Rixe à Fré­jus : de la pri­son ferme pour Phi­lippe Var­don et ses ad­ver­saires

Monaco-Matin - - Côte D’azur - G. D. et F. M.

Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Dra­gui­gnan a condam­né, hier, à six mois de pri­son ferme Phi­lippe Var­don et les trois autres pro­ta­go­nistes pour les vio­lences qui avaient émaillé la soi­rée du 30 mars 2014 à Fré­jus, au se­cond tour de l’élec­tion de Da­vid Ra­chline. Ce soir-là, sur le par­king de la place Paul-Ver­net et dans les rues alen­tour, une rixe avait écla­té entre trois jeunes magh­ré­bins et l’ex-lea­der iden­ti­taire de Nice, dé­sor­mais conseiller ré­gio­nal FN. Ce­lui-ci a af­fir­mé avoir été re­con­nu par les trois jeunes, qui l’ont im­mé­dia­te­ment pris à par­tie avec un cric, une ma­ni­velle et un dé­monte-pneu. Ses contra­dic­teurs ont sou­te­nu, au contraire, qu’ils avaient été vic­times d’in­jures ra­cistes, alors qu’ils pas­saient en voi­ture sur le par­king. Avant de re­ce­voir des coups et d’être ga­zés avec une grosse bombe la­cry­mo­gène, «comme celles des CRS». Les images des ca­mé­ras de vi­déo­sur­veillance de Fré­jus ont mon­tré la rixe sous dif­fé­rents angles. Pas de ma­nière suf­fi­sam­ment pré­cise tou­te­fois, pour dé­ter­mi­ner si ce n’était pas un cou­teau que te­nait Phi­lippe Var­don, mais les clefs de la voi­ture de son épouse comme il l’a sou­te­nu. « L’ori­gine de ces vio­lences ré­ci­proques de­meu­re­ra in­cer­taine, a ré­su­mé le pro­cu­reur Mi­chael Dar­ras. Mais les vio­lences, elles sont cer­taines, ain­si que le dé­montrent les dé­cla­ra­tions de cha­cun, la vi­déo­sur­veillance et les té­moi­gnages des po­li­ciers mu­ni­ci­paux.»

« Ju­ge­ment dé­li­rant »

Le tri­bu­nal a sui­vi d’as­sez près ses ré­qui­si­tions pour condam­ner tous les pro­ta­go­nistes, sans tou­te­fois or­don­ner de man­dat de dé­pôt à l’en­contre de Phi­lippe Var­don qui est donc re­par­ti libre. Au plan ci­vil, ce­lui-ci re­ce­vra 700 eu­ros de dom­mages et in­té­rêts de ses agres­seurs, so­li­dai­re­ment. Il a en re­vanche été condam­né à ver­ser 700 eu­ros à cha­cun d’eux. Dé­non­çant un « ju­ge­ment ob­jec­ti­ve­ment dé­li­rant au vu des faits», l’élu a im­mé­dia­te­ment fait sa­voir qu’il al­lait faire ap­pel.

(Pho­to F. F.)

Phi­lippe Var­don fe­ra ap­pel de la dé­ci­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.