­nu­qui­sa­lue,une­foisn’est­pas­cou­tume,les­ver­tus­de­la­dé­ten­tion­pro­vi­soire.

La mar­chan­dise? «Un lot de chaus­sures»

À tra­vers les écoutes té­lé­pho­niques, les pro­pos de Mi­chel Caux, 51 ans, le ton­ton­deJo­na­than,pa­rais­sen­tam­bi­gus. De là à pen­ser que l’homme n’a pas com­plè­te­ment rom­pu avec son sul­fu­reux pas­sé… «Cer­tains mots ne trompent pas», sou­ligne le pro­cu­reur C’est dans cette mai­son de Cas­tel­lar que le corps du conseiller mu­ni­ci­pal de Beau­so­leil, Claude Bi­chet, avait été re­trou­vé en .

Bri­git­teFu­nel. Mi­chelCaux­réa­git:« Quand­je­sui­sar­ri­vé­dans­les­lo­caux­de­laPJ,croyez-moi si vous vou­lez mais le po­li­cier m’a de­man­dé­des­nou­vel­les­de­mon­père.Il­fai­sait par­tie de ceux qui avaient ar­rai­son­né le Ga­laxie.» Dans­ce­voi­lier­qui­ral­liait­leMa­rocà­la Corse,les­li­mier­sa­vaient­dé­cou­vert4,7 ton­nes­de­can­na­bis.« J’avais26ans.Je n’étais­que­ma­rinàl’époque, mi­ni­mise

le pré­ve­nu. Ilya­vai­tun­ca­pi­tai­nee­tun pro­prié­taire.» Mi­chel Caux avait été condam­né, en 1994,avec­son­pè­reet­cin­qau­tres­per­sonnes,àdixansd’em­pri­son­ne­ment. « Les po­li­ciers, en voyant mon nom, pen­saien­tà­nou­veau­qu’il­sa­vaient­tou­ché le gros lot! Ils ont fait une fixa­tion sur moi.Ils­se­son­ta­char­nés.Ilsm’on­tar­rê­té alors­quej’avais­di­tau­té­lé­pho­ne­quej’al­lai­scher­cher­de­la­mar­chan­dise.Je­ve­naisd’ache­te­run­lot­de­chaus­su­re­saux en­chères!J’en­avais­plein­le­cof­fre­de­la voi­ture.»

Dans l’af­faire Béa­trice Edouin

«Vous ré­ap­pa­rais­sez en 2009, quinze ans après, avec une peine pro­non­cée par­laCourd’as­si­ses­desAlpes-Ma­ri­times à qua­torze ans de ré­clu­sion pour com­pli­ci­téd’as­sas­si­nat »,pour­suit­la­pré­si­dente en re­li­sant le CV du pré­ve­nu. «J’avai­sé­té­con­dam­néà­vingt-cin­qans en pre­mière ins­tance»,pré­ci­seMi­chel Caux. «J’ai­dé­pla­céu­ne­voi­tu­re­sa­chant qu’une­per­son­nea­vai­té­téas­sas­si­née.» «Et­vou­sa­vez­pris­qua­tor­zeans­pour­ça ?... Vous ne nous dites pas tout Mon­sieur… »,iro­ni­se­la­pré­si­den­teBer­gou­gnous. En 1998, Béa­trice Edouin avait sé­duit Clau­deBi­chet,pa­trond’une­so­cié­téde dé­mé­na­ge­ment de Beau­so­leil. Après troi­sansd’une­re­la­tion­pas­sion­nelle,le 10 avril 2001, le chef d’en­tre­prise dis­pa­raît mys­té­rieu­se­ment. La com­pagne,an­cien­ne­pros­ti­tuée,avai­tre­cru­té deux hommes de main (Laurent Ro­meoetMi­chelCaux)pour­le­sup­pri­mer­dan­su­ne­mai­son­deCas­tel­lar. Sor­ti en 2011 en condi­tion­nelle, Caux di­ta­voir­tra­vaillé­chezBon­ven­tre­dis­tri­bu­tion, avoir été aide à do­mi­cile pour des per­sonnes han­di­ca­pées avant d’être rat­tra­pé par un can­cer du foie. « Ave­cu­ne­pen­siond’in­va­li­di­téde827 eu­ros, père de trois en­fants, on peut pen­ser que vous avez be­soin d’aug­men­ter vos re­ve­nus », note la pré­si­dente.« Je­vis­grâ­ceaux­bé­né­fi­cesque je fais en al­lant aux ventes aux en­chè­re­se­ten­re­ven­dant­le­sob­jet­sen­ligne.» «Trois­per­son­nes­di­sent­que­vou­sa­vez sans­dou­te­par­ti­ci­péà­ce­tra­fic», in­siste la pré­si­dente. Mi­chelCaux­se­dé­fen­da­ve­cau­tantde fougue que de fa­conde. Me Luc Feb­bra­ro,so­na­vo­cat,n’aplus­be­soin de plai­der. Me Pa­do­va­ni et Me Py­né voien­taus­si­leur­tâ­che­fa­ci­li­tée­pour­la dé­fen­se­de­sau­tres­pré­ve­nus:Florent (36ans),Mar­jo­rie(39ans)etPas­cal(38 ans), passent com­plè­te­ment au se­cond plan. Mi­chel Caux dit ai­der son ne­veu à se se­vrer, lui fait la le­çon à l’au­dience. L’as­so­cia­tion­de­mal­fai­teursn’est­pas re­te­nue­par­le­tri­bu­nal.Jo­na­tha­nest­fi­na­le­ment condam­né à deux ans de pri­son­don­tu­na­vec­sur­si­set­deuxde mi­seàl’épreuve.Pas­ca­là­six­moisde sur­sis avec dix-huit mois de mise à l’épreuve. Les autres écopent de six mois,une­pei­nea­mé­na­geable.Les­pré­ve­nus, tous in­sé­rés dans la so­cié­té, ont de­man­dé et ob­te­nu une non-ins­crip­tio­nau­bul­le­tin­nu­mé­ro2­du­ca­sier ju­di­ciaire. Mi­chel Caux n’a pas ju­gé utile d’en faire la de­mande.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.