Ra­mi Malek, un dé­lice d’Orient

Por­trait L’in­ter­prète du ha­cker de la sé­rie Mr. Ro­bot, dont France 2 dif­fuse les sai­sons 1 et 2, mul­ti­plie les rôles au ci­né­ma

Monaco-Matin - - Détente - REY­HAN ATAY

France2pro­po­se­ce­soirà 23 h 05, les der­niers épi­sodes de la sai­son 1 de

Mr. Ro­bot, avec Ra­mi Malek, ré­com­pen­sé aux Em­my Awards le 18 sep­tembre. Por­trait d’un ha­cker pas comme les autres. Le 19 sep­tembre der­nier, pour le lan­ce­ment de Mr. Ro­bot, France 2 avait soi­gné sa pro­mo­tion:leJTde13­heures aé­té«pi­ra­té»parEl­liotAl­der­son, un ha­cker toxi­co­mane, in­ter­pré­té­parRa­miMa­lek.En France, si seule­ment 940 000 té­lé­spec­ta­teurs, en moyenne, sont sé­duits par la sé­rie et son hé­ros, aux ÉtatsU­nis, l’al­chi­mie a été im­mé­diate, lors de sa dif­fu­sion, en 2015. Ra­mi Malek est, de­puis, sous­les­feux­des­pro­jec­teurs. Enef­fet,l’ac­teu­ra­rem­por­té,le 18sep­tem­breàLosAn­geles,le prix du meilleur pre­mier rôle mas­cu­lin aux Em­my Awards pour sa pres­ta­tion dans

Mr. Ro­bot. À 35 ans, il de­vient ain­si le plus jeune ac­teur ré­com­pen­sé de l’his­toire des Em­my­set­le­pre­mierd’ori­gine égyp­tienne à rem­por­ter un tro­phée à la té­lé. Qui­se­ca­che­der­riè­rel’homme àca­pu­che­pas­sion­nan­te­tin­tri­gant de Mr. Ro­bot ? Né en 1981 à Los An­geles, Ra­mi Malek en­ta­me­sa­car­riè­reà­la­té­lé­vi­sion en2004ave­cun­pe­ti­trô­le­dans

Gil­more Girls. Entre 2005 et 2007, il at­teint la no­to­rié­té grâce à LaGuer­reà­la­mai­son.Il conti­nue­so­na­ven­tu­reà­la­té­lé dans L’En­fer du Pa­ci­fique, Mé­dium ou Be­lieve. Am­bi­tieux,il­dé­ci­de­de­pas­ser des cas­tings pour se faire une pla­ceau­ci­né­ma.Son­cha­risme et ses ori­gines orien­tales lui ont­don­né­la­chan­ce­de­dé­cro­cher­le­rô­led’un­vam­pi­reé­gyp­tien dans Twi­light, ou en­core dans­ce­luid’Ahk­men­rah­dans

Une nuit au mu­sée. Un dé­lice d’Orient est alors né. Malek conti­nue­son­che­mi­net­croise ce­lui­deTomHanks.Bluf­fé­par son­ma­gné­tisme,ce­der­nier­lui ac­corde sa confiance avec un pe­tit rôle dans le film Il n’est

ja­mais trop tard, en 2012. Dès lors, il entre dans l’arène des grands et joue la même an­née dans TheMas­ter,avecJoa­quin Phoe­nix.Il­pour­suit­so­nas­cen­sion grâce à DaS­weetB­loo­dof

Je­sus (2014) et de­vient la co­que­lu­che­deHol­ly­wood.Au­fir­ma­ment de sa car­rière, Ra­mi Malek re­pren­dra le rôle de Dus­tin Hoff­man dans le re­make de Pa­pillon. On ne sait pas si l’ac­teur au­ra la même car­rière que celle du re­gret­téO­marS­ha­rif,luiaus­si d’ori­gine égyp­tienne, mais, une chose est sûre, Ra­mi Malek (son nom si­gni­fie en arabe «hom­me­de­pou­voir»)n’apas dit son der­nier mot.

Ra­mi Malek a rem­por­té, le 18 sep­tembre à Los An­geles, le prix du meilleur pre­mier rôle mas­cu­lin aux Em­my Awards pour sa pres­ta­tion dans Mr. Ro­bot.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.