Les m oines àl’a ssau t!

Monaco-Matin - - Magazine - ALEXANDRE CARINI aca­ri­ni@ni­ce­maint.fr

Tou­ché… trem­pé! Il a eu beau s’en re­mettre au Sei­gneur, frère Phi­lippe ne marche pas sur l’eau. Et lorsque son ad­ver­saire a por­té l’es­to­cade, il a fait le grand plouf, comme un simple mor­tel… Pour sa mi­sé­ri­corde, il faut dire aus­si que c’était la pre­mière fois que le moine s’es­sayait aux joutes pro­ven­çales, ce week-end, à proxi­mi­té de l’île SaintHo­no­rat. Et mal­gré l’al­lure che­va­le­resque que lui confère sa robe d’ec­clé­sias­tique, le pauvre a dû ma­nier sa lance comme on porte sa croix ! Saut de l’ange par-des­sus bord. Et franche ri­go­lade. Avec re­vanche sous les en­cou­ra­ge­ments du pu­blic, ces bé­né­voles qui ont par­ti­ci­pé aux ven­danges de l’ab­baye de Lé­rins. Pour la con­fré­rie en tout cas, c’était une ani­ma­tion ex­tra­or­di­naire et bien­ve­nue, qui écla­bousse quelque peu leur vie de prière et de mé­di­ta­tion.

« Il y a une quin­zaine d’an­nées, nous avions aus­si dis­pu­té un match de foot­ball contre une équipe de sans-abri, mais cette ini­tia­tion aux joutes reste un évé­ne­ment ex­cep­tion­nel et ra­ris­sime», confirme frère Vla­di­mir Gau­drat, le père su­pé­rieur de la com­mu­nau­té. Un lien in­so­lite

Une ac­ti­vi­té qui ren­force éga­le­ment le lien in­so­lite que les moines ont noué avec l’as­so­cia­tion can­noise des jou­teurs su­quet­tans, pré­si­dée par Amar Mer­khi. Pour res­sus­ci­ter la tra­di­tion en baie de Cannes, le club spor­tif a re­çu une sub­ven­tion de 3000 eu­ros, et l’un des ba­teaux est bap­ti­sé «St-Ho­no­rat» en l’hon­neur des bien­veillants do­na­teurs. Un na­vire qui a re­çu une bé­né­dic­tion so­len­nelle avant les duels. Tous comme ses com­bat­tants.

«C’est une ex­cel­lente chose qu’une telle pra­tique lo­cale per­dure, en s’ou­vrant à tous. Et puis, à l’heure où l’épis­co­pat prend acte que la so­cié­té fran­çaise est mul­ti­cul­tu­relle, il ne nous dé­plaît pas de sou­te­nir une as­so­cia­tion de culture pro­ven­çale, dont le pré­sident se pré­nomme Amar…»,

sou­rit ma­li­cieu­se­ment père Gau­drat. Une fois à bord, plus de cou­leur, de race, ni (presque) de confes­sion. Entre Sa­muel le bé­né­vole et frère Phi­lippe, le ju­ge­ment de Dieu passe par la lance, ten­due contre le plas­tron! Plouf ! En­core une fois. Moine mouillé jus­qu’aux os, même en robe. Mais fi­na­le­ment sau­vé des eaux, for­cé­ment…

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.