Les Dis­ciples d’Es­cof­fier au cô­té de Pro­me­nade des Anges

Monaco-Matin - - Côte D’Azur - JEAN-MI­CHEL POU­PART

Émo­tion au Hi Beach, à Nice, lorsque l’as­so­cia­tion des Dis­ciples d’Es­cof­fier qui réunit des épi­cu­riens, chefs, pro­duc­teurs, gour­mets, a re­mis à l’as­so­cia­tion Pro­me­nade des Anges un chèque de 2 000 eu­ros. «Le lieu avait été choi­si avant la tra­gé­die du 14 juillet, et c’est en­core plus sym­bo­lique au­jourd’hui. Chaque an­née, nous re­met­tons le fruit de notre tom­bo­la, de nos co­ti­sa­tions et de nos ac­tions à une oeuvre. Ce­la nous a sem­blé une évi­dence de choi­sir cette as­so­cia­tion», ex­plique Yan­nick Pru­nier, le pré­sident de la dé­lé­ga­tion azu­réenne Alpes-Ma­ri­times - Mo­na­co - Corse. Émo­tion aus­si pour Vincent Del­ho­mel-Des­ma­rest, le se­cré­taire gé­né­ral de Pro­me­nade des Anges: «Tous ces gestes sont des gestes d’amour et de sou­tien. Nous par­ta­geons les mêmes va­leurs de par­tage que les Dis­ciples d’Es­cof­fier; grâce à ces gestes, nous re­trou­vons beau­coup de ré­con­fort.» Émo­tion en­fin pour Thier­ry Thier­ce­lin: le chef ex-étoi­lé Mi­che­lin à Saint-Tro­pez qui a re­pris le Hi Hô­tel et le Hi Beach l’an der­nier, était dans son éta­blis­se­ment quand l’attentat a été com­mis et les pre­mières vic­times fau­chées juste au-des­sus de sa plage. Tout en pu­deur, le chef ne pré­fère pas s’at­tar­der sur ce qu’il a vé­cu: «Pour moi, c’est plus qu’im­por­tant, c’est une étape avec une couche d’émo­tion sup­plé­men­taire. Ce qui m’a sau­vé après le 14 juillet, c’est ma fa­mille, l’équipe et le tra­vail.» Parce que la vie doit conti­nuer mal­gré tout, «parce qu’il ne faut rien lâ­cher» ,au cours de la soi­rée, Ed­mond Lam­pi­dec­chia, le di­rec­teur de Mé­tro Nice a été in­tro­ni­sé nou­veau Dis­ciple d’Es­cof­fier.

(Pho­to J.-M. P.)

De nom­breux chefs, par­mi les­quels plu­sieurs étoi­lés, ont ren­du hommage aux vic­times de l’attentat du -Juillet.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.