Boud­jel­lal n’y croit pas

Monaco-Matin - - Sports - RA­PHAËL COIFFIER

En dé­pla­ce­ment en An­gle­terre, Mou­rad Boud­jel­lal a ap­pris la nou­velle comme tout le monde. Via une alerte de notre confrère L’Equipe. Mal­gré l’énor­mi­té de l’af­faire, il n’a ni sau­té au pla­fond, ni crié au loup... Pour­tant, les soup­çons de do­page pla­nant sur Car­ter, Im­hoff et Ro­ko­co­ko lors de la der­nière fi­nale de Top 14, per­due par le RCT face au Ra­cing 92, au­raient pu lui don­ner des idées. Du genre à je­ter un nou­veau pa­vé dans la mare. Ou de l’huile sur le feu. De quoi se­mer la zi­za­nie dans la grande, belle et propre fa­mille du rug­by. Jus­qu’à ré­cla­mer le bou­clier...

De l’ama­teu­risme

Le pré­sident tou­lon­nais a plu­tôt choi­si la pru­dence. « Il faut se mé­fier. Ne pas ac­cu­ser trop vite le Ra­cing 92. On a connu cette si­tua­tion avec Stef­fon Ar­mi­tage, cou­pable de tous les maux se­lon RTL dont j’at­tends tou­jours des ex­cuses. Au bout du compte, le dos­sier a fait pschittt... » S’il re­con­naît que les trois Pa­ri­siens « ont été très bons à Bar­ce­lone », il ne pense pas un ins­tant que « Car­ter et les autres aient be­soin de se do­per pour s’illus­trer ». Plus que les ac­teurs cou­chés sur cette liste noire, il met da­van­tage en cause le staff mé­di­cal pa­ri­sien. Res­pon­sable, se­lon lui, « de lé­gè­re­té, voire d’ama­teu­risme... » Vi­si­ble­ment, le trio au­rait bien été soi­gné, pour des pé­pins phy­siques ré­cur­rents en amont de la fi­nale. Pas le jour même ou pen­dant la ren­contre.

Une image écor­née

D’où cette ques­tion sou­le­vée par Mou­rad Boud­jel­lal : « Sans ces trai­te­ments, ces trois-là au­raient-ils été ca­pables de jouer contre nous ? » Points de sus­pen­sion. D’au­tant qu’il sem­ble­rait que cer­taines per­sonnes in­fluentes - avant que l’in­for­ma­tion ne fuite dans la presse - ont ten­té, si­non d’étouf­fer le scan­dale, du moins d’en at­té­nuer sa por­tée... Car en son coeur fi­gure tout de même une icône du rug­by mon­dial, le Néo-Zé­lan­dais Dan Car­ter. « Quoi qu’il ar­rive, il n’en sor­ti­ra pas in­demne. Comme Si­mon Tem­plar, lui et les deux autres au­ront dé­sor­mais au­des­sus de leurs têtes l’au­réole du do­page. Leur image, ain­si que celle du Ra­cing 92, est main­te­nant écor­née. C’est dom­mage. Mais, je le ré­pète, jus­qu’à preuve du contraire, ils sont tous in­no­cents... »

Neuf contrôles !

S’il in­siste tant c’est que le pré­sident du RCT en a vu pas­ser des fioles d’urine ! « En neuf fi­nales, nous avons été contrô­lés neuf fois. Sans au­cun dom­mage. Fran­che­ment, pour se do­per, no­tam­ment lors du der­nier acte de la sai­son, il fau­drait être con... » Cer­tain donc que la tri­che­rie pré­su­mée ac­cou­che­ra d’une sou­ris, le can­di­dat re­ca­lé à la pré­si­dence de la LNR mar­di der­nier - se garde néan­moins un atout dans la manche, au cas où... « For­cé­ment, si de­main le do­page était prou­vé, nous de­man­de­rions la res­ti­tu­tion du titre de cham­pion de France ain­si que des dom­mages et in­té­rêts pour le pré­ju­dice su­bi. Le Ra­cing de­vrait aus­si être sé­vè­re­ment sanc­tion­né. Mais on est là dans de la fic­tion... » Et le pré­sident tou­lon­nais de fi­nir sur un de ces pieds de nez qu’il af­fec­tionne : « Je constate en­fin que Ja­cky Lo­ren­zet­ti me co­pie une fois de plus ! » Si ce der­nier pousse le vice jus­qu’au bout, il se­ra blan­chi comme l’avait été le RCT en 2012.

(Photo D. Le­riche)

Le pré­sident du RCT, Mou­rad Boud­jel­lal, sans dé­fendre le Ra­cing , ap­pelle à la pru­dence de­vant les ac­cu­sa­tions de do­page.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.