« Une des­ti­na­tion my­thique »

Alors que les concur­rents font route vers la Baie des Anges, Marc Fon­tan, le créa­teur de la « Grande Boucle » mo­to­cy­cliste, pré­sente l’in­édite apo­théose ni­çoise de cette édi­tion 2016

Monaco-Matin - - Sports - RE­CUEILLI PAR GIL LÉON gleon@ni­ce­ma­tin.fr

Au­tre­fois, il met­tait la poi­gnée dans le coin sur les plus grands cir­cuits de la pla­nète mo­to. Avec bon­heur, comme en té­moigne son ta­bleau de chasse or­né no­tam­ment d’un titre de cham­pion du monde d’en­du­rance et d’une vic­toire aux  Heures du Mans. Au­jourd’hui, à bien­tôt soixante ans - un cap qu’il fran­chi­ra le  oc­tobre -, Marc Fon­tan pi­lote une autre ma­chine : le Mo­to Tour. Com­pre­nez le nu­mé­ro  des ral­lyes rou­tiers que le Va­rois a créé en  en s’ins­pi­rant du fa­meux Tour de France Mo­to des se­ven­ties. Re­par­tie sur les routes le week-end der­nier de­puis sa chère ville de Tou­lon, la « Grande Boucle » mo­to­cy­cliste qu’il co­di­rige avec l’ami Sam Thomas vient de mettre le cap au sud après avoir rou­lé des mé­ca­niques jus­qu’en Dor­dogne (Bou­la­zac) et Haute-Loire (Le Puy-en-Ve­lay). Di­rec­tion Nice! Une apo­théose azu­réenne in­édite en­ta­mée ce soir dont le pro­gramme pré­voit une vi­site plein gaz à sa Ma­jes­té Tu­ri­ni. Suivez le guide!

Marc, com­ment l’idée de cette ar­ri­vée à Nice a-t-elle ger­mé ? L’étin­celle s’est pro­duite au cir­cuit Paul-Ri­card, dans le pad­dock du Bol d’Or . En dis­cu­tant du re­tour du Mo­to Tour avec Jean-Paul Boi­net, un an­cien co­équi­pier de Ch­ris­tian Es­tro­si, no­tam­ment pi­lote du team de la Ma­do­nette, à l’époque, ce­lui-ci nous lance : « Si vous dé­mar­rez de Tou­lon, pour­quoi ne pas le conclure à Nice ? Je suis sûr que cette pers­pec­tive plai­rait à Ch­ris­tian. » Comme ce der­nier de­vait ve­nir sur place le len­de­main, nous lui avons sou­mis tout de suite le pro­jet.

C’était une course ga­gnée d’avance, non ? Ayant lui-même dis­pu­té le Tour de France mo­to, l’an­cêtre de notre épreuve, Ch­ris­tian Es­tro­si pou­vait dif­fi­ci­le­ment res­ter in­sen­sible à cette pro­po­si­tion, en ef­fet. Sans sur­prise, au terme de la

ren­contre en mai­rie où nous lui avons ex­po­sé les grandes lignes du co­me­back, les portes se sont ou­vertes. Je sais qu’il ap­pré­cie, entre autres, le nou­veau concept de la course as­so­ciant vi­tesse, na­vi­ga­tion et ré­gu­la­ri­té.

Avez-vous res­sen­ti un « ef­fet Nice » au­près des concur­rents et des par­te­naires ? Ab­so­lu­ment. Im­pos­sible de dire le contraire, car il s’agit d’une des­ti­na­tion my­thique. Pour la pre­mière fois de son his­toire, le Mo­to Tour part et ar­rive les pieds dans l’eau. Sous le so­leil. De quoi dé­ci­der pas mal de pi­lotes su­distes à ten­ter l’aven­ture. Ceux qui en étaient dé­jà lors de notre seul pas­sage dans le , il y a une di­zaine d’an­nées, lorsque le Mo­to Tour avait fait étape à Val­berg, vou­laient tous re­ve­nir.

Le col de Tu­ri­ni ? A Tou­lon, il y a le Fa­ron. Ici, Marc Fon­tan (à gauche, en com­pa­gnie de Sam Thomas, pré­sident d’Op­tion Sports Evé­ne­ments) : « Pour la pre­mière fois, le Mo­to Tour part et ar­rive les pieds dans l’eau. »

c’est le Tu­ri­ni. Mo­nu­ment in­con­tour­nable ! A par­tir du mo­ment où la der­nière étape se dé­roule dans le haut pays ni­çois, il faut y pas­ser, évi­dem­ment ! Pour une telle re­nais­sance, nous sou­hai­tions en toute lo­gique que cette mon­tagne sacrée des ral­lyes fi­gure sur la carte. Par­cou­rue à deux re­prises, la spé­ciale se­ra une course de côte longue de  ki­lo­mètres, avec dé­part en amont de La Bol­lè­neVé­su­bie. Les spec­ta­teurs peuvent aus­si choi­sir de se rendre sur l’autre ES, une très belle route re­liant Val­berg à Péone. Au pas­sage, je tiens à re­mer­cier le Co­mi­té dé­par­te­men­tal mo­to­cy­cliste des Al­pesMa­ri­times qui nous prête main forte, avec ses com­mis­saires et sa connais­sance du ter­rain, pour le bon dé­rou­le­ment d’une ul­time étape très at­ten­due.

Du cô­té du Jar­din Al­bertIer, que pro­po­se­ra le vil­lage du Mo­to Tour aux mor­dus de deux roues ? Outre la re­mise des prix fixée sa­me­di soir, il y au­ra une ex­po­si­tion, où toutes les grandes marques se­ront ré­pré­sen­tées. Ya­ma­ha

Mo­tor France, par exemple, pré­sente sa gamme MT, du MT  au MT . Des ma­chines dis­po­nibles pour un es­sai, avec Ju­lien To­niut­ti et Bar­ba­ra Col­let. Jus­qu’à di­manche, le me­nu des ré­jouis­sances com­prend aus­si des dé­mons­tra­tions de trial ur­bain as­sez spec­ta­cu­laires. Au fi­nal, pas mal de choses à voir, même si l’es­pace est moins grand que pré­vu. A un mo­ment, avez-vous son­gé à an­nu­ler pu­re­ment et sim­ple­ment l’épreuve ? Oui. Cet été, du­rant deux ou trois se­maines, après le drame du  juillet, tout a été re­mis en cause. En voyant les évé­ne­ments cultu­rels et spor­tifs tom­ber à l’eau suc­ces­si­ve­ment, nous nous sommes po­sés la ques­tion. En fait, il n’y avait pas trente-six so­lu­tions. Soit on bais­sait les bras, soit on se re­trous­sait les manches...

Et alors ? Notre chance, à Nice

comme à Tou­lon, c’est d’avoir col­la­bo­ré avec des équipes mu­ni­ci­pales qui se sont dé­me­nées pour le main­tien du Mo­to Tour. Une fois ce­lui-ci va­li­dé, à la fin du mois d’août, il a fal­lu chan­ger les plans dans l’ur­gence, confor­mé­ment au nou­veau ca­hier des charges. D’abord dé­mé­na­ger le vil­lage de la Pro­me­nade des An­glais au Jar­din Al­bert-Ier, sur une sur­face consi­dé­ra­ble­ment ré­duite ( m, ndlr) par rap­port au sché­ma ini­tial. Et puis re­voir de A à Z le dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té. Accroître les moyens hu­mains et ma­té­riels.

Le surcoût ne s’est pas avé­ré rédhi­bi­toire ? Rien que pour les deux jours dans les Al­pesMa­ri­times, le bud­get a aug­men­té d’en­vi­ron  %. Donc, glo­ba­le­ment, c’est rédhi­bi­toire pour l’équi­libre de l’exer­cice. Cette trei­zième édi­tion, la so­cié­té Op­tion Sports Evé­ne­ments l’or­ga­nise à perte. On le sait. Au­jourd’hui, elle a lieu parce que Sam (Thomas) et les ac­tion­naires ont re­mis de l’ar­gent dans l’en­ve­loppe. Cer­tains

par­te­naires ont aus­si joué le jeu. Comme la ville de Nice, qui a mo­di­fié sa sub­ven­tion en con­sé­quence.

Et main­te­nant, quid du Mo­to Tour  ? Vous y pen­sez ? Bien sûr qu’on y ré­flé­chit ! D’au­tant plus qu’il y a dé­jà des villes can­di­dates pour ac­cueillir le dé­part, une étape ou l’ar­ri­vée. Bon, nous, en gé­né­ral, on est plu­tôt fi­dèles. Des com­munes telles que Tou­lon, Reims ou Val de Reuil peuvent té­moi­gner. Voyons d’abord com­ment va se pas­ser ce week-end. Fai­sons le bi­lan. Or­ga­ni­ser une deuxième ar­ri­vée d’af­fi­lée à Nice, pour­quoi pas ? L’ave­nir le di­ra.

Après le drame du  juillet, tout a été re­vu deAàZ”

(Pho­to G. L.)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.