Bain de sang au Yé­men: l’Ara­bie saou­dite ac­cu­sée

Monaco-Matin - - Monde -

L’Ara­bie saou­dite était de nou­veau sur la sel­lette hier, au len­de­main d’un car­nage ayant fait plus de 140 morts et 525 bles­sés dans la ca­pi­tale yé­mé­nite Sa­naa, une at­taque qui met dans l’em­bar­ras les États-Unis, al­liés de Ryad. Des frappes aé­riennes ont tou­ché de plein fouet une grande cé­ré­mo­nie fu­né­raire sa­me­di dans la ville contrô­lée par les re­belles chiites hou­this. Des mil­liers de per­sonnes étaient ve­nues pré­sen­ter leurs condo­léances pour la mort du père du «mi­nistre de l’In­té­rieur» des re­belles, Ja­lal al-Roui­chène. D’après April Al­ley, ex­perte de l’In­ter­na­tio­nal Cri­sis Group, «l’at­taque semble avoir tué un cer­tain nombre de per­son­na­li­tés po­li­tiques et d’of­fi­ciers mi­li­taires du nord qui oeu­vraient à un rè­gle­ment po­li­tique».

Les es­poirs de ces­sezle-feu dou­chés

Cette spé­cia­liste a évo­qué un «tour­nant» car l’at­taque «a presque cer­tai­ne­ment tué tout es­poir de ces­sez-le-feu», et elle «au­ra des consé­quences à plus long terme» sur les pos­si­bi­li­tés d’un «plan de paix viable». Le ton est d’ailleurs mon­té avec une ma­ni­fes­ta­tion hier à Sa­naa de mil­liers de par­ti­sans des Hou­this, qui ont crié «Mort aux Al-Saoud» , la fa­mille ré­gnante à Ryad, et des dé­cla­ra­tions bel­li­queuses de l’ex-pré­sident Ali Ab­dal­lah Sa­leh, al­lié des re­belles, qui a ap­pe­lé à une mo­bi­li­sa­tion mi­li­taire à la fron­tière saou­dienne. La coa­li­tion mi­li­taire arabe au Yé­men, conduite par l’Ara­bie saou­dite a elle nié dans un pre­mier temps toute im­pli­ca­tion dans les raids de sa­me­di, avant de pu­blier un com­mu­ni­qué dans la nuit an­non­çant une en­quête «im­mé­diate». Le bain de sang a été im­mé­dia­te­ment dé­non­cé par de nom­breux ac­teurs in­ter­na­tio­naux.

Les États-Unis se re­po­si­tionnent

L’Iran, qui sou­tient les Hou­this, a évi­dem­ment vi­ve­ment ré­agi, le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères «condam­nant fer­me­ment les frappes» saou­diennes qu’il a qua­li­fiées de «crime épou­van­table contre l’hu­ma­ni­té». «Pro­fon­dé­ment trou­blés» ,les États-Unis ont eux an­non­cé le ré­exa­men de leur sou­tien à la coa­li­tion arabe, qui avait dé­jà été ré­duit ces der­niers mois. Les re­la­tions entre Wa­shing­ton et Ryad n’ont ces­sé de se dé­té­rio­rer ces deux der­nières an­nées, en par­ti­cu­lier après une amorce de rap­pro­che­ment amé­ri­ca­no-ira­nien. Quant au se­cré­taire gé­né­ral de l’ONU Ban Ki-moon, il a «condam­né» l’at­taque «ab­so­lu­ment in­ac­cep­table» , qui «se­rait» le ré­sul­tat de «frappes aé­riennes par la coa­li­tion» . Il a exi­gé «une en­quête ra­pide et im­par­tiale», es­ti­mant que «les res­pon­sables doivent être tra­duits en jus­tice». Et le Co­mi­té in­ter­na­tio­nal de la CroixRouge s’est dit «hor­ri­fié» par ces nou­velles pertes «mons­trueuses» de vies ci­viles. 1. La coa­li­tion arabe veut ré­ta­blir l’au­to­ri­té du gou­ver­ne­ment re­con­nu par la com­mu­nau­téin­ter­na­tio­na­le­surl’en­semble duYé­men,en­par­tie­con­trô­lé­par­lesHou­this, re­bel­le­sis­sus­del’im­por­tan­te­mi­no­ri­té­zaï­dite concen­trée dans le nord du pays et qui se sont em­pa­rés de Sa­naa il y a deux ans.

(Pho­to MaxPPP/EPA)

Des frappes aé­riennes ont fait au moins  morts et  bles­sés à une cé­ré­mo­nie fu­né­raire de re­belles chiites dans la ca­pi­tale Sa­naa.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.