Amendes pour des fu­mi­gènes lors du match Es­pagne-Tur­quie de l’Eu­ro

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CH. P

Ces jeunes de Mâ­cons, sup­por­ters turcs, ont joué les pro­lon­ga­tions hier après-mi­di, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nice. Lors du match de foot­ball du 17 juin comp­tant pour l’Eu­ro Es­pagne-Tur­quie, Fe­rat, 27 ans et Go­khan, 26 ans, ont été re­pé­rés par les ca­mé­ras de vi­déo-sur­veillance du stade de Nice. Des pro­tu­bé­rances sous leur blou­son pa­rais­saient sus­pectes. Lors de la fouille, ils ont été trou­vés por­teurs de trois fu­mi­gènes. Gö­khan, 23 ans, a réus­si à pé­né­trer dans l’Al­lianz-Ri­vie­ra et a al­lu­mé un en­gin py­ro­tech­nique. Les trois étaient ren­voyés de­vant la jus­tice pour ce dé­lit. La fé­dé­ra­tion fran­çaise de foot­ball est par­tie ci­vile même si l’ef­fer­ves­cence au­tour de cette com­pé­ti­tion est de­puis long­temps re­tom­bée. La pré­si­dente Lau­rie Du­ca at­taque bille en tête par une sé­rie de ques­tions qui marquent son aga­ce­ment: « Pour­quoi ça n’ar­rive que dans les matches de foot, pas à la na­ta­tion, pas à l’équi­ta­tion, pas au ju­do, pas au rug­by? Pour­quoi? » A la barre, les jeunes sup­por­ters, dé­jà frap­pés par une in­ter­dic­tion ad­mi­nis­tra­tive de stades et de sor­tie du ter­ri­toire après une in­ter­mi­nable garde à vue, sont pe­nauds. « Vous sa­vez pour­quoi les fu­mi­gènes sont in­ter­dits dans les stades? Parce qu’il y a quelques an­nées, un homme est en­tré au stade du Ray avec un fu­mi­gène et qu’il a per­du deux doigts », rap­pelle la pré­si­dente, ma­ni­fes­te­ment très au fait de l’his­toire de l’OGC Nice. « Le mien ne peut pas ex­plo­ser », pré­cise Go­khan. « Oh!» , s’in­digne le pro­cu­reur Clo­tilde Ga­ly. « Vous ne pen­sez pas que ce­la peut pro­vo­quer des bles­sés. L’in­ter­dic­tion n’est là que pour vous em­bê­ter? », in­siste la pré­si­dente. L’un est ou­vrier dans le bâ­ti­ment, l’autre est com­mer­çant am­bu­lant. Tous deux sont amis et pas­sion­nés de foot. « Vous n’avez pas l’air com­plè­te­ment idiot! Sa­chez que vous ris­quez de la pri­son avec sur­sis », pré­vient le pro­cu­reur qui re­quiert 500 à 1000 eu­ros avec sur­sis. « Les faits sont re­con­nus, tem­père Me Gras­si qui trouve l’amende fort sa­lée. « Il y a une se­maine, Mi­chael Youn a été condam­né à 2000 eu­ros d’amende pour les mêmes faits. Mais il n’a pas les mêmes re­ve­nus que ceux­ci. Le mien gagne 9 000 eu­ros par an, pas par mois. » Les pré­ve­nus l’af­firment en choeur: « Nous n’avions pas de mau­vaises in­ten­tions. » Mais comme disent les ar­bitres, « l’in­ten­tion vaut ac­tion ». Sanc­tion: 500 eu­ros d’amendes cha­cun.

Ar­chives Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.