Un vent nou­veau deux ans après Bian­chi...

Monaco-Matin - - Sports -

Da­niel Ric­ciar­do et Max Vers­tap­pen, au­teurs d’un dou­blé Red Bull di­manche der­nier en Ma­lai­sie, font souf­fler un vent de re­nou­veau sur la For­mule 1, au mo­ment d’abor­der le GP du Ja­pon, deux ans après le tra­gique ac­ci­dent de Jules Bian­chi sur ce cir­cuit de Su­zu­ka. « Ma vie a dé­fi­ni­ti­ve­ment chan­gé de­puis l’ac­ci­dent de Jules. C’était un ad­ver­saire mais aus­si un ami, et ce­la a été très dif­fi­cile d’avan­cer après ce drame. Je suis de­ve­nu une per­sonne dif­fé­rente », a dit Ric­ciar­do après sa 4e vic­toire en F1, di­manche à Se­pang. L’Aus­tra­lien est né en juillet 1989 à Perth, un mois avant Bian­chi. Le Ni­çois est dé­cé­dé à l’été 2015 après plu­sieurs mois de co­ma. Comme par ha­sard, le dou­blé de Se­pang, dé­dié à Bian­chi, était le 17e de l’his­toire de Red Bull, et le re­tour à Su­zu­ka, cette se­maine, se fait pour la 17e manche du Cham­pion­nat du monde de F1. Comme 17, ce nu­mé­ro de course de Bian­chi qui a été dé­fi­ni­ti­ve­ment re­ti­ré par la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de l’au­to­mo­bile (FIA), en son hom­mage. « J’ai ap­pris à mieux ap­pré­cier les choses de la vie. J’au­rais aimé ga­gner plus tôt, pour lui dé­dier une vic­toire plus tôt. Au­jourd’hui j’ai en­core ga­gné en F1, c’est un rêve qui de­vient réa­li­té, et cette vic­toire est pour lui », a ajou­té Ric­ciar­do, grave et sin­cère, lui qui est gé­né­ra­le­ment très sou­riant sur le po­dium et les ré­seaux so­ciaux. Pour se chan­ger les idées et créer un peu de « buzz », en dé­but de se­maine, Ric­ciar­do, 27 ans, et Vers­tap­pen, 19 ans, ont par­cou­ru les rues de To­kyo dans une ber­line « cus­to­mi­sée », de cou­leur orange, avec jantes larges et ai­le­ron. De quoi dis­traire leurs nom­breux « fol­lo­wers »: 821 000 pour l’Aus­tra­lien sur Twit­ter, 375000 pour le Néer­lan­dais, en F1 de­puis 2015 mais dé­jà vain­queur d’un GP, en mai der­nier à Bar­ce­lone.

Phi­lippe Bian­chi : « Une date ter­rible »

Pour séduire une nou­velle gé­né­ra­tion de fans, il y a aus­si les deux pi­lotes Ma­nor, le Fran­çais Es­te­ban Ocon, 20 ans, et l’Al­le­mand Pas­cal Wehr­lein, 21 ans, sans ou­blier les deux gars de To­ro Ros­so, l’Es­pa­gnol Car­los Sainz Jr et le Russe Da­niil Kvyat, 22 ans. Il y au­ra bien­tôt, chez McLa­renHon­da, un Belge plein de ta­lent, Stof­fel Van­doorne, dé­jà vu en course à Bah­reïn (10e). Ça fait beau­coup de pi­lotes ca­pables de réa­li­ser un jour le rêve d’en­fant de Jules, ga­gner en F1, mais ça ne console pas son père, Phi­lippe Bian­chi, bri­sé par le drame du 5 oc­tobre 2014 à Su­zu­ka. « On va comme on peut al­ler. On ap­prend à vivre sans Jules, il y a un énorme manque et cette date est une date ter­rible. Elle a com­plè­te­ment bou­le­ver­sé notre vie », a-t-il confié à Ca­nal +. L’homme meur­tri à ja­mais n’ar­rive pas à « faire le deuil » car il n’a pas ob­te­nu, no­tam­ment de la FIA, les ré­ponses à toutes les ques­tions qu’il se pose de­puis deux ans, de­puis que son fils a heur­té à pleine vi­tesse, sous la pluie, un en­gin de le­vage qui éva­cuait une autre mo­no­place. « Ce qui nous manque, c’est la jus­tice, la vé­ri­té », re­gret­tet-il.

(Pho­to AFP)

Max Vers­tap­pen et Da­niel Ric­ciar­do : quand sou­rire rime avec ave­nir...

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.