Comment amé­lio­rer les trans­ports dans la ré­gion?

Moins de 10 % des ac­tifs se dé­placent en trans­port en com­mun dans les Alpes-Ma­ri­times et le Var. C’est deux fois moins que les grandes ag­glo­mé­ra­tions fran­çaises. Comment faire mieux?

Monaco-Matin - - Nice-Matin Des Solutions - GUILLAUME AU­BER­TIN gau­ber­tin@ni­ce­ma­tin.fr

C’est une pe­tite bombe que vient de lâ­cher Ch­ris­tian Es­tro­si, la se­maine der­nière. Ex­cé­dé par les re­tards à ré­pé­ti­tion des trains, le pré­sident de la Ré­gion Pa­ca a dé­ci­dé de rompre toute dis­cus­sion avec la SNCF et me­na­cé de faire ap­pel à d’autres com­pa­gnies. À la dé­faillance du rail s’ajoute aus­si une po­li­tique du « tout au­to » qui a long­temps, trop long­temps sé­vi dans les Alpes-Ma­ri­times et le Var. Or, pour amé­lio­rer la flui­di­té du tra­fic, il s’agit dé­jà de dé­ve­lop­per les trans­ports en com­mun. Pour ce­la, les pistes de ré­flexion sont nom­breuses. Et par­fois même très in­no­vantes…

. Les bus in­no­vants

À l’heure où Nice a réus­si le pa­ri du tram­way, les villes de Cannes, Tou­lon et An­tibes misent sur

(BHNS) per­for­mant. Mais le trans­port en com­mun rou­lant n’a pas fi­ni de nous sur­prendre. De nom­breuses com­munes adoptent par exemple le

Son cré­neau : des­ser­vir les quar­tiers ou vil­lages les plus re­cu­lés, afin d’as­su­rer la conti­nui­té ter­ri­to­riale et l’éga­li­té de trai­te­ment des ci­toyens. La ville de elle, a tes­té l’EZ10, un

qui sé­duit beau­coup So­phia An­ti­po­lis. Dans un re­gistre moins fu­tu­riste mais tout aus­si sur­pre­nant, la com­mune va­roise de roule, elle, au Pour le plus grand plai­sir des voya­geurs.

. Les ba­teaux-bus

Si le ré­seau de bus de l’ag­glo­mé­ra­tion tou­lon­naise de­meure en l’état ac­tuel l’un des moins per­for­mants de France,

, en re­vanche, connaît un suc­cès non né­gli­geable, avec 1,8 mil­lion de voya­geurs re­cen­sés en un an. Quant à la ligne elle fonc­tionne dé­sor­mais toute l’an­née. La preuve que les ba­teaux-bus ont le vent en poupe. Alors, à quand des tra­jets et

ou­verts toutes les sai­sons ? L’idée est loin d’être aban­don­née.

. Amé­lio­rer le TER

Pas­sa­gers, as­so­cia­tions, élus et ac­teurs du sec­teur fer­ro­viaire ne manquent pas de pro­po­si­tions pour op­ti­mi­ser les voyages en train. Or, si

sou­hai­tée par Ch­ris­tian Es­tro­si est de plus en plus évo­quée, il existe d’autres pistes qui amé­lio­re­raient le quo­ti­dien des usa­gers du rail. Cer­taines sont réa­li­sables à très court terme – ou sont dé­jà dans les tuyaux – d’autres s’an­noncent beau­coup plus com­plexes. Les ha­bi­tués du train es­timent pour leur part qu’il ne faut pas for­cé­ment plus de trains, mais qu’il faut sur­tout Mais en­core ?

pen­dant les heures de pointe du ma­tin et du soir. Per­mettre si­non

Mais aus­si comme le propo­sent les Amis du Rail Azu­réen. Ou en­core

L’as­so­cia­tion des Nau­fra­gés du TER Grasse-Vin­ti­mille ré­clame quant à elle que ce­lui, ac­tuel, de Mar­seille. En­fin, d’au­cuns propo­sent aus­si d’ajus­ter

et de la fré­quence des sup­pres­sions. Sûr que ça ne flui­di­fie­rait pas le tra­fic. En re­vanche, ça sou­la­ge­rait dé­jà la co­lère des ha­bi­tués du rail.

. Le té­lé­phé­rique

À Me­dellín en Co­lom­bie, cir­cule de­puis 2004 le pre­mier té­lé­phé­rique ur­bain du monde. Le pre­mier à avoir été rac­cor­dé à un ré­seau de mé­tro et fré­quen­té en moyenne par 45000 per­sonnes chaque jour dans la deuxième ville la plus peu­plée du pays. Très bien im­plan­té dans les mé­ga­lo­poles d’Amé­rique la­tine, le té­lé­phé­rique (qui est

sé­duit donc de plus en plus les villes eu­ro­péennes. Au moins

D’abord à Gour­don, où le maire, Eric Mèle, est per­sua­dé de l’in­té­rêt du câble pour En­suite, à où les en­tre­prises se sont mon­trées très em­bal­lées par ce type de dis­po­si­tif. En­fin à re­vient sou­vent l’idée de re­nouer avec le té­lé­phé­rique. La pers­pec­tive d’une

, est un vieux ser­pent de mer qui a en­core de beaux jours de­vant lui.

(Pho­tos Frantz Bou­ton, G. A., ar­chives et DR)

Le bus sans chauf­feur a dé­jà été ex­pé­ri­men­té à Biot. Entre Tou­lon et La Seyne, la na­vette ma­ri­time du ré­seau Mis­tral sé­duit de plus en plus de tra­vailleurs. De nom­breuses pro­po­si­tions cir­culent pour amé­lio­rer le fonc­tion­ne­ment du TER. À Gour­don, dans l’ar­rière-pays, un pro­jet de té­lé­phé­rique est à l’étude pour une liai­son avec le Pont-du-Loup.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.