Du ri­fi­fi à la Ligue !

L’as­sem­blée gé­né­rale, qui de­vait élire un nou­veau pré­sident et un nou­veau conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, n’a pu se te­nir faute d’avoir at­teint le quo­rum...

Monaco-Matin - - Sports -

Nous avons tous per­du au­jourd’hui. Il y a un conflit fort entre les deux syn­di­cats (sous-en­ten­dant ce­lui qui re­pré­sente les clubs de L1 et ce­lui des clubs de L2). Cha­cun doit faire ses meilleurs ef­forts pour ras­sem­bler, fé­dé­rer et trou­ver un consen­sus. On a un pro­duit com­mun et c’est vrai­ment dom­mage et triste », a dé­plo­ré Va­dim Va­si­lyev vice-pré­sident de l’AS Mo­na­co. Fré­dé­ric Thi­riez, pré­sident de la LFP de 2002 à avril 2016, ne man­que­rait pas de rap­pe­ler que sous son man­dat à lui, les élec­tions étaient me­nées en temps et en heure. L’élec­tion de son suc­ces­seur hier n’était même pas l’en­jeu prin­ci­pal. Dé­jà N.1 par in­té­rim, JeanPierre De­nis au­rait dû être confir­mé à la tête de l’ins­tance, dans un rôle dé­sor­mais ho­no­ri­fique, puisque c’est le N.2, Di­dier Quillot, dé­jà en poste, qui est le pa­tron exé­cu­tif de l’ins­tance. Le plus im­por­tant était le re­nou­vel­le­ment du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, là où siègent les per­sonnes in­fluentes du foot fran­çais, comme Nas­ser Al-Khe­laï­fi, pré­sident du PSG, ou en­core Jean-Mi­chel Au­las, pa­tron de Lyon. Ils étaient 14 di­ri­geants de L1 à bri­guer 8 postes au sein du CA. Des trac­ta­tions au sein des re­pré­sen­tants de l’élite du foot­ball fran­çais au­raient dû abou­tir à une ré­duc­tion de ces can­di­da­tures mais comme l’a ex­pli­qué M. Quillot, « les clubs de L1 n’ont pas réus­si à se mettre d’ac­cord entre eux sur leurs can­di­dats à l’as­sem­blée gé­né­rale ». Et plu­tôt que d’avoir «le cou­rage d’af­fron­ter les urnes, 13 clubs, 11 de Ligue 1 et 2 de Ligue 2 » ont pré­fé­ré ne pas émar­ger sur la feuille de pré­sence, et pro­vo­quer un dé­faut de quo­rum et donc un re­port de l’AG, comme l’a dé­plo­ré M. Des­plat, pré­sident de Guin­gamp (L1)...

Nou­velle AG le  no­vembre

Les clubs de L1 qui ont joué la po­li­tique de la chaise vide sont ceux qui jouent les pre­miers rôles. Dans ce club des onze, il y les for­ma­tions qui pré­sen­taient leurs di­ri­geants au CA - PSG (Nas­ser Al-Khe­laï­fi), Lyon (Jean-Mi­chel Au­las), Nice (JeanPierre Ri­vère), Tou­louse (Oli­vier Sa­dran), Lille (Mi­chel Sey­doux), Bor­deaux (Jean-Louis Triaud), Mo­na­co (Va­dim Va­si­lyev) et An­gers (Saïd Cha­bane) - ap­puyés par Mar­seille, Nantes et Saint-Etienne, autres marques du foot fran­çais. Les neuf clubs de l’élite qui avaient émar­gés sont plu­tôt abon­nés à la deuxième par­tie de ta­bleau. Il y a ceux qui avaient aus­si un can­di­dat - Di­jon (Oli­vier Del­court), Guin­gamp (Ber­trand Des­plat), Lo­rient (Loïc Fé­ry), Caen (Jean-Fran­çois For­tin), Rennes (Re­né Ruel­lo), Mont­pel­lier (Laurent Ni­col­lin) - sou­te­nus par Bas­tia, Metz et Nan­cy. Et main­te­nant ? Sous l’égide de la LFP, les clubs de L1 vont se réunir à par­tir du 19 oc­tobre pour ten­ter de se mettre d’ac­cord en vue d’une nou­velle AG convo­quée le 11 no­vembre.

(Pho­to AFP)

Di­dier Quillot (n° de la LFP) et Jean-Pierre De­nis, pré­sident par in­té­rim, ont convo­qué une nou­velle AG le  no­vembre. A charge pour les pré­si­dents de L, de se mettre d’ac­cord d’ici là !

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.