Salz­bourg en rouge et noir

Pour son deuxième dé­pla­ce­ment consé­cu­tif en Coupe d’Eu­rope, le Gym pour­ra comp­ter sur le sou­tien de 1500 sup­por­ters. En bus, en J9 ou en moto, ils vont par­cou­rir près de 1800 bornes

Monaco-Matin - - Sports - WILLIAM HUMBERSET

Le monde en­tier nous al­lons tra­ver­ser, pour te prou­ver notre fier­té... » Ce chant de la Po­pu­laire Sud pren­dra tout son sens à Salz­bourg, jeu­di. L’Au­triche n’est pas à l’autre bout du globe non plus, mais sa­voir que mille cinq cents Ni­çois vont par­cou­rir près de 1800 bornes al­ler-re­tour, c’est se rendre compte de l’en­goue­ment sus­ci­té par ce re­tour du Gym en Coupe d’Eu­rope. «La der­nière fois qu’au­tant de Ni­çois se sont dé­pla­cés, je crois que c’était à Evian en 2013, la pre­mière an­née où l’on fi­nit qua­trième de L1» (36e jour­née, dé­faite 4-0 NDLR), rap­pelle Gré­go­ry Massabo, membre ac­tif de la Po­pu­laire Sud.

«C’est la der­nière chance »

A Kras­no­dar, seule une quin­zaine de cou­ra­geux avaient ré­cla­mé un vi­sa et bra­vé les 7500 km al­ler-re­tour en avion - via Mi­lan et Is­tan­bul! pour sou­te­nir les Ai­glons. Cette fois, le dé­pla­ce­ment est bien plus com­pli­qué. « En un mois, les ins­crip­tions pour le dé­pla­ce­ment en bus étaient closes. Ce match est de­ve­nu en­core plus im­por­tant après les deux dé­faites su­bies en dé­but de com­pé­ti­tion, pour­suit le porte-pa­role du groupe ul­tra le plus im­por­tant de la ville. C’est la der­nière chance pour jouer en­core quelque chose en Eu­ro­pa Une im­mense bâche avait cou­vert les trois an­neaux de la Po­pu­laire Sud ven­dre­di, contre Lyon. A Salz­bourg, le par­cage ni­çois de la Red Bull Are­na se­ra de nou­veau plein et co­lo­ré.

League.» Le peuple ni­çois l’a bien com­pris et s’est or­ga­ni­sé de ma­nière à rem­plir en­tiè­re­ment le par­cage vi­si­teurs de la Red Bull Are­na. Comme Guillaume par exemple. A 19 ans, ce jeune sup­por­ter va ef­fec­tuer son plus gros pé­riple pour voir un match du Gym. Dé­jà présent à Evian il y a trois ans, il ral­lie­ra Salz­bourg en J9 avec quelques potes. «On part avec deux

vé­hi­cules la veille du match, vers 19 heures. His­toire d’être à Salz­bourg le plus tôt pos­sible le jour du match.» Plus de neuf heures de tra­jet n’en­ta­me­ront pas le mo­ral de troupes bien dé­ci­dées à co­lo­rer de rouge et de noir la ville de Mo­zart. Pour Phi­lippe et Marc, deux quin­qua­gé­naires abon­nés à l’Al­lianz comme ils l’étaient dé­jà au Ray, le voyage se fe­ra à moto. A cha­cun sa Har­ley, à

cha­cun sa dé­co. Phi­lippe fe­ra flot­ter le dra­peau nis­sart à l’ar­rière de son im­pres­sion­nante bé­cane. «On dé­col­le­ra mer­cre­di en fin d’après-mi­di pour s’ar­rê­ter man­ger et dor­mir à Pia­cen­za, dé­taille Phi­lippe. On res­te­ra sur place en re­vanche le soir du match. Pour re­par­tir au pe­tit ma­tin.» Les bus et les J9 en­ta­me­ront le tra­jet re­tour juste après le coup de sif­flet fi­nal, pour

leur part. «Nous sommes fiers du sou­tien sur le­quel notre équipe pour­ra comp­ter lors de ce match, se fé­li­ci­taient les groupes de sup­por­ters dans un com­mu­ni­qué (voir ci-contre). Nous fe­rons la fête à Salz­bourg et por­te­rons nos cou­leurs vers la vic­toire.» Pour pour­quoi pas ima­gi­ner pa­reil contin­gent à Schalke, fin no­vembre.

(Pho­to Pa­trice La­poi­rie)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.