Le mar­ché du neuf dy­na­mi­sé

Après plu­sieurs mois dif­fi­ciles, le mar­ché du neuf re­prend des cou­leurs et af­fiche des chiffres sa­tis­fai­sants. Ex­pli­ca­tions.

Monaco-Matin - - Sports -

Au pre­mier se­mestre 2016, le vo­lume des ventes a aug­men­té de 16 à 18 % en fonc­tion du sec­teur. Une hausse ac­cueillie avec en­thou­siasme par les pro­fes­sion­nels de l’im­mo­bi­lier neuf qui per­çoivent, en­fin, un dé­but de re­prise.

Cette hausse gé­né­ra­li­sée est due no­tam­ment à la mise sur le mar­ché de nou­velles pro­duc­tions qui ont su ren­con­trer leurs ac­qué­reurs. Des bonnes nou­velles liées à la fois à la va­rié­té et la di­ver­si­té des pro­grammes, à un mar­ché por­té par des taux tou­jours plus bas, au dis­po­si­tif Pi­nel, par­ti­cu­liè­re­ment per­for­mant, et à des prix qui se main­tiennent de­puis plu­sieurs mois.

Les dif­fé­rentes ana­lyses mettent en lu­mière de nom­breux élé­ments : on sait dé­sor­mais que les pri­mo-ac­cé­dants, plus nom­breux qu’au­pa­ra­vant, sont prin­ci­pa­le­ment pré­sents sur des pro­grammes dont les prix sont in­fé­rieurs à 4 000 / 4 200 eu­ros le mètre car­ré - seuil des ca­pa­ci­tés fi­nan­cières des nou­veaux pro­prié­taires. On constate éga­le­ment, au vu des ventes de ces der­niers mois, que le dis­po­si­tif Pi­nel compte pour 40 à 45 % des ventes.

Un chiffre qui se si­tue dans la moyenne haute des pré­cé­dents dis­po­si­tifs. Et pour cause, le Pi­nel est plus simple, plus per­for­mant que son pré­dé­ces­seur, et sur­tout il a pour avan­tage d’avoir un mon­tant de loyer en adé­qua­tion avec les re­ve­nus des ac­tifs.

Des dif­fi­cul­tés à re­créer des stocks

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.